Explication de certaines paroles prophétiques
Fatwa No: 88540

Question

Je ne comprends pas certaines paroles du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) et j'aimerais que vous me les expliquiez. Les voici :
1- « Laissez les oiseaux dans leur nid. »
2- « Accordez aux gens la place qu'ils méritent. »
3- « Méfiez-vous de l’invocation de l’opprimé, car il n'y pas de voile entre Allah et lui. »
4- « Celui qui n'éprouve aucune pudeur envers les gens n'en n'éprouve aucune envers Allah, exalté soit-Il »
Ces hadiths sont-il authentiques ? Merci.

Réponse

Louange à Allah et que la Paix et la bénédiction d’Allah soient sur Son Prophète et Messager Mohammed ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

 

Le premier hadith, où le Prophète (), dit : « Laissez les oiseaux dans leur nid. » (Abû Dâwûd : sahîh) est un hadith Sahîh. L’imam al-Châfi'î, qu’Allah lui fasse miséricorde, l'explique en disant : « A l'époque préislamique, lorsqu’une personne voulait faire ses besoins, elle se rendait près d'un nid d’oiseau et faisait fuir ce dernier. Si l'oiseau s'enfuyait par la droite, la personne faisait ses besoins avec optimisme et si l'oiseau s'enfuyait par la gauche, la personne repartait pessimiste. Le Prophète () interdit donc cette pratique. » (al-Bayhaqî)

 

Le deuxième hadith : Un mendiant passa auprès d'Aïcha, qu’Allah soit satisfait d’elle, et celle-ci lui donna un peu de nourriture puis un homme portant un habit et ayant une certaine allure passa auprès d'elle. Elle le fit alors asseoir et il mangea. On lui reprocha alors cela et elle répondit en disant que le Prophète () a dit : « Accordez aux gens la place qu'ils méritent. » (Abû Dâwûd) Ce hadith est jugé da'îf (faible) par certains savants.

 

Le troisième hadith est une partie du hadith d'Ibn 'Abbâs, qu'Allah soit satisfait de lui et de son père, sur l'envoi de Mu'âdh, qu'Allah soit satisfait de lui, au Yémen et dans lequel le Prophète () a dit : « Méfie-toi de l’invocation de l’opprimé, car il n'y a pas de voile entre Allah et lui. » (Boukhari, Mouslim) Cela signifie que l'invocation de la personne opprimée contre son oppresseur est inéluctablement exaucée.

 

Le quatrième et dernier hadith est un hadith da'îf (faible) rapporté par al-Tabarî, qu’Allah lui fasse miséricorde, dans son livre intitulé al-Awsat. Anas, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté qu'il rencontra des gens qui revenaient de la prière du vendredi et qu'il entra dans une maison puis entendit le Prophète () dire : « Celui qui n'éprouve aucune pudeur envers les gens n'en n'éprouve aucune envers Allah, exalté soit-Il »

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation