La femme

  1. La femme
  2. Minorités musulmanes

La minorité musulmane en Corée du Sud

La minorité musulmane en Corée du Sud
9367 1711

La presqu’île coréenne se trouve au sud du continent asiatique, à l’ouest de cette dernière il y a la mer Jaune, qui la sépare de la Chine, et à l’est il y a la mer du Japon. Par ailleurs, la presqu’île coréenne partage ses frontières du nord et du nord-ouest avec la Russie et la Chine. La presqu’île coréenne fut divisée en deux pays distincts après la Seconde Guerre mondiale ; ainsi, la Corée du Nord et la Corée du Sud sont séparées par une zone neutre. La Corée du Sud a pour capitale la ville de Séoul et parmi ses autres grandes villes importantes on trouve Busan et Tejo.

Le territoire de la Corée du Sud :

La Corée du Sud est dominée par des paysages montagneux, mais si de manière générale ses montagnes ne sont pas très hautes, certains de ses sommets dépassent tout de même les 1500 mètres d’altitude et son sommet le plus haut atteint quant à lui les 1915 mètres. Sur les côtes on trouve de nombreuses baies qui facilitèrent l’établissement en leur sein de ports naturels comme ceux de Busan ou de Wanchun. La Corée du Sud dispose également de terres de plaines non loin des côtes, et parmi ses terres les plus fertiles il y a celles qui se trouvent dans le sud-ouest du pays ; en outre, les plus grands fleuves existant dans le pays sont le Naktong (522 km) et le Han Jiang (512 km).

La population :

La population de Corée du Sud atteint aujourd’hui le nombre de 49 millions d’habitants, la plupart d’entre eux sont bouddhistes, mais il y a également une minorité chrétienne qui compte 2,5 millions de personnes ainsi qu’une minorité musulmane dont le nombre de ses membres atteint les 57 000 individus, ce dernier chiffre est très correcte sachant que l’Islam n’a pénétré que récemment dans le pays.

Comment l’Islam est-il arrivé en Corée du Sud ? :

L’histoire de la Corée nous montre que les Arabes y arrivèrent assez tôt, c’est ainsi qu’Ibn Khardadhabah indique dans son livre Les routes et les royaumes que des commerçants arabes pénétrèrent dans le pays de Silla (ancien royaume correspondant à l’actuelle Corée) au IXe siècle ; par ailleurs, l’histoire coréenne met en évidence l’existence de relations commerciales entre les Arabes et le royaume de Silla au XIe siècle. Les sources nous disent qu’en 1040 une délégation de marchands arabes, venant de Chine, ont visité ce royaume de Silla et offrirent des cadeaux précieux au roi Jun Jang.
Toutefois, ces contacts entre les deux mondes furent éphémères et principalement fondés sur le commerce, ce qui n’entraîna pas un enracinement et une diffusion de l’Islam dans cette partie du monde. Ainsi, la pénétration réelle et effective de l’Islam en Corée eut lieu durant la guerre de Corée en 1950. En effet, des forces armées turques appartenant à l’armée onusienne se rendirent en Corée du Sud, l’imam de ces forces musulmanes était un certain cheikh ‘Abd al-Rahmân, les Turcs construisirent une mosquée en 1956 afin de pouvoir pratiquer leur culte, ce fut donc là les prémices de la présence musulmane en Corée du Sud. Il faut savoir que dès ces débuts des Coréens embrassèrent l’Islam, ils furent à l’époque quelques milliers à faire ce choix, puis le nombre de musulmans continua peu à peu à augmenter. Notons que c’est en 1963 que se forma l’Union islamique coréenne, mais son organisation fut refondée en 1966 et à cette occasion c’est Sabri Souh qui fut élu président de cette institution et ‘Abd al-‘Azîz Kim son secrétaire, une mosquée temporaire fut alors construite à Séoul.
En 1967, Sabri Souh, le président de l’Union, et ‘Uthmân Kim, professeur de langue arabe à l’Université de Hankouk, visitèrent plusieurs pays islamiques dont la Malaisie, le Pakistan, l’Arabie Saoudite, l’Egypte ou bien encore al-Quds. Le but de ce périple était de renforcer les relations entre les musulmans de Corée du Sud et le monde musulman.

La mosquée et le Centre islamique de Séoul :

En 1967, le ministère des cultes coréen reconnut officiellement l’Union islamique de Corée, de plus le président coréen de l’époque fit don aux musulmans du pays d’un terrain d’une surface de 5000 m2 afin qu’ils y bâtissent la grande mosquée de Séoul ainsi qu’un grand centre islamique. La première pierre de ce projet fut posée en 1971, et la même année une délégation de musulmans sud-coréens partit rendre visite à feu le roi Faysal ibn ‘Abd al-‘Azîz Âl Sa’ûd lui-même en visite au Japon, ce dernier leur promit alors de soutenir financièrement la minorité musulmane de Corée du Sud. En 1972 se forma un comité issu des rangs de l’Union islamique coréenne avec pour mission de construire la grande mosquée et le Centre islamique, et c’est un an plus tard que le président de l’Union entama un tour des pays arabes afin de recueillir auprès d’eux un soutien matériel pour ce projet, il visita donc le Royaume d’Arabie Saoudite, l’Egypte, Abou Dhabi, le Qatar, le Maroc ou encore la Lybie. Et c’est en 1974 qu’eut lieu la cérémonie d’inauguration du Centre islamique de Séoul, une délégation de différents pays arabes et musulmans participa à l’événement. Et c’est un an plus tard qu’eut lieu la cérémonie d’inauguration de la mosquée attenante au centre, y participèrent 51 représentants de 19 pays arabes et musulmans. Et en 1981, le comité islamique coréen inaugura deux mosquées dans deux villes différentes, Busan et Kuanjou, les mosquées en Corée du Sud atteignirent donc à ce moment-là le nombre de huit.

La conférence des minorités musulmanes à Séoul :

En 1976 s’est tenue au Centre islamique de Séoul une conférence des minorités musulmanes. La même année fut ouvert l’Institut de la langue arabe au sein du Centre, lequel édita en outre son premier ouvrage, intitulé Comment être musulman ?, puis se constitua la première association caritative musulmane de Corée du Sud, de même que l’Union islamique coréenne fonda une petite mosquée dans la ville de Busan où vivent plus de 300 musulmans. Il faut également noter que le Centre islamique édita un certain nombre de petits livres et fascicules sur l’Islam en coréen. En 1977, une délégation saoudo-koweitienne visita les musulmans de Corée du Sud, les membres de cette dernière proposèrent de financer la construction d’une école islamique afin d’enseigner aux enfants de la communauté les préceptes de l’Islam, le Serviteur des Lieux Saints, le roi Fahd ibn ‘Abd al-‘Azîz Âl Sa’ûd alloua pour ce projet une allocation annuelle de 25 000 dollars versée à l’Union islamique.

La répartition géographique des musulmans en Corée du Sud :

Le nombre des musulmans en Corée du Sud est d’environ 70 000, ces derniers se répartissent dans trois régions principales : à Séoul, à Busan et à Kuanjou. A l’extérieur du pays, on estime que les musulmans coréens sont environs 10 000 dont la plus grande partie vit en Arabie Saoudite. Il est important de noter que le message de l’Islam convint de plus en plus de Coréens, ainsi le nombre de musulmans en Corée du Sud est en constante progression, et si la prédication était encore mieux organisée et plus soutenue, alors le nombre de musulmans dans le pays pourrait augmenter encore plus et plus rapidement.

Les besoins de la prédication islamique en Corée du Sud :

La prédication islamique en Corée du Sud pour se maintenir et se développer a besoin de différentes choses, il faut donc :
- traduire des livres essentiels sur l’Islam en langue coréenne, de même qu’il faut revoir, corriger et perfectionner les traductions du Noble Coran déjà existantes.
- soutenir les associations d’étudiants musulmans, de même qu’il faut inciter les étudiants musulmans coréens envoyés dans les diverses universités islamiques du monde musulman à accomplir le travail de prédication.
- profiter pleinement de la liberté concernant le prosélytisme religieux existant en Corée du Sud, soutenir la prédication islamique et mettre au point une stratégie bien étudiée prenant en compte la mentalité et le caractère du peuple coréen.
- mettre en place un programme éducatif pour les étudiants musulmans coréens correspondant à chaque niveau et classe.
- corriger et rectifier les doutes que les ennemis de l’Islam auraient pu mettre dans la tête des jeunes coréens concernant cette religion, ainsi qu’élever le niveau culturel de ceux qui se chargent de prêcher l’Islam.
-unir les efforts consentis par les différents structures et organisations islamiques coréennes dans ce travail au service de l’Islam.

Nous avons donc présenté ici un court aperçu de la présence de l’Islam en Corée du Sud, nous demandons à Allah qu’Il guide de nombreux Coréens vers ce chemin de lumière.
 

Articles en relation