Le statut de la personne valide qui demande et bénéficie des aides humanitaires
Fatwa No: 398464

Question

Je réside en Turquie, où des organisations distribuent de l'aide humanitaire, dont des vivres et de l’argent. Ai-je le droit de bénéficier de ces aides, sachant qu’elles ne sont pas réservées exclusivement aux pauvres ? Bien au contraire, elles sont destinées à tous les réfugiés. Nous sommes une famille comprenant, entre autres, trois jeunes aptes à travailler et à assurer nos besoins alimentaires ainsi que toutes les exigences de la vie quotidienne.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Puisque vous pouvez gagner votre vie, il convient de s’informer au sujet de la nature de ces aides, auprès des services chargés de les distribuer. S’il s’agit d'une Sadaqa obligatoire comme la Zakat, vous n’y avez pas droit, eu égard au Hadith : «La Sadaqa n’est pas licite pour un homme riche ou un individu en bonne santé, capable de gagner sa vie. » (Abû Dâwûd, al Tirmidhi et d'autres). Par contre, si ces aides sont des aumônes volontaires, non stipulées pour un groupe de personnes, il n'y a pas de mal à en bénéficier. En effet, un homme riche ou en mesure de gagner sa vie, a le droit de bénéficier de l’aumône volontaire et inconditionnelle si elle lui est offerte. Cependant il est préférable pour lui de s’en abstenir, par pudeur, au cas où on la lui offre sans sollicitation de sa part. Pour ce qui est de la demande de cette aide, certains Fouqaha estiment que c’est interdit. L'Imam Al-Nawawi dit, dans son livre al Majmuu‘ a dit : « La Sadaqa volontaire peut être donnée aux riches, sans aucune divergence entre les oulemas. Il est permis de la leur attribuer et celui qui la dispense en sera récompensé, mais il vaut mieux la donner à ceux qui sont dans le besoin. » avant d'ajouter : "Les adeptes de notre école juridique disent qu'il est préférable pour les riches de s’en passer, et qu'il est souhaitable qu’ils ne se proposent pas de la toucher. »

L’auteur du livre al Bayân a dit : « Il n’est pas permis à la personne aisée de recevoir la Sadaqa volontaire en se montrant pauvre. » Ce qu’il a dit est vrai, car c’est dans ce sens qu’on comprend le Hadith authentique suivant : « Un homme de la Suffa est décédé. On a trouvé qu’il avait deux dinars. Le Prophète () dit alors : ‘Il sera marqué deux fois par ces pièces chauffées au feu.’ » Et Allah sait mieux. Si toutefois la personne riche demande la Sadaqa volontaire, l’auteur du livre al Hawi et le savant al Sarkhassi, ainsi que d’autres, l’ont strictement interdit. Fin de citation.

Nous demandons à Allah de vous apporter la délivrance, ainsi qu’à tous nos infortunés frères, les réfugiés et les opprimés, aux quatre coins du monde.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation