Le sport en Islam (I)

Le sport en Islam (I)
  • Date de publication:23/10/2013
  • Catégories:Ethique
  • Fréquence:
12011 2857

L’Islam est une religion magnifique par bien des aspects et notamment parce que c’est une religion complète ; en effet, l’Islam est complet car il prend soin à la fois du corps et de l’âme, il donne à cette dernière ce dont elle a besoin et lui montre la voie afin qu’elle accède au bonheur dans cette vie et dans l’autre, mais concomitamment il ne néglige pas le corps et les moyens de le rendre sain et fort. Ainsi, l’Islam invite le musulman à prendre soin de son corps et à faire le nécessaire pour le fortifier, à ce propos une parole très connue du Prophète () étaye cette assertion : « La croyant fort est meilleur et plus aimé d’Allah que le croyant faible, mais dans les deux il y a un bien » (rapporté par Mouslim) ; il () a également dit : « Ton corps a un droit sur toi » (rapporté par Mouslim et par d’autres).
C’est ainsi que le sport apparaît comme l’un des meilleurs moyens - si ce n’est le meilleur – permettant de développer et de renforcer le corps, le sport est donc fortement recommandé légalement. Le sport ne fait certes pas partie, comme le pensent certains, de ces choses desquelles le musulman doit s’écarter car considérées comme des amusements inutiles qui détournent le croyant de l’adoration et du dhikr et sont la cause d’une détérioration du respect mutuel entre les gens ; cette vision des choses est complètement erronée et s’oppose au principe selon lequel l’Islam est une religion complète et globalisante descendue pour façonner le musulman physiquement, intellectuellement, spirituellement, socialement et moralement de la meilleure des manières. 

Les bénéfices du sport :

Il ne fait aucun doute que le sport fait partie des principales causes du développement et du renforcement du corps : il aide ce dernier à exécuter ses fonctions naturelles, il favorise une bonne circulation sanguine, il améliore le fonctionnement du cerveau et du cœur, il renforce notablement les muscles et empêche donc leur avachissement, il augmente la souplesse des articulations, il permet à l’individu qui s’y adonne de gagner en énergie et en vitalité, de même que l’énergie dépensée pendant la pratique sportive permet d’éliminer les graisses, les toxines et le mauvais cholestérol, le sport prévient donc les maladies et lutte efficacement contre l’obésité. Par ailleurs, le sport est un bon moyen d’occuper le temps libre par une activité très profitable et utile et donc d’éviter de se perdre dans une oisiveté cause de nombreux vices, de même que le sport aide à soigner les problèmes psychologiques et il réduit les tensions et le stress, notamment chez les jeunes.
Du point de vue éthique, nous pouvons affirmer que le sport élève la morale et le comportement de l’individu, il permet en outre à ce dernier d’améliorer ses relations avec les autres, il inculque à celui qui le pratique des vertus nobles proches de celles de la chevalerie comme la force, la générosité et le respect de l’adversaire, il lui enseigne l’esprit d’entraide ainsi que l’esprit de compétition, lequel doit être basé sur le respect et l’honneur ; l’individu sportif ayant assimilé ces vertus cardinales dans le cadre du sport devra en dernière instance en faire usage dans ces relations sociales à une échelle plus globale.
Etant donné que le musulman est soumis à des obligations légales dès qu’il quitte l’enfance et que ces dernières nécessitent d’avoir un corps fort et vigoureux comme c’est le cas pour la prière, du jeune, du pèlerinage ou du djihad, alors on peut estimer que le sport, qui donne de la force au corps, est une nécessité pour le musulman. Notre Oumma est une nation jeune, son but principal est d’adorer Allah, de plus sa mission est d’expliquer aux gens qu’ils doivent adorer Allah, exalté soit-Il, de diriger le monde et de le commander grâce à cette religion, pour atteindre ces objectifs magnifiques, il est nécessaire que cette Oumma soit forte et bien préparée afin de mener à bien cette éminente mission ; à ce propos Allah, exalté soit-Il, donne aux croyants l’ordre suivant : « Et préparez [pour lutter] contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée » (Coran 8/60). Le Prophète () a interprété le mot « force » (quwwa) par le tir à l’arc, il () a dit : « La force c’est le tir à l’arc » ; notre Prophète () nous a appris l’importance que revêtait le tir à l’arc dans la vie de l’homme et son rôle essentiel dans la vie du musulman.

Le sport en Islam :

L’Islam et notre Prophète () ont invité les musulmans, hommes, femmes et enfants, à pratiquer du sport.

Le sport chez l’enfant :
Le jeu et le sport sont des activités très importantes pour l’enfant, et même si souvent celui-ci ne voit dans le sport qu’un moyen de passer du bon temps avec ses camarades, cette activité physique essentielle joue un rôle important dans la stimulation et la vitalisation du cœur de l’enfant ainsi que dans le développement de son corps et de son esprit. Par conséquent, on ne peut pas considérer le sport comme étant une simple perte de temps, bien on contraire il faut voir en lui une activité nécessaire ainsi qu’un moyen de développer les capacités et le potentiel de l’enfant, d’apprendre et d’assimiler des connaissances, de créer des liens forts entre les enfants d’un même peuple, de dépenser de manière positive et productive l’énergie des enfants et d’éloigner ces derniers de toute insociabilité.
L’Islam veille à inculquer aux enfants l’amour des jeux, de l’exercice physique et du sport, on peut même dire que notre religion compte le sport parmi les moyens permettant de préserver et de fortifier le corps, ce qui est une manière d’obéir à Allah, de même que l’Islam voit dans le sport un élément essentiel de la formation et de l’éducation des enfants, c’est pour cela que le Prophète () veillait à leur communiquer cet amour du sport, soit en jouant et en badinant avec eux, soit en les laissant continuer à jouer lorsqu’il () les surprenait en plein jeu, tant que ce dernier ne s’opposait pas bien sûr aux préceptes de la Charia, il faut souligner que le Prophète () allait parfois jusqu’à organiser des compétitions entre les enfants pour lesquelles il () les récompensait. On trouve dans le Musnad d’Ahmed cette parole de ‘Abdallah ibn al-Hârith (RadhiaAllahouAnhou) : « Le Prophète () fit s’aligner ‘Abdallah, ‘Ubaydallah et Kathîr Banî al-‘Abbâs (Radhia Allahou Anhoum) puis il dit : « Celui qui arrive le premier aura le droit à telle ou telle chose », alors les enfants se précipitèrent vers lui et il les mit sur son dos, les prit dans ses bras, il les embrassa et les étreignit ».
Par ailleurs, le Prophète () organisa une lutte entre Râfi’ ibn Khadîdj et Samra ibn Djandab, ces deux là avaient chacun quatorze ans, Samra eut donc le dessus sur Râfi, et après que le Prophète () eut constaté la force des deux adolescents, il les enrôla tous deux pour une expédition militaire, Samra était un grand archer et Samra était un lutteur de haut niveau.
Nous constatons à travers cette courte démonstration que le Prophète () portait un grand intérêt à la jeunesse musulmane, il (Salla Allhou Alaihi wa Sallam) s’occupait lui-même de leur éducation et d’organiser des compétitions entre eux, et ce, bien qu’il () était très occupé par ailleurs ; il est à noter que ce sont les chefs de la Oumma qui ont hérité de lui () cette mission. La célèbre parole de ‘Umar ibn al-Khattâb a traversé les époques et est un conseil parfaitement atemporel : « Enseignez à vos enfants la natation, le tir à l’arc et l’équitation ».

(à suivre)

Articles en relation

Les plus visités

Ethique

L’interdiction de maudire son prochain (ne vous maudissez pas)

Maudire consiste à invoquer Allah contre son prochain pour le chasser et l’éloigner de la miséricorde d’Allah. Il fait partie des dommages les plus durs causés par...Plus