Le vœu est fixé ou pas dans le temps, mais dans les deux cas il n’y a pas de prescription
Fatwa No: 7004

Question

Quelle est la prescription relative au fait de retarder l’accomplissement d’un vœu après une période pouvant dépasser dix ans ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

 

Le vœu peut être fixé dans le temps ou pas.

 

Le vœu fixé dans le temps comme le vœu de jeûner le premier jeudi de tous les mois entraîne l’obligation pour la personne de jeûner ce jour-là et si elle retarde ce jeûne, elle doit alors le rattraper. Si elle le retarde en ayant une excuse, comme le fait d’être malade, elle ne commet pas de péché, mais si elle le retarde sans avoir d’excuse, elle commet un péché.

 

Quant au vœu non fixé dans le temps, il est recommandé de l’accomplir au plus vite comme la personne qui a fait le vœu de jeûner un jeudi sans le déterminer, et qui doit jeûner un jeudi au choix.

 

Si le premier jeudi passe, le vœu incombe toujours à la personne qui a le devoir de l’accomplir et au cas où elle viendrait à mourir avant qu’elle n’accomplisse son jeûne, son héritier doit jeûner pour elle. Aïcha, , a rapporté que le Prophète () a dit :

 

« Quiconque meurt avant d’avoir rattrapé les jours où il aurait dû jeûner, c’est son héritier qui doit s’en acquitter à sa place. » (Boukhari, Muslim)

 

Donc, si votre vœu était fixé dans le temps et que vous ne l’avez pas accompli en son temps sans avoir d’excuse, vous avez commis un péché. Vous devez vous repentir et vous devez rattraper ce jeûne. Par contre, si votre vœu n’était pas fixé dans le temps, vous devez alors l’accomplir, mais vous n’avez pas commis de péché même s’il est préférable et recommandé de s’empresser de l’accomplir.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation