La règle concernant le fait de retarder la Zakât sur les cultures après la récolte
Fatwa No: 21060

Question

Concernant la Zakât sur les cultures, Allah, Exalté soit-Il, dit dans Son noble Livre (sens du verset) : « […] et acquittez-en les droits le jour de la récolte. […] » (Coran 6/141). Cela signifie-t-il que ce droit doit être acquitté lors de la récolte ou plutôt que l’on doit prendre connaissance de sa valeur ce jour-là et le distribuer à un autre moment en fonction des circonstances et des besoins des gens ? Si le cultivateur ou le propriétaire de l’exploitation a une dette, doit-il déduire cette dette de la Zakât sur la culture ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Messager et Serviteur, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.

 

La Zakât sur les cultures et les fruits doit être payée tout de suite après la récolte en raison de la parole d’Allah, Exalté soit-Il (sens du verset) : « […] et acquittez-en les droits le jour de la récolte. […] » (Coran 6/141) et il n’est pas permis de retarder ce payement sauf s’il y a un intérêt légitime à cela.

 

Cela concerne le moment du versement. Concernant le fait que le propriétaire de la culture a une dette à rembourser, il lui est permis de la déduire de la Zakât avant de la payer s’il s’est endetté pour une dépense liée à sa culture et faite avant l’obligation de paiement de la Zakât. Cependant, si cette dépense a été faite après l’obligation de paiement de la Zakât comme pour les frais de récolte et de battage, alors cela n’est pas permis. C’est ce que mentionna l’auteur de « Kachâf Al-Qina’ » suivant la doctrine hanbalite. Ibn Qodâma, qu'Allah lui fasse miséricorde, a mentionné que l’imam Ahmad, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Celui qui contracte une dette pour sa culture et une autre pour sa famille doit déduire la première, mais pas la seconde. » (Al-Mughni)

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui