Le trouble des athées

Le trouble des athées
4802 1371

Depuis la nuit des temps et jusqu’à nos jours la grande majorité des gens croient que eux-mêmes ainsi que le monde qui les entoure ont été créés par un Créateur suprême. Et même si la plupart de ces gens qui reconnaissent l’existence d’un Créateur lui attribuent des associés dans leurs adorations, au minimum ils croient en un Dieu unique et en diverses divinités. Toutefois, il est remarquable de constater qu’il a toujours existé à travers les siècles une infime minorité de personnes qui ont nié jusqu’à l’existence même d’un Créateur. Le nombre de cette catégorie d’individus, qu’on doit appeler des athées, a explosé durant notre époque, et notamment dans les pays d’Occident, lesquels athées occidentaux ont une certaine influence sur les peuples issus d’autres cultures. En effet, ces athées occidentaux ne se sont pas contentés de leur propre athéisme, ils sont en fait devenus les tenants et les messagers de cette idéologie qu’ils essayent de diffuser grâce à tous les moyens de communication modernes comme les livres, les articles de presse, les conférences, les programmes radios et télévisés, internet, etc.
Que dit l’athée aux gens lorsqu’il les invite à adopter son idéologie ou bien lorsqu’il essaye de démontrer que l’athéisme est la vérité ? En fait, malgré qu’ils prétendent être des rationalistes, ceux qui invitent à l’athéisme n’ont pas un seul argument sur lequel ils sont d’accord, de même qu’ils n’ont rien qui puisse leur faire s’épanouir dans cette pensée stérile, en réalité leurs propos sont confus et ils pataugent dans les contradictions et les sophismes qui les égarent encore et encore.
L’argument principal que les athées utilisent pour justifier leur athéisme est le fait que selon eux ceux qui croient en l’existence d’un Créateur ne leur donnent aucun argument convainquant qui démontrerait cette dernière ; ainsi, quand les athées argumentent, ils partent du postulat que l’inexistence du Créateur est une chose naturelle, et donc c’est à celui qui prétend que Dieu existe d’apporter la preuve de Son existence. Pourquoi ne serait-ce pas le contraire ? Pourquoi la chose naturelle ne serait-elle pas celle à laquelle croient la majorité des gens, car quelque chose au fonds d’eux leur dit que c’est cela la vérité ? N’est-ce donc pas alors à celui qui sort de cette normalité, c’est-à-dire l’athée, d’apporter la preuve de ce qu’il avance ? De leur côté ceux qui croient en l’existence du Créateur sont convaincus, comme nous allons le voir, que la seule et unique explication de l’existence de ce monde est que c’est Dieu qui l’a créé. Est-ce que l’athée pense que cette question de l’existence de ce monde est une question qui ne le concerne pas et que seuls les croyants cherchent à en connaître l’origine ? La vérité est que cette question concerne toute personne raisonnée, et donc si un individu écarte la possibilité que Dieu soit à l’origine de ce monde, il se doit de proposer une autre explication qu’il tentera de présenter aux croyants comme étant un substitut à l’existence du Créateur de toute chose. Certains ont bel et bien fait des tentatives dans ce sens, mais toutes furent de piètres tentatives comme nous allons le voir.
Parmi les arguments les plus étranges employés par les athées il y a celui de ce psychologue, ayant également de bonnes connaissances en anthropologie, qui découvrit que toutes les cultures du monde, quelles que soient leur position géographique et leurs différences, se rejoignent sur le fait de reconnaître l’existence d’un Créateur ; par conséquent, le psychologue en déduisit que cette foi commune trouve nécessairement son origine au fonds de l’âme humaine, malgré cela il persista dans son athéisme. Vous savez pourquoi ? Celui-ci a prétexté qu’il ne voyait pas quelle était l’utilité de cette foi ! Si ce psychologue entendait par « foi » la foi de celui qui s’arrête à l’unicité dans la Seigneurie et ne va pas au-delà, alors peut-être qu’il a raison ; ainsi, Allah, exalté soit-Il, dit à propos de la foi de certaines personnes : « Dis-[leur] : « Quelles mauvaises prescriptions ordonnées par votre foi, si vous êtes croyants » » (Coran 2/93). Cependant, la chose la plus importante et de laquelle on tire le bénéfice le plus grand – bénéfice duquel découle une quantité illimité d’autres bénéfices – est de croire que Seul Allah l’Unique mérité d’être adoré. Si un individu parvient à comprendre cette réalité et apprend à connaître Son Seigneur, à L’aimer et à L’adorer, alors il en résultera un bonheur spirituel surpassant toutes les autres formes de bonheur, car cette compréhension et cette adoration permettront à cet individu d’obtenir la satisfaction d’Allah, exalté soit-Il ; l’obtention de cette satisfaction divine est le plus grand et le plus beau bénéfice de la foi en l’existence du Créateur. Quant à ceux qui n’ont pas fait l’expérience de ce bonheur spirituel nous leur disons qu’il y a d’autres bénéfices à adorer Allah, exalté soit-Il, libre à eux d’en prendre connaissance. Parmi ces bénéfices incontestables, il y a le fait que la foi en Allah, exalté soit-Il, donne un sens à la vie, car en effet elle lui donne un but, et notamment en faisant de la vie après la mort, c’est-à-dire l’entrée au Paradis, un objectif supérieur et ultime.
Il est certain que l’homme ne peut pas vivre dans cette vie sans un but, c’est pour cela qu’on constate que chaque individu est animé par le désir de réaliser un objectif. Toutefois, ces buts purement mondains sont multiples, contradictoires et éphémères, par exemple tel étudiant a pour but de passer un examen, tel fonctionnaire a pour but d’obtenir une promotion, tel homme d’affaires a pour but de faire des bénéfices, tel chercheur a pour but de faire une découverte décisive dans son domaine de spécialité afin que peut-être elle soit connue et diffusée et que lui-même devienne célèbre et respecté, tel leader politique a pour but d’accéder à une fonction importante dans la direction de son pays et ainsi de suite. Mais si ces individus s’isolent et commencent à réfléchir sur le vrai devenir, ils se disent dans leur for intérieur : Et puis, qu’y a-t-il après cela ? Que se passe-t-il après la mort ? Comment s’y préparer ? Quand ces questions reviennent souvent à l’esprit de certaines personnes, celles-ci tentent de ne plus y penser en se jetant à corps perdu dans des divertissements futiles ou dans la réalisation d’objectifs mondains à courte échéance.
Si le psychologue athée cité plus haut a prétendu qu’il ne voyait dans la foi aucun intérêt, d’autres individus de son espèce ont été encore plus loin dans l’aveuglement, ces derniers ont prétendu que la religion est la cause principale des maux qui ravagent notre monde ; ainsi, un certain Dukans a dénombré parmi ces maux causés par la religion le phénomène de la guerre, citant des exemples de guerres dites de religion comme le conflit israélo-arabe, la guerre d’Afghanistan ou encore le conflit en Irlande du Nord, de même que Dukans compte parmi ces maux le terrorisme et l’extrémisme, il consacra en outre dans l’un de ses ouvrages un chapitre entier aux divers types de protestations (violentes) organisées par les musulmans à travers le monde à l’occasion de la diffusion des caricatures danoises. Dans ce livre comme dans les autres, Dunkans insiste bien sur le fait qu’il est hostile à la religion, il n’a fait qu’affirmer ce que bien d’autres athées avaient affirmé avant lui.
Premièrement, il est nécessaire que nous rappelions aux athées du genre de Duncans que les deux grands conflits mondiaux du XXe siècle, qui ont fait plus de morts (environ 70 millions entre les deux) que n’importe quel autre conflit de l’histoire humaine, n’avaient aucun lien avec la religion, il faut même ajouter que la Seconde Guerre mondiale, qui fut le conflit le plus meurtrier (50 millions de morts), a mis au prise des idéologies purement athées et matérialistes : la social-démocratie capitaliste, le nazisme et le communisme stalinien. Deuxièmement, nous leur rappelons en sus que les conquêtes coloniales occidentales à travers le monde avaient pour principale cause l’appât du gain et le désir d’expansion, conquêtes durant lesquelles les Occidentaux utilisèrent la religion de manière opportuniste et indigne. Troisièmement, ces athées de mauvaise foi doivent savoir que les conflits, comme ceux cités plus haut, n’ayant pas pour motif la religion furent nombreux et cela est une chose bien connue de tous, à titre d’exemple les tribus arabes qui se livraient des guerres violentes et acharnées avant l’Islam n’avaient-elles pas des motifs tout à fait éloignés de la religion ?
Quatrièmement, nous leur rappelons que même si l’ensemble des religions se rejoignent sur le fait de reconnaître l’existence d’un Créateur, toutes n’appliquent pas dans les faits cette foi. En effet, la première conséquence de la foi en l’existence d’un Créateur consiste à L’adorer Lui Seul sans rien Lui associer, mais hélas la plupart des religions connues dans le monde, hormis l’Islam, sont des religions associationnistes qui ne considèrent pas Allah, exalté soit-Il, comme la source de leurs lois. Par conséquent, faire des agissements et des dires de ces religions le critère par lequel déterminer si Dieu existe ou non relève d’une logique erronée. Comment se fait-il que ces diverses religions ont des lois divines différentes, de même qu’elles divergent sur les questions dogmatiques au point de se livrer des guerres sanglantes et de se battre avec acharnement ? Malgré cela nous confirmons ce que nous avons rappeler plus haut : la foi en l’existence d’un Créateur est le fondement de toute religion authentique, c’est ainsi que les Arabes, auxquels Allah, exalté soit-Il, a envoyé Muhammad (), étaient à ce moment-là le peuple ayant la plus grande foi dans le fait qu’Allah, exalté soit-Il, est le Créateur de toute chose, le Grand Pourvoyeur (al-Razzâq) ainsi que Celui Qui donne la vie et la reprend ; ainsi, le message a fait de cette foi le point de départ de son invitation à adorer Allah, exalté soit-Il, sans rien Lui associer. L’imminente place qu’occupe la foi en l’existence du Créateur est la cause de notre intérêt pour elle.
Cinquièmement, nous disons aux négateurs de l’existence du Créateur qui prétendent que les religions sont responsables de la plupart des maux qui ravagent le monde : est-ce que vous voulez dire par là que si les gens du monde entier se mettaient à nier l’existence du Créateur et celle de l’au-delà, dans lequel le bon est récompensé et le mauvais est puni, alors la paix se répandrait sur terre, les gens en viendraient à fraterniser en s’aimant les uns les autres et en faisant preuve entre eux d’une grande tolérance, de même que personne n’agresserait son prochain ou ne convoiterait ce qu’il possède ? N’est-ce pas là faire preuve d’une extrême naïveté ainsi qu’une erreur manifeste ? N’est-ce pas le contraire qui se produirait comme peuvent le pressentir toute personne raisonnée ?

Articles en relation