Une convertie contrainte de pratiquer en secret
Fatwa No: 300259

Question

Assalam alaykum,
Je me permets de vous contacter car je suis convertie depuis bientôt un an Al hamdoulilah, chez moi on est athée je cite : « Il n’y a que les fous qui croient en Dieu et les musulmans sont tous des extrémistes ». Alors, je pratique en cachette (avec ma petite sœur de 18 ans qui s’est également convertie après moi). Si je vous écris aujourd’hui c’est car je me sens mal, j’ai 22 ans et financièrement travaillant à temps partiel et effectuant en parallèle des études je ne peux me permettre de partir de chez ma mère afin de vivre de manière «plus libre » au niveau religieux , mais ma situation me fait culpabiliser, j’ai l’impression de vivre une double vie, celle que je suis devant mes proches en jouant « à la petite française » et celle que je suis ou plutôt voudrais être en priant la nuit lorsque ma mère dort, en lisant dès qu’elle sort etc. Je lis beaucoup, j’aime beaucoup ça, je cache de nombreux livres dans un carton au fin fond de mon armoire en espérant que ma mère ne tombe pas dessus. J’essaye de faire le plus d’actions possibles de manière discrète mais il est difficile de pratiquer au sens propre du terme dans cette situation. Je ne fréquente pas vraiment de sœurs, car j’ai beaucoup été blessée, je n’ai pas spécialement confiance en moi et préfère apprendre à mon rythme, et le fait d’en avoir côtoyé quelques une au début de ma conversion m’a beaucoup déstabilisée, cela ne fait que renforcer ce mal-être religieux et ce manque de confiance en moi. A les écouter, il faudrait tout mettre en pratique de suite, apprendre l’arabe, tout avouer à ma mère, porter le voile, faire le ramadan etc. tout ce que je ne peux actuellement pas faire, non par hypocrisie auprès d’Allah mais je ne veux et ne peux me permettre de perdre ma mère, elle est ma seule famille et ne tolèrerait jamais une telle chose, elle m’a déjà prévenue plus d’une fois et je finirais à la rue. Elle cautionne le fait que ma sœur et moi mangions halal mais cela s’arrête là. Contrairement à ma sœur, elle me surveille beaucoup, il lui arrive de fouiller dans ma chambre, dans mes historiques, elle surveille à chaque ramadan que je mange voire m’y oblige. J’ai bien conscience que cette situation met en difficulté ma conversion et je ne compte jamais abandonner l’Islam c’est une certitude. J’apprends beaucoup à travers les livres, j’ai appris la Salat avec ma sœur, seulement je n’arrive pas à apprendre l’arabe, je travaille sur l’apprentissage des sourates courtes mais mon accent français est tellement marqué que je me sens plus à l’aise de prier en français histoire d’au moins comprendre ce que je raconte, or beaucoup m’ont dit que mes prières faites en français n’étaient pas valides, ce qui me décourage beaucoup et me fait perdre confiance. Je fais beaucoup de douas auprès d’Allah pour que ma situation s’arrange cependant j’aimerais avoir un avis autre que « tu dois prendre les choses en main et tout avouer à ta mère » , j’ai besoin d’être rassurée et de savoir que mes actes aussi petits soient-ils puissent compter si Allah le veut … car à défaut d’avoir une pratique impeccable, mon intention de devenir une bonne musulmane reste inchangée, tout comme ma foi … Je vous remercie par avance si vous trouver le temps de me lire … Barak Allahu fik

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Tout d’abord, nous vous remercions de nous avoir écrit et de nous faire confiance. Qu’Allah vous en récompense. Lorsque vous louez Allah pour votre conversion en disant « al-hamdulila » vous visez certes juste, car le fait qu’Il vous ait guidée vers l’Islam est un bienfait incomparable par lequel la personne atteint – par la grâce d’Allah – le bonheur dans ce monde et dans l’au-delà. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :

« Il dit : "Descendez d'ici, (Adam et Ève), [Vous serez] tous (avec vos descendants) ennemis les uns des autres. Puis, si jamais un guide vous vient de Ma part, quiconque suit Mon guide ne s'égarera ni ne sera malheureux. » (Coran 20/123)

Ibn ‘Abbâs, qu'Allah soit satisfait de lui et de son père, a dit : « Allah garantit à celui qui récite et met en pratique le Coran qu’il ne s’égarera pas dans ce monde et qu’il ne sera pas malheureux dans l’au-delà. » Nous implorons Allah, exalté soit-Il, de vous protéger ainsi que votre sœur et de vous raffermir dans la vérité. Nous L’implorons également de guider votre mère dans le droit chemin et cela n'est nullement difficile pour Allah. Invoquez donc abondamment Allah afin qu’Il guide votre mère.

Nous commencerons ensuite par vous dire qu’il n’y a pas de mal à dissimuler sa foi lorsque l’on craint un quelconque préjudice en la dévoilant comme l’indique le Coran et la Sunna.

Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
« Et un homme croyant de la famille de Pharaon, qui dissimulait sa foi, dit : "Tuez-vous un homme parce qu'il dit : ‘Mon seigneur est Allah ?’" […] » (Coran 40/28)

Abû Dhar, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté : « Je demandai au Prophète () : "Expose-moi l’Islam." Il m’exposa alors l’Islam et je me convertis sur place puis le Prophète () me dit : "O Abû Dhar, ne divulgue pas ta conversion…" » (Boukhari)

Cependant, il est obligatoire d’accomplir les rites en fonction de sa capacité, car Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Craignez Allah, donc autant que vous pouvez, écoutez, obéissez et faites largesses. […] » (Coran 64/16) Vous avez donc raison d’accomplir la prière, car c’est l’un des rites les plus importants de la religion. Il faut donc accomplir chaque prière en temps et en heure même en secret, et il est permis de rassembler les prières d’al-Dhuhr et d’al ‘Asr ainsi que celles d’al-Maghrib et d’al-‘Ichâ’ en cas de besoin et afin d’éviter des difficultés.

Il en est de même pour le jeûne du mois de Ramadan que vous avez l’obligation d’accomplir en vous efforçant de faire preuve de politesse envers votre mère, afin de pouvoir accomplir cette obligation sans subir aucun préjudice de sa part. Ensuite, si votre mère vous invite à rompre votre jeûne, il ne vous est pas permis de le faire à la base sauf si cela atteint un niveau de contrainte. Cependant, si vous rompez votre jeûne afin que votre mère n’apprenne pas votre conversion à l’Islam, la même règle que celle citée précédemment s’applique : si dissimuler sa conversion à l’Islam a pour conséquence de délaisser une obligation telle que le jeûne, il faut alors que le dommage que cela engendrerait soit réel. En effet, il faut examiner et étudier la question ; si dévoiler votre conversion à votre mère entraîne, par exemple, qu’elle vous mette à la porte sans que vous n’ayez nulle part où aller ni aucun moyen licite de subvenir à vos besoins, il s’agit alors là d’une excuse valable vous permettant de dissimuler votre conversion à l’Islam, et, même si cela a pour conséquence de devoir délaisser une obligation telle que le jeûne du mois de Ramadan.

Par contre, si vous trouvez un endroit sûr et un moyen licite de subvenir à vos besoins, vous n’avez alors pas d’excuse vous permettant de dissimuler votre conversion à l’Islam sachant que cela aura pour conséquence que vous délaissiez une obligation.

Quant au voile, il est obligatoire pour la femme musulmane et la même règle que pour le jeûne s’applique ici. Dans le cas où vous dissimuleriez votre conversion à l’Islam, vous devez vous efforcer de porter des vêtements qui couvrent votre corps et sortir le moins possible.

Nous voudrions aussi attirer votre attention sur la question du mariage qui pourrait être une solution pour vous. Cherchez donc quelqu’un qui pourrait vous aider à trouver un mari musulman pieux qui vous aidera dans votre religion et subviendra à vos besoins. Nous vous conseillons également de profiter des lois de votre pays qui garantissent les libertés.

Enfin, concernant l’apprentissage de la langue arabe, cela n’est pas une obligation de manière absolue, mais il est obligatoire d’apprendre les choses vous permettant de pratiquer vos actes d’adoration comme la récitation du Coran et les évocations faisant partie de la prière, car il n’est pas permis de le faire dans une autre langue que l’arabe. Apprendre la sourate al-Fâtiha (L’Ouverture) ainsi que quelques courtes sourates est une chose facile par la grâce d’Allah. Et à chaque fois que vous aurez la capacité d’en apprendre davantage, ce sera alors un bien.

Nous attirons aussi votre attention sur le fait que malgré le fait qu’il soit permis, comme nous l’avons mentionné, de dissimuler sa foi et en particulier au début, il faut savoir que la divulguer en faisant preuve d’un peu de patience peut permettre d’éviter nombre de difficultés au musulman par la suite. Cela est particulièrement vrai étant donné que se convertir à l’Islam est devenu une chose habituelle là-bas. Il faut aussi se méfier de toute idéologie déviante attribuée à tort à l’Islam afin de balayer les craintes de votre mère à propos de l’Islam.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation