Faire des invocations pour épouser le Prophète dans l'au-delà ?
Fatwa No: 426823

Question

Assalam alaykoum,
Je fais des invocations pour épouser le Prophète dans l'au-delà, ais-je le droit de le faire ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Nous pensons qu’il n’est pas permis d’invoquer Allah par cette invocation et que vous devez vous arrêter de la faire, car elle rentre dans le cadre de la transgression en matière d'invocations, laquelle est blâmée et interdite par la Charia. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Invoquez votre Seigneur en toute humilité et recueillement et avec discrétion. Certes, Il n’aime pas les transgresseurs » (Coran 7/55). Abû Dâwûd a rapporté sur l’autorité de Sa’d ibn Abi Waqqâs que le Prophète () a dit : « Il y aura dans cette nation des gens qui dépasseront les limites de la Charia en matière d'invocation. »
La transgression dans les invocations concerne le dépassement de la mesure dans les invocations et l'outrance en la matière et elle comporte toutes conduites répréhensibles y compris demander ce dont la réalisation est impossible ou qui ne lui sied pas comme demander d’atteindre le rang ou le statut des prophètes. Les épouses du Prophète () au Paradis sont les femmes qu'il a épousées dans la vie d'ici-bas et qui sont connues pour être les mères des croyants et il n'y a dans notre religion rien d'authentique qui prouve qu'il aura d'autres épouses dans le Paradis.
Il est mentionné dans les fatwas de cheikh Abd al-Rahmân al-Barâk : "Il ne vous est pas permis de souhaiter ou d'invoquer Allah de faire partie des épouses du Prophète () au Paradis, car ceci fait partie de la transgression en matière d'invocations. Demander plutôt à Allah le Paradis et demander Lui le Firdaws qui est le plus haut et le meilleur degré du Paradis.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui