Jugement de l’Islam sur le violeur incestueux
Fatwa No: 82186

Question

Je suis une femme musulmane. Quand j’étais encore enfant, un de nos proches m’a violée. Je ne me souviens pas quand est-ce qu’il a commencé, mais il a cessé quand j’ai grandi et j’ai eu la force de l’arrêter et de me défendre. Cet homme, que nous appelions notre oncle, a rompu avec tous les membres de ma famille pour que son acte ne soit pas découvert. Peu après, j’ai appris qu’il violait ses propres filles, et quand elles ont déposé plainte, il s’est empressé de leur réserver des billets d’avion pour le Pakistan et leur a interdit de se marier. Il a réussi avec sa fille aînée, mais a échoué avec sa fille cadette qui a 15 ans, qui a été rejetée. Maintenant, la fille aînée est obligée de rester 10 ans au Pakistan. Cet homme, bien respecté au sein de notre famille, a flétri l’honneur de ses filles pour dissimuler ses vices secrets. Il a accompli deux fois le Hadj et est considéré comme un homme noble, alors qu’il est pour moi destiné à l’Enfer. Je voudrais savoir l’avis des oulémas, à propos du châtiment de cette personne. Parfois, je désire le diffamer, mais je pense aux effets négatifs sur ma famille et au regard de la société. Je veux que cet homme soit humilié et dénigré, car il a forniqué avec des enfants. Quels sont, conformément à l’Islam, nos droits nous les victimes de ce crime ? Nous vivons dans un pays non musulman, où il n’y a pas de sanctions islamiques et il peut seulement être incarcéré. Je voudrais seulement savoir comment je dois procéder à la lueur des dispositions de l’Islam.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

 

Ce que cet homme a commis avec vous est un péché grave et un crime odieux. Ce qui est encore pire c’est qu’il a fait la même chose avec ses propres filles, outre l’une de ses proches. Car l’inceste est encore plus ignoble que la fornication.

 

Le Prophète () nous a indiqué que le péché de celui qui commet l’adultère avec l’épouse de son voisin est plus sévère que le péché de celui qui commet la fornication avec dix femmes, et que ce péché est le plus grave après le polythéisme. un jour, le Prophète () posa la question à ses Compagnons à propos de la fornication. Ils répondirent : « Elle est illicite jusqu’au Jour de la Résurrection, en vertu des ordres d’Allah et Son Messager ». Le Prophète () leur dit :
« Il est moins grave pour l’homme de forniquer avec dix femmes que de le faire avec la femme de son voisin ».

 

Et d’après 'Abd Allah ibn Mas'ûd, , un homme vint une fois demander au Prophète () :

- « Ô Messager d’Allah, quel est le pire des péchés ? ».

- « C’est d’attribuer un égal à Allah alors que c’est Lui qui t’a créé », répondit-il.

- « Et ensuite ? », lui demandai-je alors.

- « Tuer ton enfant de peur qu’il ne partage ta subsistance », répondit-il.

- « Et ensuite ? », lui demandai-je alors.

- « Forniquer avec la femme de ton voisin », répondit-il.

C’est alors qu’Allah, exalté soit-Il, révéla (sens du verset) : « Qui n’invoquent pas d’autre dieu avec Allah et ne tuent pas la vie qu’Allah a rendue sacrée, sauf à bon droit; qui ne commettent pas de fornication - car quiconque fait cela encourra une punition » (Coran 25/68)

(Boukhari et Mouslim).

 

La raison en est que l’homme doit a fortiori sauvegarder l’honneur de son voisin, car il connaît les détails de sa vie. Ainsi, si c’est celui en qui vous avez confiance qui vous porte préjudice, le mal est plus grand. Que dire alors de celui qui commet la turpitude avec l’une de ses proches ? Et de celui qui la commet avec ses propres filles ? Certes, son forfait est très grave auprès d’Allah, exalté soit-Il, et auprès des gens. Il ne se comporte de cette manière que parce qu’il souffre d’une altération de sa nature innée et de sa conduite, même s’il se montre autrement devant les gens. La réforme d’un homme ainsi fait est impossible, à moins qu’Allah, exalté soit-Il, en veuille autrement, car c’est un être anormal et vicieux. C’est pourquoi la Charia a stipulé l’exécution de celui qui commet la fornication avec une Mahram (proche parente qu’il est définitivement interdit d’épouser). Le Prophète () a dit : « Tuez celui qui commet l’inceste » (al-Tirmîdhî).

 

En outre, lorsqu’on présenta à al-Hadjjâdj un homme qui avait violé sa sœur, il dit : « Enfermez-le et interrogez à son sujet le Compagnon qui se trouve ici ». On interrogea alors 'Abd Allah ibn Mutarrif, , qui répondit : « J’ai entendu le Prophète () dire : “Quiconque épouse une femme Mahram doit être tué” ».

 

L’Islam condamne donc à mort tout homme dont la nature innée a été altérée, au point de violer ses Mahrams. Si cet homme échappe au châtiment dans le bas monde et feint d’être un musulman vertueux, il n’échappera certes pas au châtiment divin dans l’au-delà, lorsqu’Allah, exalté soit-Il, le déshonorera comme il a déshonoré ses filles et ses proches paraître honorable aux yeux des gens.

 

Pour votre part, chère sœur, vous devez persévérer dans l’invocation d’Allah, exalté soit-Il, pour qu’ll vous rende justice et vous protège contre tout mal. Si vous avez le moyen de fournir des preuves et de témoigner contre lui pour qu’il soit sanctionné, n’hésitez pas à le faire. Et nul grief aussi si vous pouvez porter plainte contre lui auprès des autorités compétentes dans le pays où vous résidez, pour dissuader ceux qui se comportent de cette manière.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation