Nulle contrainte en religion et l'obligation de prier
Fatwa No: 201169

Question

As-Salam Alaykoum, J'ai lu le verset 256 de la sourate 2 qui dit : « Nulle contrainte en religion ! » J'ai appris lu un hadith d’Abou Dawoud (495) et Ahmad (6650) qui ont rapporté d'après Amr ibn Shouayb, d'après son père qui le tenait de son grand père que le Messager d'Allah (Bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Donnez aux enfants l'ordre de prier dès l'âge de sept ans et corrigez les (s'ils ne le font pas) à partir de l'âge de dix ans, et séparez les au lit.» (Déclaré authentique par al-Albani dans al-Irwa,247.) Expliquez moi, donnez moi la bonne compréhension s'il vous plait.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compengnons.

Il faut savoir, en premier lieu, que les oulémas ont plusieurs avis concernant le sens du verset suivant : « Nulle contrainte en religion ! » (Coran : 2/256).

1/ Le premier avis : Ce verset est abrogé : c’est relaté d’après Ibn Mas'ûd et beaucoup d’oulémas exégètes. L’abrogation signifie qu’au début de l’Islam il était interdit de contraindre qui que ce soit d’embrasser la religion par le combat, puis la preuve a été établie que la prophétie du Messager d’Allah () est véridique ; et comme ils continuaient à manifester leur hostilité après l’éclaircissement de la légitimité de l’Islam, alors Allah, le Très Haut, a ordonné aux musulmans de les combattre : « Et combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'association et que la religion soit entièrement à Allah seul. S'ils cessent, donc plus d'hostilités, sauf contre les injustes. » (Coran : 2/193).
L’imam Ibn Kathir a dit : « D’autres oulémas ont dit que le verset 256 de la sourate 2 est abrogé par le verset du Combat 193 de la sourate 2 ; et que tous les peuples doivent être appelés à embrasser l’Islam, si l’un d’eux refuse d’embrasser l’Islam ou de s’y soumettre ou de verser la capitation, alors il sera combattu à mort. C’est cela la contrainte, Allah, le Très Haut, dit : « Vous serez bientôt appelés contre des gens d'une force redoutable. Vous les combattrez à moins qu'ils n'embrassent l'Islam. » (Coran : 48/16), « Ô Prophète ! Mène la lutte contre les mécréants et hypocrites et sois rude à leur égard. Leur refuge sera l'Enfer, et quelle mauvaise destination ! » (Coran : 66/9), « Ô vous qui croyez ! Combattez ceux des mécréants qui sont près de vous ; et qu'ils trouvent de la dureté en vous. Et sachez qu'Allah est avec les pieux. » (Coran : 9/123).
Et dans un hadith authentique, le Prophète () a dit : « Votre Seigneur s’émerveille de gens qui seront emmenés vers le Paradis par les chaines. », c'est-à-dire les prisonniers qui seront acheminés vers la terre de l’Islam enchainés et ligotés, puis qui embrasseront la religion islamique, leurs œuvres et leurs intentions seront bonnes, et ainsi ils entreront au Paradis. 

1/ Le deuxième avis : Ce verset est spécifique aux Gens du Livre : eux seuls ne sont pas contraints d’embrasser l’Islam s’ils se soumettent au paiement du triut. Allah, le Très Haut, dit : « Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humiliés. » (Coran : 9/29).
Quant autres nations, le Prophète () n’a admis des polythéistes arabes que l’Islam ou le combat et a dit : « J'ai reçu l'ordre de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils attestent que nul n'est digne d'être adoré en dehors d'Allah et que Mohammad est Son Messager…» (Boukhari et Muslim)
Cet avis a été choisi par l’imam al-Chawkani dans son livre Fath al-Qadir et Cheikh al-Chinqiti dans Adhwâ al-Bayân.

Bref, le sens du verset – selon les deux avis – ne veut pas dire que le musulman ne doit pas être obligé de faire, ce qu’il croit que c’est une obligation, s’il la délaisse : s’il délaisse la prière ou la Zakât ou toute autre obligation, il doit être contraint de l’accomplir car il croit que c’est une obligation à l’inverse du mécréant !
Ainsi vous constatez qu’il n’y a aucune contradiction entre le verset et le fait d’exhorter les enfants à prier pour la leur enseigner et de les frapper légèrement s’ils la délaissent quand ils atteignent la dixième année, car ils s’approchent de la phase de la puberté où les prescriptions légales leur vont être imposées. C’est pour cela que l’imam al-Qurtubi a dit en commentant ce verset : « Nulle contrainte en religion ! » (Coran : 2/256) : « Ce n’est pas la contrainte qui concerne les serments, les ventes, les dons et autres... ».

Et Allah sait mieux.


Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui