Le mérite de réconcilier les gens (II)

Le mérite de réconcilier les gens (II)
  • Date de publication:08/12/2019
  • Catégories:Ethique
  • Fréquence:
2767 149

Suite

Félicitations, ô, musulmans, à ceux qui ont été guidés par Allah, le Tout-Puissant, à réconcilier deux adversaires, des conjoints, des voisins, des amis, des partenaires ou des groupes.

Ce qui indique encore plus la grande vertu de réconcilier les gens est que l’islam permet même de mentir afin de réconcilier des personnes qui se querellent. Le sens voulu du mensonge, dans ce cas, est d’exagérer dans la description et l’affirmation des aspects positifs de l’autre partie, afin de réconcilier les cœurs et de faire valoir qu’un tel différend n’était pas intentionnel. Le Prophète, , a dit :

« Celui qui réconcilie les gens n’est pas considéré comme un menteur s’il exagère ce qui est bon, ou s’il dit ce qui est bon. » (Ahmad)

Un ‘Âlim (savant) a dit :

« Allah, le Tout-Puissant, aime que l’on mente, en vue de réconcilier [les gens], et n’aime pas que l’on dise la vérité pour provoquer la discorde [entre eux]. »

Donc, faites attention à cela.

Nous devons réaliser que nous sommes des êtres humains et que les différends qui éclatent entre nous sont normaux. Rares sont les personnes qui sont à l’abri du désaccord. Cela peut se produire entre vous et votre frère, un membre de votre famille, votre épouse ou un ami… Cela arrive souvent. En conséquence de cela, nous devons résoudre le désaccord par la réconciliation, les poignées de main, le pardon, la bienveillance, l’amour et la fraternité, pour que tout aille bien, de nouveau.

Réfléchissons sur ce Hadith du maitre de ceux qui réconcilient les gens,  :

« Les portes du Paradis sont ouvertes au cours de deux jours : le lundi et le jeudi. Chaque être humain qui n’associe rien à Allah, le Tout-Puissant, se voit accorder le pardon, à l’exception de celui qui éprouve de la rancœur contre son frère. Il sera dit : retardez [l’entrée] des deux, jusqu’à ce qu’ils se réconcilient, retardez [l’entrée] des deux, jusqu’à ce qu’ils se réconcilient, retardez [l’entrée] des deux, jusqu’à ce qu’ils se réconcilient. » (Mouslim)

Al-Awza’i, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit :

« Il n’y a pas de démarche qui soit plus chère à Allah, le Tout-Puissant, qu’une démarche entreprise en vue de la réconciliation des gens. Quiconque réconciliera deux personnes, Allah, le Tout-Puissant, lui accordera la protection contre le Feu de l’Enfer. »

Ô vous, mes bien-aimés, pour l’amour d’Allah, le Très Haut ! Quelqu’un peut dire :

« Je voudrais bien me réconcilier avec untel, mais je crains qu’il ne me rejette, refuse de me recevoir, ou n’apprécie pas ma visite à sa juste valeur !”

Nous vous disons : rappelez-vous que votre Prophète, , vous dit (en substance) : allez le voir, même s’il vous rejette ou s’il parle en mal de vous. Allez le voir une fois, deux fois, trois fois, et hâtez-vous de lui faire un cadeau, de lui sourire et de le traiter gentiment. Le Prophète, , a dit : « Allah, le Tout-Puissant, rehausse l’honneur de celui qui pardonne. » (Al-Boukhâri et Mouslim) Si vous pardonnez, Allah, le Tout-Puissant, accroitra votre honneur. Si vous réconciliez les gens, Allah, le Tout-Puissant, rehaussera [de même] votre honneur. Si l’on repousse vos [avances] ou si la porte ne vous est pas ouverte, retournez [d’où vous venez], et sachez qu’il s’agit là, du comportement voulu [par la législation islamique et pratiqué] par les prédécesseurs de la Ummah (communauté musulmane). Agir de la sorte est une preuve de pureté du cœur, puisqu’Allah, le Très Haut, a dit (selon la traduction du sens du verset) : « […] si l’on vous dit : ‘Retournez’, eh bien, retournez. Cela est plus pur pour vous […] » (Coran 24/28)

Prenez donc soin de respecter cela, ô croyant, mais ne laissez pas à Satan la possibilité de vous atteindre [en laissant tomber]. Essayez de vous réconcilier, dès aujourd’hui. Appelez celui avec qui vous êtes en conflit et traitez-le gentiment. Peut-être que cet appel pourrait être une raison, après la miséricorde d’Allah, le Tout-Puissant, du pardon de vos péchés :

« […] N’aimeriez-vous pas qu’Allah vous pardonne ? Or, Allah est Pardonneur et Miséricordieux ! » (Coran 24/22)

Allez le voir. Il y a des gens qui sont allés voir leurs adversaires pour s’assoir avec eux, quinze ou trente minutes seulement, mais qui ont fini par rester assis, avec eux, pendant de longues heures, en raison de la joie, du réconfort, de la compréhension mutuelle et de l’amour qu’ils ont ressenti, à ce moment-là.

Essayez d’être celui qui prend l’initiative de la réconciliation, et ne laissez pas les instigations de Satan avoir le dessus sur vous.

Le Prophète, , a dit :

« Il est illicite, pour un musulman, de rompre toute relation avec son frère musulman pendant plus de trois jours consécutifs. Quand ils se rencontrent, chacun d’eux se détourne le visage de l’autre. Le meilleur [d’entre eux] est celui qui salut [l’autre] le premier. » (Ahmad)

Celui qui cherche la réconciliation doit garder à l’esprit les règles de bienséance relatives au règlement des conflits, afin qu’Allah, le Tout-Puissant, le soutienne et afin de récolter les fruits de ses efforts.

Les règles de bienséances les plus importantes :

1- Il doit faire en sorte que son intention soit uniquement la satisfaction d’Allah, le Tout-Puissant. Il ne doit pas avoir l’intention d’acquérir des richesses, du prestige, faire montre d’ostentation ou rechercher la gloire, grâce à la réconciliation. Il doit plutôt rechercher [uniquement] la satisfaction d’Allah, le Tout-Puissant, qui a dit (selon la traduction du sens du verset) :

« […] quiconque fait cela, en recherchant l’agrément d’Allah, à celui-là, Nous accorderons bientôt une récompense énorme. » (Coran 4/114)

2- Il doit adhérer à la justice et éviter, complètement, toute iniquité. « […] réconciliez-les avec justice et soyez équitables, car Allah aime ceux qui sont équitables. » (Coran 49/9)

3- Il doit fonder sa conciliation sur des connaissances de la Charî’ah. Il est préférable de consulter des spécialistes, à cet égard (les oulémas), d’étudier la question sous tous ses angles, et d’écouter chacune des parties.

4- Il ne doit pas être téméraire dans son jugement. Il doit prendre son temps, car la hâte peut conduire à empirer la situation.

5- Il doit choisir le moment approprié pour rapprocher les parties en conflit. C’est-à-dire que l’on doit démarrer la réconciliation uniquement lorsque le problème s’est calmé, que la gravité du conflit s’est atténuée, et que le feu de la colère s’est éteint. Ce n’est qu’alors qu’il convient de débuter les efforts de réconciliation.

6- Parmi les règles de bienséance prépondérante, il y a aussi l’importance de prononcer de belles paroles. [Par exemple], l’on devrait s’adresser aux protagonistes en disant : « Ô père d’untel, vous êtes connu pour ceci ou cela [de positif] […] » Il doit mentionner ses mérites et ses bonnes actions. Se faisant, il peut exagérer, allant même jusqu’à mentir. Il doit ensuite le mettre en garde contre les rancunes et les disputes.

Ô Allah ! Purifie nos cœurs de la rancune, de l’envie et de la tricherie. Ô Allah, réforme nos relations avec nos proches parents. Ô Allah, réforme nos relations avec ceux qui nous sont chers. Ô Allah, fais en sorte que la vie soit pour nous un moyen d’accroitre tout bien et que la mort soit, pour nous, un soulagement de tout mal, avec Ta miséricorde, ô [Toi], le plus Miséricordieux d'entre tous !

Articles en relation