La femme qui par paresse ne fait pas les ablutions majeures après les rapports sexuels
Fatwa No: 88880

Question

Est-ce que la femme qui par paresse ne fait pas les ablutions majeures après les rapports sexuels qu’elle a avec son époux, ira en Enfer ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Le fait de négliger les ablutions majeures à la suite des rapports sexuels qu’on a eus avec son conjoint par paresse en laissant passer le terme de la Salât prescrite est un des péchés majeurs qui font mériter à son auteur le châtiment de l’Enfer, car cela est susceptible de mener à la mécréance. En effet la Salât est le pilier le plus important de l’Islam après les deux attestations de foi, et la délaisser relève de la mécréance, conformément aux paroles du Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) :

« Ce qui sépare l'homme de l'incroyance, c'est l'accomplissement des prières prescrites » (Al-Nasâ’i).

Or, la Salât de celui qui est en état d'impureté majeure n’est pas valide jusqu’à ce qu’il se purifie en faisant les ablutions majeures, et ce conformément aux Paroles d’Allah, exalté soit-Il (sens du verset) : « Et si vous êtes pollués «junub», alors purifiez-vous (par un bain); … » (Coran 5/6)

… ainsi que conformément au hadith du Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Sallam) :

« Allah, exalté soit-Il, n'accepte pas une prière sans purification légale (ablutions » (Mouslim)

Il incombe à quiconque se trouve dans pareille situation de se repentir et de faire ses ablutions majeures. Le Prophète (Salla Allahou ‘Alaihi wa Salam) a dit :

« Celui qui accomplit régulièrement cinq actes, motivé par une foi solide aura accès au Paradis… »

Et il mentionna parmi ces actes:

« … et aura assumé ses responsabilités. »

« Que veux-tu dire par : assumer ses responsabilités ? a-t-on demandé à abû Dardâ’ qui a relaté le hadith.

« … aura fait les ablutions majeures (al-ghusl) à la suite d’un état d’impureté majeure » (Abû Dâwûd : Hasan.)

Cela revient à dire que les ablutions majeures (le ghusl) faites à la suite d’un état d’impureté majeure sont une des responsabilités que le musulman doit assumer et dont il rendra compte le Jour de la Résurrection. Quant au fait de retarder les ablutions majeures sans pour autant laisser passer le terme fixé d’une prière prescrite, cela ne constitue pas un péché.

 

 Allah sait mieux. 

Fatwas en relation