Lever l'index durant la position assise entre les deux prosternations
Fatwa No: 334267

Question

Assalam Alaykum
Quel est le jugement sur le fait de lever l'index durant la position assise entre les deux prosternations ? Certains savants disent que c'est une Sunna méconnue en soutenant que rien ne prouve le contraire, et se basant sur le hadith rapporté par l’imam Ahmad (n°18379), par la voie de 'Asim Ibn Kulayb, d’après son père, d’après Wâ’il Ibn Hajar (Radhiya Allahou Anhou) qui relate ceci, concernant la manière dont le Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) accomplissait la prière : « Puis il se prosterna en posant ses mains au niveau de ses oreilles. Puis il s’assit en étalant son pied gauche, puis il posa sa main gauche sur son genou gauche et son avant-bras droit sur sa cuisse droite. Puis il leva son index, en mettant son pouce sur le majeur tout en refermant le reste de ses doigts. Puis il se prosterna en posant ses mains au niveau de ses oreilles. »Nous souhaitons un éclaircissement incha' Allah.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

La question concernant le fait de bouger son index entre les deux prosternations fait l’objet de divergence entre les oulémas. Certains d'entre eux pensent qu'il s'agit d'une Sunna alors que d'autres pensent que rien ne confirme cela. Le livre intitulé Madjmû' al-Fatâwâ du Cheikh Ibn 'Uhtaymîn, qu'Allah lui fasse miséricorde, mentionne :

« On posa au cheikh la question suivante : "A-t-il été rapporté un hadith à propos du fait de bouger son index entre les deux prosternations durant la prière ?"

Il répondit : "Oui. Ibn 'Umar, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté dans un hadith que lorsque le Prophète () s'asseyait durant la prière, il pointait son index (vers la Qibla). Dans une autre version, il mentionne que le Prophète () faisait cela lorsqu'il se mettait en position assise pour le tachahhud.

La première version est générale alors que la deuxième est spécifique au tachahhud. Cependant, la règle est que la mention d’un cas spécifique avec une prescription concordant avec celle du cas général n'entraîne pas de spécification. Par exemple si un homme dit à un autre : 'Honore les étudiants en science religieuse', puis qu’il lui dit : 'Honore Mohammed' alors que Mohammed est un étudiant en sciences religieuses. Cela ne signifie pas qu'il ne doit pas honorer les autres étudiants en sciences religieuses. C'est ce que dirent les savants des fondements de la jurisprudence et le cheikh al-Chanqîtî, qu'Allah lui fasse miséricorde, en fit mention dans son livre intitulé Adwâ' al-Bayân.

Par contre, si ce même homme disait à un autre : 'Honore les étudiants.' puis disait : 'N'honore pas celui qui dort pendant les cours.' Cette deuxième parole spécifierait alors la première, car il s'agit de la mention d'une prescription contraire à la prescription générale.

Par ailleurs il existe un hadith spécifique sur cette question rapporté par Ahmad et jugé hasan par l'auteur du livre intitulé al-Fath al-Rabbânî et sahîh par certains spécialistes qui ont analysé les hadiths contenus dans le livre intitulé Zâd al-Ma'âd  :

'Lorsque le Prophète () se mettait assis entre les deux prosternations, il repliait tous les doigts de la main droite sauf l'index qu'il pointait (vers la Qibla).'

Quant à ceux qui sont d'avis qu'il ne faut pas bouger l’index, nous leur demandons alors : 'Que doit-on faire de la main droite ?' S'ils répondent qu'il faut l'étendre sur la cuisse, nous leur réclamons la preuve de cette affirmation.

Or, aucun hadith ne mentionne que le Prophète () posait sa main droite à plat sur sa cuisse ; et s'il l'avait fait, ses compagnons l'auraient rapporté comme ils ont rapporté qu'il posait la main gauche à plat sur sa cuisse gauche.

Il y a donc là trois preuves." »

Dans son livre intitulé Tamâm al-Minna Fî al-Ta'lîq 'Alâ Fiqh al-Sunna, le cheikh al-Albânî a dit :

« Remarque : j'ai vu quelqu’un bouger son index entre les deux prosternations en s’appuyant sur le fait qu’ibn al-Qayyim l'a mentionné dans son livre intitulé Zâd Al-Ma'âd tout comme il mentionna qu'il le fallait bouger durant le tachahhud. Il ne s'appuie pourtant pour cela que sur un hadith Châdh (marginal) rapporté par Wâ'il. Il faut donc parler de cela et je dis ceci :

Sachez que ce hadith a été rapporté par 'Âsim ibn Kalîb d'après son père d'après Wâ'il.

Ensuite, un groupe de transmetteurs de confiance a rapporté ce hadith d'après 'Âsim et ils rapportèrent tous que le Prophète () pointa l’index mais divergèrent sur la position dans laquelle il était lorsqu'il le pointa. Trois groupes s’opposent à ce propos :

Le premier ne précisa pas la position dans laquelle le Prophète () se trouvait lorsqu'il le pointa. Il comprend entre autres Zâ'id ibn Qudâma, Bachar ibn al-Mufaddil, Sufiyân al-Thawrî et Sufiyân ibn 'Uyayna. Toutefois, le sens littéral du contexte du hadith qu'ils rapportèrent indique que le Prophète () pointa l'index durant le tachahhud.

Le second groupe affirma qu'il pointa l'index durant le tachahhud. Il comprend entre autres ibn 'Uyayna dans une version d'al-Nasâ'î, Chu'ba, selon ibn Khuzayma dans son recueil de hadiths Sahihs, et Ahmad, Abû al-Ahwas selon al-Tahâwî et al-Tabarânî dans son livre intitulé al-Mu'djam al-Kabîr, et Khâlid selon al-Tahâwî, et Zuhayr ibn Mu'âwiyya, Mûsâ ibn Abî Kathîr et Abû 'Awâna tous les trois selon al-Tabarânî.

Enfin, Abd al-Razzâq contredit tous ces gens dans ce qu’il a rapporté d'après al-Thawrî et dit dans son livre intitulé al-Musannaf et rapporté par Ahmad ainsi qu'al-Tabarânî dans al-Mu'djam al-Kabîr : "D'après al-Thawrî, d'après 'Âsim ibn Kalîb, d'après son père : 'J'ai longuement observé le Prophète () et celui-ci leva les mains durant la prière en prononçant le takbîr... [puis se prosterna en plaçant ses mains au niveau de ses oreilles] puis s'assit sur le pied gauche en posant sa main gauche sur son genou gauche et son bras droit sur sa cuisse droite tout en pointant son index droit (vers la Qibla)... puis il se prosterna en plaçant ses mains au niveau de ses oreilles.'" [La formulation est celle du Musannaf et l'ajout est celui d'Ahmad.]

Or, la mention de la deuxième prosternation après le lever de l'index est une erreur évidente, car elle contredit ce qu’ont rapporté les transmetteurs de confiance cités précédemment. En effet, aucun d'eux ne mentionna de prosternation après le lever de l'index, et certains d'entre eux mentionnèrent une prosternation avant, ce qui est assurément correct. Ils ne mentionnèrent pas la deuxième prosternation uniquement par simplification.

Zuhayr ibn Mu'âwiyya en fit toutefois mention et dit : "... puis il se prosterna et plaça les mains à hauteur de ses oreilles, puis il se prosterna à nouveau et plaça les mains à hauteur de ses oreilles, puis s'assit sur son pied gauche... puis je l'ai vu dire ceci." et Zuhayr pointa l'index. (al-Tabarânî) »

Par conséquent, l'avis le plus correct est que bouger l'index entre les deux prosternations n'est pas authentiquement confirmé comme étant une pratique du Prophète ().

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui