Piété filiale à la lumière du Coran

11891 3119

Allah, exalté soit-Il, dit (sens des versets) :
« Et ton Seigneur a décrété : « N’adorez que Lui ; et (marquez) de la bonté envers les père et mère : si l’un d’eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi, alors ne leur dis point : « Fi ! » et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses. Et par miséricorde, abaisse pour eux l’aile de l’humilité, et dis : « Ô mon Seigneur, fais-leur, à tous deux, miséricorde comme ils m’ont élevé tout petit ». (Coran : 17/23-24)
Chers lecteurs, les versets susmentionnés présentent une illustration des différentes formes de piété filiale, nous vous invitons à admirer avec nous la splendide image qu’ils donnent de cette dernière.
Prenons le temps de réfléchir à ces images et ces scènes de piété envers les parents. Dans ces versets, Allah, exalté soit-Il, nous ordonne de Lui vouer une adoration exclusive, puis Il rattache la piété envers les parents à cette adoration, accordant ainsi une très grande importance à la piété filiale.
Avec ces images évocatrices, le Noble Coran stimule le sentiment de piété et de miséricorde dans le cœur des fils et des filles. C'est que le rythme effréné de la vie fait que l'on porte davantage son attention sur l'avenir c'est-à-dire sur sa progéniture, la jeunesse et les nouvelles générations et non pas sur le passé, et sur la génération des personnes plus âgées. Voilà pourquoi les sentiments des enfants ont besoin d'être stimulés fortement pour qu'ils regardent en arrière et fassent attention à leurs parents.
Poussés par leur nature innée, les parents accourent vers leurs enfants pour les entourer de soins. Ils sacrifient tout pour leurs enfants y compris eux-mêmes. Tout comme le germe qui absorbe la nourriture contenue dans la graine et la laisse en fragments effrités, tout comme le poussin qui absorbe la nourriture contenue dans l'œuf et ne laisse que la coquille, les enfants absorbent le fruit des efforts de leurs parents qui focalisent tout leur intérêt sur eux, pour finir dans la vieillesse et le déclin - si Allah, exalté soit-Il, leur accorde un délai - et ils n’en sont pas moins heureux.
Les enfants, eux, oublient vite tout cela. Ils se projettent vers l'avenir, vers leurs épouses et leur progéniture. Ainsi est faite la vie. Les parents n'ont pas besoin qu'on les conseille de prendre soin de leurs enfants. Ce sont plutôt ces derniers qui ont besoin d'être sensibilisés pour qu'ils se rappellent de leurs devoirs envers cette génération qui leur a tout donné au point de flétrir. Ici, le verset coranique cité plus haut, nous donne l'ordre d'être bienfaisants envers nos parents. L'ordre est donné sous forme de décret qui suit un autre décret, celui qui nous ordonne d'adorer Allah, exalté soit-Il.

« […] si l’un d’eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi, alors ne leur dis point : « Fi !» et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses. » Nous devons respecter au plus haut point les personnes âgées et leur faiblesse doit nous inspirer le respect.
L'expression « auprès de toi » illustre la recherche de protection des parents une fois devenus vieux et faibles.
« alors ne leur dis point : « Fi ! » et ne les brusque pas ». C'est le premier degré de la bienséance et de la politesse. Le fils ne doit commettre aucun acte qui dénote d'un ennui et d'un embêtement. Il doit s'abstenir de tout ce qui peut constituer une insulte et une impolitesse.
« mais adresse-leur des paroles respectueuses». Ceci représente un degré plus élevé de la bienséance. L'enfant doit faire preuve du plus haut respect en adressant la parole à ses parents.
« abaisse pour eux l’aile de l’humilité, ». C'est la compassion qui engendre un attendrissement comparable à l'humilité. L'enfant n'ose ni désobéir à un ordre de l'un de ses parents ni faire preuve d'obstination vis-à-vis d'eux.
« et dis : « Ô mon Seigneur, fais-leur, à tous deux, miséricorde comme ils m’ont élevé tout petit». Il est question ici d'un souvenir tendre, celui de notre enfance fragile lorsque nos parents prenaient soin de nous. Mais aujourd'hui c'est eux qui se retrouvent dans un état de faiblesse. Ils ont besoin de soin et de tendresse, au même titre que nous lorsque nous étions enfants. Il faut implorer Allah, exalté soit-Il, pour qu'Il leur fasse miséricorde, la miséricorde et la protection d'Allah, exalté soit-Il, étant immenses. La demeure auprès d'Allah, exalté soit-Il, est plus honorable. Allah, exalté soit-Il, est plus apte à les rétribuer pour les efforts qu'ils ont prodigués et pour leur amour envers leurs enfants, que ces derniers ne peuvent point rétribuer.

Articles en relation