Pourquoi les musulmans vouent-ils dans leurs prières un culte à la Pierre noire ?
Fatwa No: 398329

Question

Devant qui se prosternent les musulmans ? Pourquoi vouent-ils un culte à la Pierre noire dans leurs prières ? Quelle est l’importance de la Ka’bah ? Est-elle un symbole ou une statue ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Les musulmans s’inclinent et se prosternent dans leurs prières, devant Allah, le Tout-Puissant, et non devant la Ka’bah et encore moins devant la Pierre noire. Le culte ne peut être consacré à qui que ce soit d’autre qu’Allah, le Tout-Puissant.

Allah dit (selon la traduction du sens du verset) :

« Les mosquées sont consacrées à Allah : n’invoquez donc personne avec Allah. » (Coran 72/18)

Le sens comprend deux sujets :
- Le premier est que les mosquées sont les Maisons d’Allah, le Tout-Puissant. En conséquence, il ne faut pas adorer qui que ce soit d’autre, en dehors de Lui.
- La seconde est que les membres du corps sur lesquels on se prosterne, comme les pieds, les genoux, les mains et le front, sont aussi la propriété d’Allah, le Tout-Puissant. En conséquence, il ne faut pas se prosterner avec ceux-ci, devant qui que ce soit d’autre qu’Allah.

Ibn ‘Abbâs, qu’Allah soit satisfait de lui, dit au sujet de l’interprétation de ce verset :

« À chaque fois que les Juifs et les chrétiens entraient dans leurs églises et leurs synagogues, ils associaient des partenaires à Allah. Ainsi, Allah a ordonné à son Prophète () de leur dire qu’ils doivent Lui consacrer leur culte, en exclusivité. » [Extrait du Tafsir d’Ibn Kathîr]

Selon la législation islamique, nous embrassons et nous passons notre main sur la Pierre noire, mais nous ne nous prosternons pas devant elle. Par conséquent, nous, musulmans, embrassons la Pierre noire et passons notre main dessus, comme un moyen de suivre l’exemple du Prophète () et non pas parce que cela nous procure quelque bien ou [repousse quelque] mal. Quand ‘Umar ibn al-Khattâb, qu’Allah soit satisfait de lui, a embrassé la Pierre noire, il a dit :

« Je sais que tu es une pierre et que tu ne peux procurer ni bien ni faire de mal à personne. Si je n’avais pas vu le Messager d’Allah () t’embrasser, je ne t’aurais pas embrassé. » (Boukhari et Mouslim)

La Ka’bah est une Maison d’Allah, construite par Son messager et son ami intime, Ibrâhîm (Abraham), . Allah nous a ordonné de glorifier Sa Maison, d’y d’accomplir le Hajj (Grand Pèlerinage) pour Lui et de faire le Tawâf (circumambulation) autour d’elle.

Quand nous voulons accomplir la prière, Allah nous a ordonné de faire face à Sa Maison. Nous faisons tout cela afin de Lui obéir et de L’adorer, en exclusivité, et afin de ne pas Lui associer qui que ce soit d’autre.

‘Isâ (Jésus), le fils de Maryam (Marie), Alaihim Assalam, effectuera le Hajj et priera en direction de la Maison d’Allah, le Très-Haut, lorsqu’il descendra [du ciel], à la fin des temps.

Le Prophète () a dit :

« (Je jure) par Celui dont ma vie est dans Sa Main qu’Ibn Maryam (Jésus) prononcera certainement la Talbiyah (l’invocation d’entrée en état de sacralisation) pour le Hajj, la ‘Umrah (le petit pèlerinage) ou pour les deux (en même temps) dans la vallée de Rawhah - un lieu se situant entre La Mecque et Médine. » (Mouslim)

Par ailleurs, le Prophète () nous a informés de la manière dont les prophètes Mûsâ (Moïse) et Yunus (Jonas), Alaihim Assalam, ont effectué le Hajj.

Ibn ‘Abbâs, qu’Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () est passé par la vallée d’Azraq et a demandé : « Quelle vallée est-ce que celle-ci ? » [Les Compagnons] ont répondu : « Il s’agit de la vallée d’Azraq. »

Puis, il a ajouté :

« C’est comme si je voyais Mûsâ traversant cette vallée, tandis qu’il appelle Allah, à haute voix (en disant : Me voici, à Ton service, mon Seigneur !) »

Puis il (le Prophète (), est arrivé à la piste de la montagne de Harsha. Il (le Prophète, ) a dit : « De quelle piste de montagne s’agit-il ? » [Les Compagnons] ont répondu : « Il s’agit de la piste de la montagne de Harsha. »

Il a fait remarquer :

« C’est comme si je voyais Yunûs (Jonas), le fils de Mattah, sur un dromadaire rouge, bien bâti, portant un manteau de laine, autour de lui, et dont les rênes de son dromadaire sont faites de fibres de palmiers dattiers, alors qu’il appelle Allah (en disant : Me voici à Ton service, mon Seigneur !) » (Mouslim)

Et Allah sait mieux.
 

Fatwas en relation