Comment doit-on accomplir la prosternation de la récitation lors de la récitation de la sourate al-‘Alaq durant la prière en commun ?
Fatwa No: 135436

Question

Comment doit-on accomplir la prosternation de la récitation lors de la récitation de la sourate al-‘Alaq durant la prière en commun ? En effet on hésite entre accomplir la prosternation de récitation à la fin de la sourate et accomplir l’inclinaison de la prière. Pourriez-vous supprimer mes doutes à ce sujet ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Que la prosternation de récitation (du Coran) soit dans la prière ou en dehors de celle-ci, elle n’est pas obligatoire. Par conséquent, la personne qui récite un verset dans lequel se trouve une prosternation de récitation a le choix entre se prosterner et être récompensé pour cela ou ne pas se prosterner sans pour autant commettre de péché. Il est rapporté authentiquement que ‘Umar (qu’Allah soit satisfait de lui) a dit : « Ô gens, lorsque nous passons par un verset qui recommande de se prosterner, celui qui se prosterne sera récompensé et celui qui ne se prosterne pas n’aura pas commis de péché. » (Boukhari) Et dans une autre version : « Allah ne nous a pas imposé de nous prosterner et nous le faisons si nous le désirons. »

L'imam qui récite un verset de prosternation et désire se prosterner, doit, lorsqu’il a fini de réciter le verset, prononcer le Takbîr (Allah Akbar) puis se prosterner et dire dans la prosternation ce qu’il dit dans les autres prosternations. Il lui est recommandé de dire ce qu’a rapporté Ibn ‘Abbâs : « Allâhumma uktub lî bihâ ‘indaka adjran, wa da’ ‘annî bihâ wizran wa dj’alhâ lî ‘indaka dhukhran, wa taqabbalhâ minnî kamâ taqabbaltahâ min `abdika Dâwûd (Ô Seigneur ! Inscris-moi grâce à elle (cette prosternation) une récompense auprès de Toi, décharge-moi grâce à elle d'un péché, garde-la-moi auprès de Toi comme une provision (pour la vie future), et accepte-la de moi comme Tu l’as acceptée de Ton serviteur Dâwûd (David), Alaihi al-Salâm). » (Al-Tirmidhî) Puis il doit prononcer le Takbîr en se relevant et lorsqu’il est debout, il a le choix entre s’incliner directement ou réciter ce qu’il peut du Coran. Cependant mieux vaut que l’imam récite ne serait-ce qu’un court passage du Coran afin que ceux qui prient ne soient pas décontenancés, outre le fait qu’il se peut qu’il y ait parmi eux des personnes âgées qui ont besoin de se reposer un peu après s’être relevées de la prosternation.

Quant à celui qui prie derrière l’imam, lorsque ce dernier récite dans sa prière un verset contenant une prosternation de récitation, que ce soit celle de la sourate Al-‘Alaq ou une autre, il ne doit pas se prosterner car celui-ci ne doit se prosterner pour la prosternation de la récitation que lorsque l’imam derrière lequel il prie se prosterne; alors à ce moment-là il doit se prosterner avec lui.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation