Le coronavirus et les épidémies : entre châtiment et vengeance et miséricorde et élévation
Fatwa No: 418366

Question

Quel est le statut sur le fait de juger que les épidémies sont des châtiments pour certains pays en particulier ? Comme le fait de dire que certaines épidémies qui se sont propagées dans un pays en particulier ne sont qu’un châtiment, comme la peste, la lèpre et dernièrement le corona. J’ai eu une discussion avec une personne et alors que je disais qu’un tel jugement ne nous appartient pas, qu’il ne nous est pas licite de le délivrer mais uniquement Allah. Que ces maladies font partie des armées d’Allah. Et qu’il ne nous revient pas de juger que cela correspond à un châtiment. Mon interlocuteur affirmait que les épidémies sont un châtiment pour les mécréants et une épreuve pour les croyants. Quel est votre avis à ce sujet ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Le statut des épidémies et des maladies n’est pas rattaché aux pays qu’elles touchent mais aux personnes qui en sont touchées. Car elles touchent autant le croyant que le mécréant, le bon que le mauvais. Mais elles sont pour certains une miséricorde qui leur permet d’être élevés en degrés comme les élites des croyants. Pour d’autres elles constituent un pardon et une purification des fautes comme c’est le cas pour les musulmans qui sont coupables de péché. Pour d’autres encore, c’est un châtiment et une vengeance en contrepartie des actes blâmables, comme c’est le cas des mécréants et des injustes. Chacun selon son cas, ses actes et son rang.

La sagesse divine ne peut en être cernée par la raison même si elle est en mesure d’en saisir une partie. La peste s’est abattue sur les hommes les plus méritants de cette communauté. Certains parmi les meilleurs des hommes en sont morts, et ils sont nombreux, parmi eux : L'homme le plus loyal de cette communauté, Abu ‘Ubayda ibn al-Jarrâh. Et aussi, le bien aimé du Prophète () l’homme le plus savant du licite et de l’illicite, Mu’âdh ibn Jabal. Malgré cela, le Prophète () a dit : « La peste est une punition ou un châtiment qu’Allah a envoyé aux enfants d’Israël ou à ceux qui étaient avant vous. Si vous apprenez qu'une épidémie ravage une région, ne vous y rendez pas et si vous vous trouvez dans une région frappée par une épidémie, ne la quittez pas pour la fuir. » (Boukhari et Mouslim). Et dans un autre hadith : « Il s'agit d'un châtiment envoyé par Allah à ceux qu'Il choisit de punir. Par ailleurs, il en a fait une miséricorde pour les croyants.

En effet, quiconque demeure patiemment dans une région touchée par une épidémie avec l'espoir d'en être récompensé par Allah et en étant persuadé que rien ne pourra l'atteindre qui n'ait déjà été décrété par Allah, obtiendra une récompense identique à celle du martyr. » (Boukhari). La lèpre a touché des hommes parmi les plus vertueux comme le noble compagnon Mu’ayqîb ibn abu Fatima al-Dûssî. Il faisait partie des premiers convertis à La Mecque et émigra en Abyssinie. Il assista à l’allégeance de Ridwân et à toutes les batailles qui ont suivies. Il était en charge du trésor public sous le califat de Omar ibn Al-Khattab puis sous Uthman. Ibn Al-Jawzi dit dans Al-Munatdham : « Omar, , mangeait avec lui et disait : Un autre que toi n’aurait pas mangé dans le même plat que moi et une distance d’une flèche nous aurait séparés. Quand il buvait dans un récipient, Omar posait ses lèvres à l’endroit même où il avait bu et buvait à son tour. La lèpre l’avait saisi soudainement. Omar avait sollicité des médecins pour le soigner et deux d’entre eux étaient arrivés du Yémen. Il leur dit : Avez-vous une médication pour cet homme vertueux … » Fin de citation. Le fait est que ces maladies et épidémies touchent des hommes et sont donc pour eux une miséricorde et une élévation en degrés en raison de leur patience et de la récompense qu’ils espèrent en tirer, de leur acceptation du destin et de leur piété. Pour d’autres hommes, c’est une vengeance, un châtiment immanent en ce monde. La différence fondamentale entre ces deux groupes est le rang qu’ils occupent auprès d’Allah et leur état quand ils Le rencontreront.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation