La femme enceinte qui a fait le vœu de jeûner tous les lundis de sa vie
Fatwa No: 119201

Question

J’ai fait le vœu de jeûner tous les lundis de ma vie. Aujourd’hui, je suis enceinte. M’est-il permis de suspendre mon vœu durant la période de grossesse ? Conseillez-moi s’il vous plaît.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d'Allah soitent sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

 

Les oulémas affirment qu’il est détestable de faire un vœu en raison de l’embarras que cela peut causer et de l’éventuelle incapacité de le respecter.

 

Ibn ‘Umar, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a déconseillé de faire des vœux et a dit : « Le vœu ne change pas le destin et sa seule vertu est d'obliger l'avare à dépenser. » (al-Bukhârî, Muslim)

 

Concernant le jeûne du lundi pendant la grossesse pour respecter un vœu, si ce jeûne entraîne un dommage quelconque pour vous ou votre grossesse, vous pouvez le rompre. Vous pouvez rompre également votre jeûne si vous avez un empêchement, mais dès que cet empêchement disparaît vous devez reprendre le jeûne. Et si le jeûne ne vous cause aucun dommage, vous devez continuer à jeûner.

 

Les oulémas ont divergé au sujet de l’obligation de rattraper les jours de jeûne dans le carde d’un vœu rompus pour une raison valable. Les écoles hanbalite et hanafite sont d’avis qu’il est obligatoire de les rattraper alors que les écoles chaféite et malékite sont d’avis que ce rattrapage n’est pas obligatoire.

 

Le cheikh Khalîl al-Mâlikî, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Sauf pour la personne qui fait le vœu de jeûner à un moment déterminé et qui, ce moment venu, se retrouve malade, a ses menstrues ou oublie. Il s’agit là d’une exception à l’obligation de rattraper les obligations, dans l’absolu. Cela signifie que le vœu de jeûner à un moment spécifique peut être rompu pour une excuse valable comme la maladie, les menstrues, un coma ou une contrainte et qu’il n’y a pas à le rattraper. » (Charh al-Mukhtasar) L’imam al-Nawawî, qu'Allah lui fasse miséricorde, a fait prévaloir cet avis. La même règle vaut si le jour de l’Aïd tombe sur un lundi. L’avis le plus correct est que ce jour ne doit pas être rattrapé non plus. Les jours de tachrîq (11,12 et 13 du mois de Dhû al-Hidja) sont aussi considérés comme des jours de fête, selon cet avis, et on ne peut donc pas y jeûner.

Quant au fait que ce vœu soit fait par une femme et que celle-ci rompe son jeûne certains lundis en raison de ses menstrues ou de ses lochies, il existe également deux avis sur le rattrapage de ces jours, tout comme pour le jour de l’Aïd et la majorité des savants sont d’avis qu’il n’a pas à les rattraper. Néanmoins, il serait préférable qu’elle rattrape ces jours de jeûne par précaution et pour sortir de la divergence entre les oulémas concernant cette question. Car certains oulémas ont même exigé en plus du rattrapage des jours de jeûne manqués, une expiation semblable à celle du serment.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation