Harcèlement sexuel sur une patiente
Fatwa No: 105736

Question

Dans cette question, il s'agit d'une affaire qui soulève des controverses ; je désire savoir comment les Compagnons du Prophète, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, auraient réagi si une telle affaire avait eu lieu à leur époque. Le problème est qu'un médecin a entrepris des provocations sexuelles sur une patiente dans sa clinique, car ils y étaient seuls tous les deux; heureusement, elle a pu s'enfuir. En prenant en considération que dans cette ville, il n'y a pas de femmes médecins, comment les Compagnons auraient-ils réagi dans un cas pareil ? Quel est le verdict de la Charia concernant cette affaire ?

Réponse

Louange à Allah.  Paix et salut sur Son Prophète.

Chère sœur,

D'après les textes relatifs à le biographie des Califes bien guidés,   qu'Allah soit satisfait d'eux, les Oulémas ont cité que celui qui commet un péché pour lequel il n'existe ni Hadd , châtiment corporel, ni Kaffara , expiation , est exposé au  Taâzir , punition discrétionnaire  : il est battu pour être corrigé .

Si un homme a des relations sexuelles  sans pénétration avec une femme autre que son épouse, il doit subir le Taâzir, mais ce ne peut être  établi qu'à la suite du témoignage de deux hommes.

Si deux hommes témoignent qu'un individu a exercé des sévices sexuels sur une telle femme, cet accusé doit subir, d'après ces témoignages, le Taâzir.

Cependant cette punition n'est pas appliquée si les témoins sont des femmes ou s'il n'y a qu'un seul témoin secondé par le sermon d'un autre individu .

Donc, si deux hommes attestent que le médecin en question a entrepris des provocations sexuelles sur cette femme, il mérite de subir le Taâzir. Cette cause est alors soumise au tribunal jugeant des affaires relatives à la Charia  pour que le malfaiteur soit assez sévèrement puni et s'abstenir ainsi de commettre à nouveau ce crime.

Mais, au cas où il n'y a pas deux hommes qui peuvent témoigner contre cet homme, on ne peut lui faire subir le Taâzir.

La règle générale énonce que  tout musulman est considéré pieux tant qu’il n’y a pas une preuve tangible qui contredit sa piété.

Cette femme doit, à l'avenir, ne plus s'isoler avec un homme Non-Mahram, même si c'est un médecin. Si elle doit être traitée par un médecin, elle doit être accompagnée par l'un de ses Mahrams ou par une autre femme pour prévenir tout isolement avec lui.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation