La femme

  1. La femme
  2. Groupes et sectes

Al-Bâtiniyya : principes et croyances (I)

Al-Bâtiniyya : principes et croyances (I)
4436 1353

Al-Baghdâdî, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit dans Al-farq bayn al-firâq : « Vous, puisse Allah être satisfait de vous, devez savoir que l'effet d'al-Bâtiniyya est plus dévastateur et préjudiciable pour les musulmans que l’effet des juifs, des chrétiens et des mages. Il est même plus destructeur qu'al-Dahriyya et toutes les autres sectes de mécréants. »
Al-Bâtiniyya n'est pas une secte ou une école de pensée islamique, il s'agit plutôt d'une méthode par laquelle ses fondateurs visent à porter atteinte à la religion de l'Islam et à invalider ses croyances et la Charia (Loi islamique), comme l'Imam al-Ghazâlî, qu'Allah lui fasse miséricorde, l’a mentionné dans son livre Fadhâ'ih al-Bâtiniyya.

 

L'émergence d'al-Bâtiniyya

 

Les savants ont des opinions différentes au sujet du moment de l’apparition de ce mouvement sectaire. Cette différence se justifie par le fait que les principes de cette secte dictent à ses membres de cacher leurs croyances et leurs idées. Les membres de cette secte font la promesse et le serment de ne rien divulguer de cette croyance. Ils considèrent ce principe comme l'un des fondements de leur religion et l’un de ses piliers qui doit être maintenu et ne pas être violé. Le point de vue de l'imam al-Suyûtî, qu'Allah lui fasse miséricorde, est que l’apparition d'al-Bâtiniyya remonte à l’an 92 de l’Hégire. D'autres affirment qu’elle eut lieu en l’an 205 de l’Hégire ou encore en 250. Certains disent encore que le fondateur de cette secte, al-Qaddâ Maymûn, la fonda en 276.

 

Les différents noms et sous-sectes d'al-Bâtiniyya

 

Les noms d'al-Bâtiniyya représentent les descriptions de leurs caractéristiques et il y a une raison particulière derrière chaque nom. Parmi leurs noms figurent les suivants :

 

1. Al-Bâtiniyya (les ésotériques) :

 

On leur a donné ce nom en raison de leur revendication selon laquelle les textes littéraux du Noble Coran et des hadiths ont des significations sous-entendues qui sont ce que la noix est à sa coquille (cachée à l'intérieur). Ils disent que l'extérieur des textes trompent les masses ignorantes en ne leur faisant voir que de belles images qui pour les rares intelligents sont des symboles et des signes indiquant des réalités cachées. En outre, selon eux, celui qui empêche son esprit de s'immerger dans les secrets cachés des royaumes intérieurs, et se satisfait des significations externes et évidentes des textes est en fait enchaîné par les obligations de la Charia. Tandis que celui qui avance dans la connaissance intérieure est libéré des engagements de la Charia et est donc soulagé de son fardeau. Ils déclarent que cette interprétation est la signification sous-entendue du verset coranique : « Et (le Prophète) leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux. » (Coran 7/157). Leur intention réelle est d'annuler les conditions qu'impliquent la croyance d'après les textes religieux islamiques et de les remplacer par de faux concepts complètement opposés à la Charia (Loi divine).

 

2. Al-Qarâmita (les Qarmates) :

 

Cette secte fut baptisée du nom d'un de ses premiers propagandistes Ismâ'îlî nommé Hamdân Qirmit. Un certain nombre de personnes répondirent à son appel et furent ainsi appelées Qarâmita. Il était de la ville de Koufa et penchait vers l'ascétisme.

 

3. Al-Khurramiyya :

 

Khurram est un mot persan qui se rapporte à quelque chose de plaisant et d'agréable. Ce titre était donné à la secte Mazdak des Zoroastriens qui apparut à l'époque de Qabadh et qui adopta une attitude libertine (de rapport sexuel libre et sans prohibition). Comme les Ismâ'îliyya incitaient les gens à suivre leurs désirs, leur ôtaient toutes responsabilités et laissaient tomber les lois de la Charia, de la même façon que les Mazdakites, ont leur donnait également ce titre. D'après Mutahhar ibn Tâhir, qui a rencontré des membres de la communauté, ils croyaient que la révélation ne cesse jamais et que chaque adepte d'une religion est sur le droit chemin tant qu'il espère la récompense et craint la punition. Ils avaient des Imams auxquels ils avaient recours dans les sujets légaux, et des apôtres qui les accompagneraient dans leurs raids et qu'ils appelaient par un nom persan (firishtah = ange). Les vins et les boissons alcoolisées portaient, à leur avis, plus bonheur que toutes autres choses. Ils permettaient la promiscuité là où les femmes l'acceptaient et la jouissance de toute chose désirée par l'esprit tant qu'il n'en résultait aucun dommage.

 

4. Al-Bâbakiyya :

 

Ils ont donc été nommés d'après le nom de l’un de leurs chefs, un tyran dont le nom était Bâbak al-Khurramî. Il apparut en l’an 201 dans les montagnes d’Azerbaïdjan. Il était athée et combattit les armées musulmanes et les vainquit. Ainsi, il devint tyrannique, répandant une grande peur parmi le peuple. Il régna pendant vingt ans semant la corruption sur la terre et tuant grand nombre de gens.
S'il découvrait que quelqu'un avait une belle fille, il l'exigeait, et si sa demande n'était pas acceptée, il tuait le père et la prenait.
Il mit violement en déroute les armées musulmanes, les détruisant et les dispersant.
Mais Allah le Tout-Puissant décréta sa destruction. Le calife al-Mu'tasim Billâh envoya ses armées se battre contre lui et ils le vainquirent, lui et ses disciples. Ils arrêtèrent Bâbak et le crucifièrent. Ses partisans se dispersèrent un peu partout.

Les historiens mentionnent qu'il y a encore un groupe d'al-Bâbakiyya qui a perpétué la philosophie libertine de Bâbak. On dit qu'il y avait une nuit chaque année pendant laquelle leurs hommes et femmes se rassemblaient et éteignaient les lampes. Dans l'obscurité les hommes sautaient, couraient et attrapaient n'importe quelle femme qu'ils pouvaient en déclarant que quiconque attrapait une femme pouvait avoir des rapports sexuels avec elle en se basant sur le principe de la chasse permise.

 

5. Al-Ismâ'îliyya :

 

Leur origine remonte à Muhammad ibn Ismâ'îl ibn Ja'far dont ils disent qu'il mit fin à l'imamat Chiite hérité, en étant le septième Imam. Ils apportent comme preuve le fait qu'il y a sept cieux, sept terres et sept jours par semaine, indiquant que le cycle des Imams finira au septième.

 


6. Al-Muhammira :

 

Ils ont été nommés ainsi parce qu'ils teignaient leurs vêtements en rouge (en arabe ahmar signifie rouge) à l’époque de Bâbak al-Khuramî. Ces vêtements rouges devinrent leur symbole. Il est également dit qu’ils furent nommés ainsi parce qu'ils prétendaient que tous les autres groupes qui n’étaient pas d'accord avec eux et les gens de la vérité étaient des ânes (himar-s).

 

7. Al-Ta'lîmiyya :

 

Ils ont été nommés ainsi en raison de leur principe fondamental de la négation de la validité de l'opinion ou de la raison et du fait qu'ils invitaient les gens aux enseignements de l'Imam infaillible sans lequel il est impossible de parvenir à la connaissance.
 

Articles en relation

Les plus visités

Groupes et sectes

La secte nusayrî

Les secrets de la secte nusayrî : Il est nécessaire que le musulman qui ne connaît rien sur la charlatanerie de la Bâtiniyya s’étonne qu’une secte ou un courant...Plus