L'âge de notre mère Aicha lors de son mariage avec le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam)
Fatwa No: 213706

Question

AICHA MARIEE A 19 ANS ET NON A 9 ANS :
Assalamou alikoum wa rahmatullahi wa barakatu,
De nombreux historiens ont expliqué que le mariage du Prophete (saws) avec Aicha (raa) eu lieu alors qu'elle avait 19 ans (et fiancée à 16 ans), ce qui est également mon avis vu la fiabilité des arguments des historiens qui s'appuient et sur la chronologie des évenements et sur les contextes historiques des hadiths, et les musulmans croient aveuglément qu'elle a été fiancée à 6 ans et épousée à 9 ans sans se poser de questions, avez vous entendu parler de cette hypothèse et qu'en pensez vous? si elle s'avère vrai comment ce fait il qu'on en entende jamais parler? J'ajoute que les historiens ne démentent pas le hadith qui en parle, ils precisent juste que par exemple, et c'est là un de leur argument, à l'époque lorsque qu'on parlait des chiffres dans certains domaines comme dans le commerce ou , ici, l'âge, on citait le chiffre sans sa dizaine ou sa centaine, c'est a dire que quand on disait 9 cela sous entendait 9 ans au dessus de 10, et quand on donnait un chiffre simple c'etait toujours "au dessus de quelque chose", enfin eux l'expliquent mieux que moi, quel est vore avis? Baraka Allahoufikoum.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.

Ce que vous avez qualifié de croyance aveugle est bien mentionné dans les deux livres authentiques de Boukhari et de Mouslim et rapportée par la principale concernée à savoir notre mère Aïcha, Radhia Allahou Anha, elle-même, lorsqu'elle dit : « Le Prophète, () m’a épousé  alors que j’avais six ans et a consommé le mariage quand j’avais neuf ans. » Vous devez vous en repentir car cette expression est une grave accusation !

L'avis que vous avez attribué à bon nombre d'historiens, n’est en fait que l’avis de quelques défaitistes parmi les musulmans. A cause de certaines diffamations de gens athées, ces défaitistes ont iniquement réfuté des hadiths authentique en simulant des affectations invraisemblables.

Nous avons eu connaissance des propos de ces gens par le biais d’une question qui nous a été posée depuis longtemps et à laquelle nous avons répondu par des points dont voici les plus importants :

1/ Notre mère Aïcha, Radhia Allahou Anha, qui est la principale concernée, relate les événements de son mariage avec le Prophète () et il n'est pas logique de délaisser la parole indubitable de la personne concernée pour une hypothèse basée sur des prétendus calculs.

2/ Notre mère Aïcha, Radhia Allahou Anha, a reconnu dans un hadith rapporté par Mouslim que son âge à la mort du Prophète () était de 18 ans, ce qui veut dire qu’au début de l'Hégire elle en avait neuf. »

3/ Certains historiens ont prétendu que notre mère Aïcha, Radhia Allahou Anha, était née 4 ans avant la prophétie du Prophète () ce que rejette en bloc les deux imams, Ad-Dhahabi et Ibn Hajar. Le premier dit dans son fameux livre, Siyar Aâlam An-Noubala  : « Et Aïcha, Radhia Allahou Anha, est parmi ceux qui sont nés dans la période islamique. » ; et le second dit dans son livre, Al Issaba  : « Notre mère Aïcha, Radhia Allahou Anha, est née 4 ou 5 après la prophétie. »

4/ Les livres de la Sira (Biographie) relatent que notre mère Aïcha, Radhia Allahou Anha, avait 63 ans et quelques mois lorsqu’elle est morte en l’an 57 de l'Hégire, donc son âge avant l'Hégire serait (63 – 57 = 6) si on convertit les décimales en nombre entier comme c’est la coutume chez les arabes lorsqu’ils comptent les années ils convertissent les décimales de la première année et celle de la dernière en années entières, alors le compte serait (6 + 2 = 8) années et le Prophète () a consommé le mariage avec elle une année apès l'Hégire c'est-à-dire lorsqu'elle avait neuf ans ce qui concorde parfaitement avec les récits précédents.

Ce sophisme n’existait pas chez nos pieux prédecesseurs car ces derniers ne déviaient point du dalil et ils s’abstenaient assurément de s’en détourner.

Concernant le fait que les arabes anciens avaient l’habitude, quand ils parlaient de chiffres, de se contenter des unités en lieu et place des dizaines et des centaines, nous ne lui avons trouvé aucune origine dans les livres anciens qui servent de référence dans la langue arabe; et si nous supposons que c’est vrai, nous ne devons en tenir compte que s’il y a une preuve extérieur qui l'appuie ce qui n'est pas le cas ici. 

Comment alors pouvons-nous délaisser les hadiths authentiques rapporté de la principale concernée par Boukhari et Mouslim au profit d'une simple hypothèse !


Nous vous conseillons de ne pas vous occuper par ces sujets controversés, et de vous contentez de ce qui vous serait utile ici-bas et dans l’au-delà.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation