Le droit d’Allah sur Ses serviteurs et le droit des serviteurs sur Allah

Le droit d’Allah sur Ses serviteurs et le droit des serviteurs sur Allah
2602 22

 

Le droit d’Allah sur Ses serviteurs et le droit des serviteurs sur Allah

Le droit d’Allah sur l’ensemble de Ses serviteurs est d’œuvrer en monothéistes sans Lui associer quoi que ce soit, Lui vouer un culte exclusif, obéir à Ses injonctions et s’abstenir de commettre ce qu’Il a défendu. Allah, exalté soit-Il, dit :

« Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent. » (Coran 51/56).

« Ton Seigneur a ordonné que Lui seul soit adoré. » (Coran 17/23).

« Nous avons suscité à chaque peuple un Messager qui l’a exhorté à adorer Allah et à fuir les fausses divinités. » (Coran 16/36).

« Adorez Allah sans rien Lui associer. » (Coran 4/36).

Parallèlement à cela, le droit des serviteurs sur Allah s’ils agissent en monothéistes et n’associent personne à Son adoration, s’acquittent de Son droit, est qu’Il les fasse entrer au Paradis et les sauve de l’Enfer. Allah dit

« Allah a promis aux croyants et aux croyantes des jardins traversés de rivières où ils vivront pour l’éternité et des demeures agréables dans les jardins d’Eden. » (Coran 9/72).

« Quant à ceux qui croient et accomplissent de bonnes œuvres, ce sont les êtres les plus nobles de l’humanité. En récompense de leur foi, ils seront admis auprès de leur Seigneur dans les jardins d’Eden traversés de rivières, entièrement satisfaits d’Allah qui sera Lui-même satisfait d’eux. Voilà comment ceux qui craignent leur Seigneur seront récompensés pour l’éternité. » (Coran 98/7-8).

Mu’âdh ibn Jabal, qu’Allah soit satisfait de lui, relate ce qui suit : Alors que j'étais en croupe sur un âne derrière le Prophète, , celui-ci m’interpella en ces termes : « Mu’âdh ! Sais-tu quel est le droit d'Allah sur Ses serviteurs et le droit de ces derniers sur Allah ? » Je répondis : « Allah et Son Messager le savent mieux que quiconque. » Il dit : « Le droit d'Allah sur Ses serviteurs est qu'ils L’adorent sans rien Lui associer et le droit de Ses serviteurs sur Allah est qu’Il ne châtie pas celui qui ne Lui donne aucun associé. » Rapporté par Boukhari. Et dans une version : « Le droit d'Allah sur Ses serviteurs, s’ils s’acquittent de Son droit, est qu’Il ne les châtie pas »

Dans son ouvrage Tuhfat Al-Abrâr, Al-Baydâwî a dit : « Le droit qui incombe effectivement aux serviteurs est qu’ils vouent un culte exclusif à Allah. C’est une obligation clairement établie. Tout autant que la récompense leur est due puisque c’est ce qu’implique la promesse d’Allah qu’Il ne manque jamais de tenir. »

Al-Tîbî a dit : « Le droit d’Allah signifie que c’est une obligation qui Lui incombe … Certains savants ont dit : le droit des serviteurs sur Allah est qu’Il tienne sa promesse. Or, une des caractéristiques d’Allah est qu’Il tienne toujours sa promesse en réalisant ce qu’Il a promis. C’est donc le droit qu’Il tienne Sa promesse. »

Al-‘Uthaymin na dit : « « Le droit d'Allah sur Ses serviteurs est qu'ils L’adorent sans rien Lui associer et le droit de Ses serviteurs sur Allah est qu’Il ne châtie pas celui qui ne Lui donne aucun associé. » c’est-à-dire qu’il ne châtie pas celui qui n’associe personne à son culte. En effet, ne rien Lui associer est une preuve que le culte est accompli avec une intention sincère en monothéiste pure. Et ce n’est qu’en accomplissant des actes d’adoration qu’on pourra Lui vouer un culte exclusif et sincère. »

Dans son ouvrage Fath Al-Bârî, Ibn Hajar a dit : « En disant : « Sais-tu quel est le droit d'Allah sur Ses serviteurs et le droit de ces derniers sur Allah ?», le droit désigne toute chose due qu’elle soit actuellement existante ou qui le sera nécessairement à l’avenir. En arabe, on emploie aussi ce terme : Al-Haqq, pour désigner un propos véridique parce qu’il doit survenir sans aucun doute. On l’utilise aussi pour désigner tout droit qu’un tiers mérite et au sujet duquel il n’y a point de doute. Aussi, ce qui est voulu dans ce hadith est le droit qu’Allah mérite de la part de Ses serviteurs. Il en a donc fait une obligation qui leur incombe.

Al-Qurtubî a dit : « Le droit d’Allah sur Ses serviteurs est la promesse qu’Il leur a faite de les récompenser en les obligeant à agir selon ces termes : « qu'ils L’adorent sans rien Lui associer ». Le sens de l’adoration est de lui obéir et fuir les péchés. Aussi, cette parole est suivie d’une autre qui enjoint les fidèles à ne rien lui associer car cela fait du monothéisme qui n’accepte pas de défaillance. La sagesse d’avoir exigé de ne rien Lui associer après avoir demandé qu’Il soit adoré est la suivante : certains mécréants prétendaient adorer Allah. Mais, parallèlement à cela ils adoraient aussi d’autres divinités. Allah a donc posé comme condition que les actes d’adoration ne soient voués uniquement à Lui à l’exclusion de tout autre …

Les termes : « le droit de Ses serviteurs sur Allah est qu’Il ne châtie pas. » ont été rapportés dans la version d’Ibn Hibbân, selon ‘Amr ibn Maymûn, ainsi : « qu’il leur pardonne et ne les châtie pas. » Et dans la version d’Abû ‘Uthman : « qu’Il les fasse entrer au Paradis. » Et dans la version d’Abû Al-‘Awâm il est dit en plus : « et qu’Il leur pardonne. » Et celle de Abd Al-Rahmân ibn Ghanam : « et les fasse entrer au Paradis. »

Al-Qurtubî a dit : « Le droit des serviteurs sur Allah est qu’Il réalise la promesse qu’Il leur a faite en les récompensant et les rétribuant. C’est donc un droit qui est dû en vertu de Sa promesse qui est véridique et de Sa parole qui est tout aussi véridique. Il est impossible qu’Allah mente et nous donne une fausse information ou qu’Il manque à sa promesse. Et rien n’incombe à Allah puisque personne n’est au-dessus de Lui pour Lui donner un ordre. »

Le Prophète, , a expliqué dans le hadith de Mu’âdh, qu’Allah soit satisfait de lui, deux droits. Les deux sont liés à la parole de l’unicité. Le premier est le droit d’Allah sur Ses serviteurs : L’adorer et ne rien Lui associer. Le monothéisme est le plus important et le plus obligatoire des droits qui incombent aux serviteurs. De tous les ordres divins, c’est le plus important. Aussi, il n’y a aucune nation ayant précédé notre Prophète, , sans qu’il ne leur ait envoyé un prophète. Et le message de tous les prophètes a pour socle commun d’affirmer qu’il est obligatoire d’adorer Allah seul et sans associé. Allah a d’ailleurs fait du monothéisme une condition d’entrer au Paradis et un obstacle qui s’érige devant l’Enfer empêchant tout monothéiste d’y demeurer éternellement. Allah dit :

« Quiconque associe d’autres divinités à Allah se verra privé du Paradis et n’aura d’autre refuge que l’Enfer. Nul ne saurait sauver les impies. » (Coran 5/72).

Le premier droit tel qu’il a été énoncé dans le hadith de Mu’âdh est le droit d’Allah sur Ses serviteurs. Celui-ci consiste à adorer Allah en monothéiste comme l’a dit le Prophète,  : « Le droit d'Allah sur Ses serviteurs est qu'ils L’adorent sans rien Lui associer. »

Quant au deuxième droit, c’est celui des serviteurs sur Allah. S’il s’acquitte du droit d’Allah, alors le droit des serviteurs est qu’Allah ne les châtie pas. Or, ceci est une grâce divine puisque rien ni personne ne peut Lui imposer quoi que ce soit. Ibn Taymiyya a dit : « Le fait que le fidèle mérite d’être rétribué est un honneur et une grâce de la part d’Allah. Ce n’est pas une chose qu’il mérite en contrepartie d’une autre comme ce peut être les cas des hommes entre eux. Certains affirment : il n’y a aucun sens à affirmer que le fidèle mérite ce qui lui est dû, si ce n’est qu’Allah nous en a informé et que Sa promesse est véridique … comme l’indique le Coran et la Sunna. Allah dit :

« Nous nous faisons toujours un devoir de faire triompher les croyants. » (Coran/47). Ceci dit, les adeptes de la Sunna affirment :  Allah est celui qui S’est prescrit la miséricorde et S’est imposé ce droit. Ce ne sont pas les fidèles qui le Lui ont imposé … »

Aussi, il est bien connu que le fidèle n’obtient le salut et le paradis uniquement en raison de la grâce d’Allah et de Sa miséricorde, comme il est dit dans ce hadith : « Sachez que nul ne devra son salut à ses œuvres. » Quelqu’un demanda : « Pas même toi, Messager d’Allah ? » Il répondit : « Pas même moi ! Je ne serai sauvé que si Allah me couvre de Sa miséricorde et de Sa grâce. » Rapporté par Boukhari. Ibn Hajar a dit : « Le hadith mentionne que les œuvres seules ne permettent pas de faire entrer son auteur au Paradis. Or, dans ce verset il est dit : « Entrez au Paradis en récompense des œuvres que vous avez accomplies !» (Coran 16/32). En fait, c’est par des œuvres qui sont acceptées du seigneur que l’on peut entrer au Paradis. Et nos œuvres ne sont acceptées que par la miséricorde d’Allah. On n’entre donc au paradis que par la miséricorde d’Allah. »

Articles en relation