Explication du chapitre Al-Humazah (le calomniateur)

Explication du chapitre Al-Humazah (le calomniateur)
197 16

La sourate (chapitre coranique) Al-Humazah (le calomniateur) [No. 104] est l’une des sourates les plus courtes de la trentième partie du noble Coran. L’explication qui suit est extraite du Tafsîr d’ibn Kathîr qui est l’un des livres de Tafsîr (explication) les plus fiables.

Le texte de la sourate :

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

1. Malheur à tout calomniateur diffamateur,

2. qui amasse une fortune et la compte,

3. pensant que sa fortune l’immortalisera.

4. Non ! Il sera certes, jeté dans la Hutamah (concasseur).

5. Et qui te dira ce qu’est la Hutamah ?

6. [C’est] le Feu attisé d’Allah

7. qui monte jusqu’aux cœurs.

8. Certes, il se refermera sur eux,

9. en colonnes étendues.

Explication :

« Malheur à tout calomniateur diffamateur »

Il s’agit de celui qui méprise les gens et les rabaisse, comme dans les paroles d’Allah, le Très-Haut (selon la traduction du sens) : « […] grand diffamateur, grand colporteur de médisance. » (Coran 68/11) Il s’agit, selon Ibn ‘Abbâs et Qatadah, qu’Allah soit satisfait d’eux, d’un calomniateur qui passe son temps à semer la dissension et la discorde entre les gens, en leur racontant de fausses histoires et en causant la corruption. Il a été rapporté par Al-Boukhâri et Mouslim, qu’Allah leur fasse miséricorde, que le Messager d’Allah, , est passé près de deux tombes et a dit :

« Assurément, ils sont tous deux punis, non pas pour un péché majeur, mais parce que l’un d’entre eux ne se nettoyait pas après avoir uriné et l’autre avait l’habitude de colporter de fausses histoires. » (Al-Boukhâri et Mouslim)

L’Imam Ahmad, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que Hudhayfah, qu’Allah soit satisfait de lui, a dit : « J’ai entendu le Messager d’Allah, , dire : « Ceux qui colportent des histoires inventées n’entreront pas au Paradis. » (Mouslim)

« qui amasse une fortune et qui la compte »

Il s’agit de celui qui amasse son argent et qui s’occupe à la compter, comme un avare, comme cela est mentionné, également, dans les paroles d’Allah, le Très-Haut, (selon la traduction du sens) : « […] qui amassait et qui thésaurisait. » (Coran 70/18) Sa fortune occupe tout son temps : Il passe toute sa journée à compter et à thésauriser son argent, et la nuit, il dort comme un cadavre en décomposition.

Il pense que sa fortune l’immortalisera. »

Il s’agit de sa croyance que sa richesse accumulée prolongera sa vie, en ce monde.

« Non »

Autrement dit, la situation n’est en aucun cas comme il le suppose.

« Il sera certes, jeté dans la Hutamah (concasseur). »

C’est-à-dire que celui qui thésaurise sa richesse, avec avarice, sera, assurément, jeté dans un Feu qui écrase et qui brule jusqu’au cœur, tandis qu’il est toujours en vie.

« Et qui te dira ce qu’est la Hutamah ? »

« Il est le feu d’Allah [éternellement] alimenté qui monte jusqu’au cœur. »

Thabit, qu’Allah soit satisfait de lui, a dit : « Cela signifie que (le Feu) les brule jusqu’à leur cœur, tandis qu’ils sont en vie. » Puis, il a dit : « Le châtiment atteint alors son apogée. » À ce stade, Thabit s’est mis à pleurer (à la pensée d’un tourment aussi terrible). Selon Mohammed Ibn Ka'b, qu’Allah soit satisfait de lui, le Feu consume la chair du corps jusqu’à ce qu’il atteigne le cœur, puis il se rend jusqu’à la gorge, et recommence à [consumer] son corps.

« Certes, il se refermera sur eux (Mu'sadah) »

Il n’y aucun moyen de s’échapper du Feu ni aucun soulagement, dans la mesure où, selon Ibn Abbâs, le mot arabe Mu'sadah, utilisé dans ce verset, signifie qu’il (le Feu) verrouille toutes les portes sur eux, de sorte qu’il n’y ait pas d’échappatoire. Qatadah, qu’Allah soit satisfait de lui, a dit que cela signifie un feu qui bloque toute lumière et qui empêche toute sortie de celui-ci. Al-Dahhâk, qu’Allah soit satisfait de lui, quant à lui, a dit que cela signifie un feu qui englobe tout et à partir duquel il n’y a pas de porte pour sortir.

Selon Abu Imran Al-Jawni, qu’Allah lui fasse miséricorde :

« Quand le jour de la Résurrection viendra, par l’ordre d’Allah, tout tyran, tout diable et toute personne qui avait l’habitude de craindre les gens (plutôt qu’Allah) sera enchainé dans des fers. Puis, Allah ordonnera que ceux-ci   soient jetés dans le Feu et ils en seront recouverts. Par Allah, leurs pieds ne seront pas en mesure de prendre quelque position que ce soit sur le sol. Ilsne seront pas en mesure de voir le ciel, à l’intérieur de celui-ci, car leurs yeux ne seront jamais en mesure de se fermer dans le sommeil ni — par Allah — il ne gouteront jamais de boissons froides (rafraichissantes). » (Ibn Abi Hâtim)

« en colonnes étendues. »

'Atiyah Ibn' Awfi, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit que cela signifie des colonnes de fer, tandis qu’Al-Suddi, qu’Allah lui fasse miséricorde a dit : « Cela signifie des colonnes de feu. » Qatadah a dit que, selon Ibn Abbâs, cela signifie que les portes (du Feu) sont étendues. Al-’Awfi attribue également à Ibn ‘Abbâs que cela signifie qu’Allah, le Très-Haut, les placera dans le Feu avec des colonnes étendues, au-dessus d’eux. Cette opinion est étayée par des preuves selon lesquelles ils seront enchainés par le cou et que les portes [de l’Enfer] sont verrouillées sur eux. Qatada a dit également : « Nous avions l’habitude de dire qu’ils seront châtiés avec des colonnes de feu. » Il s’agit de l’explication préférée d’Ibn Jarir, qu’Allah lui fasse miséricorde, tandis qu’Abu Sâlih, qu’Allah soit satisfait de lui a dit que le verset signifie : « Dans des chaines lourdes (qui les lient) ».

Articles en relation