Point de vue religieux relatif au fait de saluer par un geste sans prononcer le salut de l’islam
Fatwa No: 416668

Question

Quel est le statut religieux sur le fait de saluer par un geste de la main sans prononcer la formule « salam alaykoum ». Et ce, surtout quand je suis au volant de ma voiture. Suis-je coupable de quoique ce soit ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Un hadith interdit de saluer par un geste. Le Prophète () a dit : « Qui s’efforce de ressembler aux autres communautés n’est pas des nôtres. Ne cherchez pas à ressembler aux juifs ni aux chrétiens. Les juifs saluent d’un geste des doigts et les chrétiens d’un geste de la paume de la main. » (Rapporté par al Tirmidhi qui le juge faible). Un autre hadith dit ceci : Le Prophète () a dit : « Ne saluez pas comme les juifs et les chrétiens. Ils saluent d’un geste de la paume de la main ou de la tête. » L’imam Ahmad dit à son fils Abdullah que ce hadith a été rapporté uniquement par un personne qui n’est pas digne de confiance et il l’a vivement critiqué. Ceci dit, Al-Albânî a jugé que ces deux hadiths sont bons (Hassan).

L’interdiction citée dans ce hadith est appelée « karâhat tanzîh » c’est-à-dire que c’est un acte réprimandable sans être interdit car d’autres textes stipulent qu’il est possible de le faire. C’est par exemple ce qu’a rapporté Nasâ’î dans son recueil de hadith en intitulant un des chapitres : Il est réprimandable de saluer par un geste de la tête ou de la paume de la main. Al Nawawi a dit la même chose dans son livre Al-Adhkâr. Certains juristes de l’école shaféites ont dit que cette façon de saluer était contraire à ce qui est initialement requis. Par contre, certains savants contemporains - comme Ibn Baz et ‘Uthaymin considèrent que cela est interdit, comme nous le verrons en citant leurs avis par la suite.

Cette interdiction concerne le fait de se limiter au salut par un geste sans prononcer les salutations. Mais il n’est pas interdit de faire les deux en même temps, certains savants considèrent même que cela est encore mieux que de prononcer uniquement les salutations sans faire de geste. Plus encore, dans le cas où on rend le salut à un sourd, s’il ne comprend pas les salutations en lisant sur les lèvres de qui le salue, cela est obligatoire. De même, il n’est pas interdit de saluer par un geste sans rien prononcer si on a besoin de le faire comme c’est le cas du fidèle en prière qui rend le salut par un geste. Ceci est justifié par ce qui a été rapporté de source sûre du Prophète () qui a agi ainsi en prière. C’est aussi le cas quand un sourd nous salue ou répond au salut d’un tiers.

Al Nawawi a dit dans son livre Al-Adhkâr : « Chapitre : il est réprimandable de saluer par un geste de la main ou autre sans prononcer de salut. Il rapporte le premier hadith que nous avons reproduit plus haut en ce sens et dit : Quant au hadith que nous avons rapporté de Tirmidhi et dont la chaîne remonte jusqu'à Asma bint Yazid disant que le Prophète () est passé un jour devant la mosquée et qu’un groupe de femme se trouvait assises et qu’il leur a fait un geste de la main pour les saluer. Al Tirmidhi dit que c’est un bon hadith. On doit comprendre ce hadith dans le sens où il les a saluées par le geste et la parole en prononçant le salut. Ce qui prouve cette compréhension du hadith est une autre version du hadith rapporté par Abû Dâwûd dans laquelle on trouve cet ajout : « Et il nous salua. » Fin de citation.

Dans le livre Asna Al-Matâlib Fî Sharh Rawdat Al-Tâlib, il est dit : « En répondant aux salutations d’un sourd, il est obligatoire de joindre le geste à la parole afin qu’il comprenne notre réponse à son salut et s’acquitter de notre obligation. De même, si c’est nous qui saluons un sourd, il faut joindre le geste à la parole afin qu’il comprenne que nous le saluons et qu’il puisse nous répondre en conséquence. Et si on sait qu’il a compris qu’on l’avait salué au regard du contexte ou parce qu’on voit bien qu’il a lu notre salut sur nos lèvres, joindre le geste au salut verbal ne sera pas obligatoire. C’est ce qu’en a déduit Al-Adhra’î lors de ses recherches sur cette question. Pour ce qui est d’un muet, il lui suffit de saluer par un geste, que ce soit lui qui salue une personne ou qu’il réponde à son salut. Le concernant, son geste tient lieu de parole ».

Saluer par un geste de la main ou autre sans prononcer de salut est contraire à ce qu’il convient de faire initialement en raison de l’interdiction mentionné dans le hadith de Tirmidhi. Il n’est donc pas obligatoire de répondre à un tel salut. Et il est préférable de saluer par un geste et en prononçant le salut plutôt que de se limiter à la seule prononciation du salut. C’est dans cette optique que l’on doit comprendre le hadith dans lequel le Prophète () a salué de la main. Ce hadith, que Tirmidhi juge bon, est corroboré par une autre version rapportée par Abû Dâwûd avec un ajout où il est dit : « Et il nous salua. » Fin de citation. Ibn Al-Qayyim a dit : « Le Prophète () saluait en premier celui qu’il rencontrait. Et si une personne le saluait, il le saluait à son tour de la même façon ou mieux encore, de suite, sans attendre, sauf s’il avait une excuse comme le cas où il était en prière ou faisait ses besoins. En saluant, il se faisait entendre et ne répondait pas au salut par un geste de la main, de la tête ou des doigts sauf s’il était en prière. Dans ce cas, il faisait un geste. Ceci est rapporté de source sûre dans plusieurs hadiths. Jâbir a dit : « Le Prophète () m’a envoyé faire une course et à mon retour je l’ai trouvé en prière. Je l’ai alors salué et il m’a répondu par un geste. » (Mouslim). Anas, , a dit : « Le Prophète () répondait au salut par un geste quand il était en prière. » (Ahmad). Suhayb a dit : « Je suis passé devant le Prophète () alors qu’il priait. Je l’ai salué et il m’a répondu d’un geste. » Je ne sais pas ce qu’il entend si ce n’est qu’il a fait un geste des doigts. Ce hadith est dans les recueils de la sunna et dans le Musnad. Abdullah ibn Omar, , a dit : « Le Prophète () partit accomplir la prière à la mosquée de Quba. Les Ansars arrivaient dans la mosquée et le saluaient alors qu’il était en prière. Je demandais à Bilâl : Comment l’as-tu vu répondre à leur salut quand il était en prière ? Il dit : Ainsi. Ja’far ibn ‘Awn mit devant lui la paume de sa main ouverte en direction du sol et le revers de sa main vers le haut. » (Les Sunan, Musnad Ahmad et Tirmidhi le juge authentique dont les termes de la version du hadith sont : « il faisait un geste de sa main. » Ce que nous venons de citer n’est contredit par aucun autre texte si ce n’est un texte qui n’est pas authentique et n'a aucune valeur argumentative comme c’est le cas du hadith rapporté par Abû Ghadhfân qui est un inconnu. Selon Abuû Horayra qui tient le hadith de cet homme, le Prophète () aurait dit : « Celui qui fait un geste durant sa prière duquel on comprend le sens doit refaire sa prière. » Darqutni dit qu’Abû Dâwûd l’a informé que cet homme, Abu Ghadhfân est un inconnu. » Fin de citation tiré du livre Zâd Al-Ma’âd avec quelques adaptations. Ibn Baz a dit : ‘ Il n’est pas permis de saluer par un geste. La sunna consiste à saluer par la parole, quand on salue et quand on répond au salut. Quant à saluer par un geste, cela n’est pas permis car c’est ressembler à certains mécréants en cela. C’est également contraire à ce qui est légiféré. En revanche, s’il fait un geste à celui qu’il salue pour lui faire comprendre et qu’il prononce en même temps ce salut alors il n’y a aucun mal puisqu’il existe un texte qui indique qu’on peut le faire. De même si celui qu’on salue est en prière. Il peut répondre au salut par un geste comme cela est authentiquement rapporté du Prophète (). » Fin de citation du Majmû’ Fatawa.

Ibn ‘Uthaymin a dit : « Il n’est pas permis de se limiter à un geste en saluant une personne car le Prophète () l’a interdit. Par contre si la personne que l’on salue se trouve loin de nous ou est sourde alors il est possible de joindre le geste à la parole, mais pas de se limiter au seul geste.

Nous avons donc trois cas de figure :

Le premier : Se contenter du geste, ce qui n’est pas permis.

Le deuxième : Prononcer le salut. C’est permis et constitue le principe de base.

Le troisième : Saluer par le geste tout en prononçant le salut. Ceci dans le cas où une raison le justifie. Comme dans le cas où un homme se trouve loin de nous ou qu’il n’entende pas il faudrait donc joindre le geste à la parole. » Fin de citation tiré de Liqâ’ Al-Bâb Al-Maftûh.

En conclusion, Celui qui veut saluer une personne qui se trouve loin, comme dans le cas d’une personne au volant de son véhicule ou autre, il peut saluer en joignant le geste à la parole. Saluer par un geste sans prononcer le salut est réprimandable mais pas interdit dans tous les cas, comme le cas d’une personne muette ou un fidèle en prière.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui