Islamweb | Accueil | Le Hidjab | Droits | La vie conjugale | Autres femmes pieuses | Santé et physique

 

 

Leçons et enseignements tirés de la Bataille de Tabouk

Jeudi 27-5-2010

Premièrement : Le récit coranique de la bataille de Tabouk : Les versets du Coran traitant de la bataille de ‘Al Ousra figurent parmi les plus longs versets...

Imprimez   Votez       
  Lu: 3878 | Imprimé: 0 |  expédié: 0 |  Taux: 0

Premièrement : Le récit coranique de la bataille de Tabouk :

Les versets du Coran traitant de la bataille de ‘Al Ousra figurent parmi les plus longs versets traitant du combat des musulmans contre leurs adversaires. Ils commencent par galvaniser les énergies pour refouler les attaques des chrétiens. Ils rappellent aux musulmans qu’Allah, Exalté soit-Il, n’accepte jamais la moindre négligence quant à la protection de Sa religion et au triomphe de Son Prophète Salla Allahou Alaihi wa Sallam. Ils soulignent que le relâchement des musulmans à cause des difficultés les empêchant de combattre les romains serait considéré comme un dérapage vers l’apostasie et l’hypocrisie. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens des versets) : « Ô vous qui croyez! Qu’avez-vous ? Lorsque l’on vous a dit: «Elancez-vous dans le sentier d’Allah» vous vous êtes appesantis sur la terre. La vie présente vous agrée-t-elle plus que l’au-delà ? - Or, la jouissance de la vie présente ne sera que peu de chose, comparée à l’au-delà! Si vous ne vous lancez pas au combat, Il vous châtiera d’un châtiment douloureux et vous remplacera par un autre peuple. Vous ne Lui nuirez en rien. Et Allah est Omnipotent.» (Coran 9/38-39).
En lisant la sourate At-Taouba, on constate sur le champ qu’elle fait l’exposé de la bataille de Tabouk, comme suit :
1/ Le saint Coran adresse un reproche sévère à ceux qui s’étaient absenté. La bataille de Tabouk se distinguait des autres expéditions entreprises par le Prophète, Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam, car Allah, Exalté soit-Il, avait incité les musulmans à y prendre part tout en blâmant ceux qui s’étaient absenté. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Légers ou lourds, lancez-vous au combat, et luttez avec vos biens et vos personnes dans le sentier d’Allah. Cela est meilleur pour vous, si vous saviez »  (Coran 9/41).
Cette bataille fut la dernière expédition entamée par le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, comme elle fut une application pratique du verset qui dit (sens du verset) : « Ô vous qui croyez! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous; et qu’ils trouvent de la dureté en vous. Et sachez qu’Allah est avec les pieux »(Coran 9/123).
 
2/ Allah, Exalté soit-Il, distingue cette bataille, en dehors des autres, en la qualifiant de « moment difficile ». Il dit (sens du verset) : « Allah a accueilli le repentir du Prophète, celui des Emigrés et des Auxiliaires qui l’ont suivi à un moment difficile, [...] » (Coran 9/117).
En fait, cette bataille constituait effectivement un moment difficile dans toute l'acception du terme.
3/ En faisant l’exposé de cette grande bataille, le récit coranique a riposté aux hypocrites qui avaient calomnié les Compagnons démunis lorsque l’un d’entre eux avait donné une moitié de Saâ à titre d’aumône. Là, les hypocrites avaient colportéqu’Allah, Exalté soit-Il, se passait de ce don et que ce Compagnon n’avait donné cette aumône que par ostentation. Ainsi, les versets suivants furent révélés (sens du verset) : « Ceux-là qui dirigent leurs calomnies contre les croyants qui font des aumônes volontaires et contre ceux qui ne trouvent que leurs faibles moyens (à offrir), et ils se moquent alors d’eux. Qu’Allah les raille. Et ils auront un châtiment douloureux » (Coran 9/79).
4/ Le saint Coran a confirmé que les croyants qui étaient sortis avec le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, et dont le nombre avait dépassé les trente mille personnes seraient généreusement récompensés. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « (Pas de reproche) non plus à ceux qui vinrent te trouver pour que tu leur fournisses une monture et à qui tu dis: «Je ne trouve pas de monture pour vous.» Ils retournèrent les yeux débordant de larmes, tristes de ne pas trouver de quoi dépenser »  (Coran 9/92).
Deuxièmement : La mise en pratique lors de cette bataille du principe de la consultation :
Lors de cette bataille, le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, avait mis en pratique le principe de la consultation et s’était conformé aux conseils d’Abou Bakr et de Omar concernant certaines calamités, dont les suivantes :
A/ Le conseil de Abou Bakr pour implorer Allah, Exalté soit-Il, quand l’armée fut étouffée par la soif :
Omar Ibn Al Khattab rapporta ce qui suit : « Nous fîmes halte dans un endroit où nous fûmes atteints d'une soif atroce à tel point que nous avions l'impression que nos cous allaient se briser de sècheresse. L’homme égorgeait son chameau, pressurait ses excréments, en buvait le liquide issu et mettait le reste sur son ventre. Abou Bakr dit au Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam : « Ô Messager d’Allah, Allah, Exalté soit-Il, ne t’a jamais refusé une imploration. Si seulement tu L’implorais pour qu'Il nous donne à boire ». Le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, lui dit : « Est-ce que tu le désires ? » Abou Bakr répondit par l’affirmative. Alors le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, leva ses mains vers le ciel et ne les baissa pas avant que les nuages n'apparussent et que la pluie ne tombât. Les troupes remplirent les récipients dont ils disposaient et allèrent voir l'étendue de la portée de la pluie et s'aperçurent qu'en fait les nuages ne dépassaient pas leur camp. »
B/ Le conseil donné par Omar de ne pas égorger les chameaux quand l’armée crevait de faim :
 Pendant la marche vers Tabouk l’armée fut atteinte d’une famine. Les combattants demandèrent au Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, de leur permettre d’égorger les chameaux pour apaiser leur faim. L'autorisation leur fut accordée. Quand Omar en prit connaissance, il se rendit auprès du Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, et lui dit qu’il craignait que les combattants ne trouveraient plus de monture, d’autant plus qu’ils devaient faire un long trajet. Il proposa au Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, d’apporter les restes des provisions et d’implorer la bénédiction d’Allah Exalté soit-Il. Le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, approuva la proposition de Omar. Les provisions abondèrent dans les récipients des soldats qui mangèrent à satiété.
C/ Approbation du conseil de Omar de ne pas traverser les frontières de la Grande Syrie et de regagner Médine :
Quand le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, arriva à Tabouk il trouva que les romains avaient fui à toutes jambes par crainte des musulmans. Il voulut traverser les frontières de la Grande Syrie et consulta ses Compagnons à ce propos. Omar Ibn Al Khattab, qu’Allah soit satisfait de lui, proposa le retour de l’armée à Médine. Il justifia que les romains avaient de nombreux groupements où aucun musulman ne vivait parmi elles. Ce conseil était béni car le combat en terre romaine fut extrêmement difficile et exigeait une tactique spéciale, d’autant plus que la guerre menée dans le désert suit une stratégie complètement différente de celle menée dans les villes. Par ailleurs, le nombre des romains en Grande Syrie s’évaluait à quelques deux cent cinquante  mille personnes cantonnées et fortifiées dans les villes, ce qui constituerait un danger pour l’armée musulmane.
La consultation dans les affaires politiques, militaires, sociales et autres est une noble méthode éducative, adoptée par le Prophète élu, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, pendant toute sa vie.
Troisièmement : Entraînement pratique rigoureux sur le terrain :
 La bataille de Tabouk avait d’innombrables avantages dont la formation pratique rigoureuse sur le terrain. Le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, parcourut avec ses Compagnons une longue distance souffrant de la chaleur torride de l’été et de conditions de vie extrêmement difficiles. Ils furent sur le point de mourir de soif ; les vivres et les montures leur manquaient. Nul doute que ces facteurs constituaient une formation rigoureuse sur le terrain que seuls les hommes robustes pouvaient endurer.
Dans ce contexte, Mahmoud Chit Khattab affirma : « Les forces armées modernes imposent à leurs soldats un entraînement pénible qui consiste à traverser des sites et des entraves solides, à parcourir de longues distances dans des conditions climatiques différentes, à souffrir pour quelque temps de la faim et de la soif. Cet entraînement vise à apprendre aux soldats à endurer les situations les plus dures qu’ils pourraient rencontrer pendant la guerre. L’armée de Al Ousra avait enduré des peines qui ne furent guère moins difficiles, voire même plus sévères que cet entraînement rigoureux. Les soldats avaient quitté Médine, alors que les fruits avaient mûri. Ils parcoururent une longue distance dans le désert de la Péninsule arabe sous une chaleur brûlante et avaient enduré pendant des jours la faim et la soif.
La bataille de Tabouk constituait une formation rigoureuse pour les musulmans par laquelle le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, voulut les préparer pour assumer, par la suite, la responsabilité de protéger la liberté de propager l’Islam en dehors de la Péninsule arabe. Cette bataille fut la dernière entreprise par le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam. Il voulut donc se rassurer sur la compétence de ses soldats avant de rendre l’âme et de rejoindre les Sublimes Compagnons. Cette formation pratique avait beaucoup servi les Compagnons aux temps des califes. Grâce à leur foi robuste, à leur confiance placée en leur Créateur, à leur forte aptitude physique et à leur parfaite expertise qui leur permit de manier les sabres, les piques et toute sorte d’armes existant à leur époque, ils parvinrent à conquérir la Grande Syrie et la Perse.
Quatrièmement : Résultats de la bataille :
 Le chercheur peut facilement dégager les résultats de cette bataille et les résumer en ce qui suit :
1/ Cette bataille avait dissipé la crainte que les arabes (qu’ils soient musulmans ou mécréants) ressentaient à l’égard des romains. En fait, les arabes avaient le pressentiment que la force des romains était inébranlable et invincible. Ils avaient crainte de mentionner les romains qu’en serait-ce de les conquérir. Peut-être la défaite des musulmans à Mou’ta corroborait-elle cette idée fixe et ancrée dans l’esprit arabe depuis la Djahiliya quant à l’invincibilité des romains. Cette mobilisation générale fut donc indispensable en vue d’effacer cet abattement psychologique des arabes.
2/ Il était également indispensable de faire étalage de la force de l’Etat islamique, seule puissance dans la région capable de défier les superpuissances mondiales à l’époque. Ce défi n’avait pas de pulsions tribales ou ethniques et ne visait pas à réaliser les convoitises de certains leaders. Il avait, de facto, un objectif libéral et constituait un appel au genre humain de s’affranchir de la servitude vouée à la créature pour la destiner au Créateur. Cette bataille avait réussi à atteindre cet objectif convoité en dépit de l’absence de toute confrontation militaire avec les romains qui s’étaient enfuis vers le Nord et avaient abandonné leurs sites aux musulmans, permettant ainsi à ces derniers de remporter une victoire sans faire couler une seule goutte de sang. Cette victoire avait soumis à la domination islamique des principautés chrétiennes alliées à l’Empire romain, à l’exemple de celle de Dawmat Al Djandal et celle de Ayla (actuellement la ville de Al Aqaba, donnant sur le Golfe de Al Aqaba), avec lesquelles le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, avait conclu un traité qui déterminait leurs devoirs et leurs droits. Les autres tribus arabes, relevant de la Grande Syrie qui n’avaient pas été soumises à la domination islamique à Tabouk, furent profondément influencées par l'expansion islamique. Elles commencèrent alors à remettre leurs attitudes à l’examen et à comparer entre les avantages tirés de leur allégeance à l’Etat byzantin et ceux d’orienter cette allégeance vers l’Etat islamique naissant. La bataille de Tabouk fut le point de départ de la conquête islamique de la Grande Syrie. Il est vrai qu’elle fut précédée par d’autres tentatives mais qui n’avaient pas donné les même fruits que celle-ci. En fait, la bataille de Tabouk préluda une kyrielle de conquêtes consécutives poursuivies par les successeurs du Prophète Salla Allahou Alaihi wa Sallam. La preuve c’est que le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, avant de rendre l’âme avait préparé une armée sous le commandement d’Oussama Ibn Zaïd Ibn Haritha dirigée vers les romains pour devenir l’avant-garde de l’armée de la conquête. L’armée en question comprenait parmi ses éléments la majorité des Compagnons du Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, mais elle ne s’était lancée à la tâche qu’après sa mort, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, elle avait pourtant réalisé l’objectif convoité de sa constitution.
 Le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, a établi les fondations et les étapes à parcourir de la conquête de la Grande Syrie, voire de l’ensemble des conquêtes islamiques.
3/ La bataille avait unifié la Péninsule arabe sous la bannière du Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam. En fait, l’attitude des tribus arabes vis-à-vis du Messager d’Allah, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, et de la Daâwa en général, avaient été profondément influencées par des événements combinés tels que la conquête de la Mecque et les batailles de Khaybar et de Tabouk. Ces tribus se trouvaient alors obligées d’embrasser l’Islam notamment après l’arrivée de l’hégémonie islamique aux frontières des Romains et après la conclusion du traité de paix de Nadjrane avec les parties du Sud engagées dorénavant à verser la capitation. Les tribus arabes ne trouvaient donc d’autres solutions que de prendre l’initiative exhaustive d’embrasser l’Islam et de joindre le convoi de l’obédience au Prophète Salla Allahou Alaihi wa Sallam. Vu le grand nombre de tribus arabes qui avaient afflué des quatre coins de la Péninsule arabe vers Médine pour rencontrer le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, après son retour de la bataille de Tabouk, la neuvième année de l’hégire fut, selon les sources islamiques intitulée « L’année des Délégations ».
C’est ainsi que se termine l’exposé sur les batailles, commandées par le Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, lui-même dont la vie bénite fut riche en leçons et en enseignements à tirer et à apprendre aux générations musulmanes. Il s’agit de leçons et d’enseignements nécessaires pour éduquer la nation et pour établir un Etat qui gère ses affaires conformément à la loi d’Allah Exalté soit-Il.

Faites passer le mot

Conseillez le site IslamWeb à vos amis, parents et voisins..Cliquez ici

Services

Effectuez vos prières à l'heure.. Cliquez ici

Newsletter

Entrez votre email pour recevoir les newsletter

Share this site on :

Droits d'auteur réservés à Islamweb.net 2010©