L’aumône continue est considérée comme un Waqf
Fatwa No: 43607

Question

Pour qu’une aumône soit continue, l’homme doit-il la faire avant de mourir ? Comme le fait de bâtir une mosquée avant sa mort ou bien ses parents, ses frères, ses enfants ou sa femme, peuvent-ils le faire pour lui après sa mort, comme le fait de construire une mosquée ou d’acheter des exemplaires du Coran et les offrir à la mosquée ? Conformément à mes modestes connaissances, l’aumône normale est celle qu’on donne d’un seul coup au nom du défunt, comme par exemple le fait de dépenser une somme d’argent en aumône et cela peut se réitérer plusieurs fois. Quant à l’aumône continue au nom du défunt, la base c’est qu’elle doit être permanente, comme le fait de construire une mosquée, un hôpital ou de consacrer un bien au Waqf (fondation pieuse), que la personne la réalise elle-même avant sa mort, ou qu’elle la mentionne dans son testament, ou qu’un de ses parents la fasse pour lui après sa mort. Quel est le critère de distinction entre l’aumône normale et l’aumône continue au nom du défunt ? Et comment ses proches peuvent-ils faire une aumône continue en son nom ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

 

L’aumône continue est mentionnée dans le hadith rapporté par Abû Hurayra, , qui a mentionné que le Prophète (Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam) a dit :

« Quand quelqu’un  meurt, ses œuvres s'arrêtent sauf trois choses : une aumône continue, une science dont les gens tirent profit et un enfant vertueux qui invoque Allah, exalté soit-Il, pour lui ». (Mouslim)

Les oulémas ont dit que l’aumône continue est considérée comme un Waqf parce que le capital est bloqué et que l’on donne en aumône le bénéfice qui en résulte. C’est pour cela qu’on l’a qualifiée d’aumône continue parce que le capital reste. Zakariya al-Ansâry, le Chaféite, a dit : « Et l’aumône continue, selon l’avis des oulémas, est  considérée comme un Waqf comme l’a dit al-Râfi’iy, mais non pas comme un testament relatif à l’usufruit parce que c’est une chose rare.

Il n’est pas nécessaire dans ce Waqf que la personne le donne elle-même en aumône ; elle en tire profit même si un autre le fait pour elle.

Zakariya al-Ansâry a dit aussi : « Le défunt profite des invocations qu’un héritier et qu’une personne étrangère font pour lui. Aussi, il profite du Waqf, de l’aumône faite à son nom de la part des autres, de la construction des mosquées, du creusement de puits, et autres, tout comme il en profiterait s’il avait fait toutes ces choses lui-même de son vivant »

Quant à l’aumône non continue, c’est l’aumône qu’on fait sans bloquer le capital de base, comme l’argent donné en aumône etc.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation