Ce que doire faire celui qui a forniqué avec une femme mariée qui est tombée enceinte
Fatwa No: 88978

Question

J'ai connu une femme pendant longtemps, mais elle s'est mariée et a eu un enfant. C’était il y a six ans. Quelque temps après, je suis parti aux Etats-unis et je suis revenu cet été dans mon pays pour me marier. J'ai alors rencontré cette femme et j'ai commis la fornication avec elle. Elle est tombée enceinte. Nous avons été surpris, car nous avons utilisé des contraceptifs. Elle est aujourd'hui enceinte d'un mois et elle veut avorter. Je sais qu'il s'agit d'un énorme péché, mais le foetus est encore dans la phase de gestation et l'avortement dans cette situation n'est pas considéré comme un grand péché. Est-il possible qu’elle avorte ?
Si l'avortement est un grand péché, est-ce que je peux demander à cette femme de réclamer le divorce à son mari afin que je l'épouse ou il est préférable que nous nous taisions, et laisser le mari croire que cet enfant est le sien et ensuite oublier totalement cette histoire? Quel est le châtiment que nous méritons elle et moi si nous reconnaissons notre péché ? J'espère que vous pourrez me sortir de ce problème. Qu’Allah, exalté soit-Il, nous pardonne elle et à moi. Et qu'Allah vous bénisse.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

 

Vous devez vous et cette femme vous repentir car vous avez commis un crime odieux et une immonde trahison. Abdullah ibn Mas'ûd, , a rapporté avoir demandé au Prophète () : - « O Messager d'Allah, quel est le pire des péchés ? » - « C'est d'attribuer un égal à Allah alors que c'est Lui qui t'a créé. », répondit-il. - « Et ensuite ? », lui demandais-je. - « Tuer ton enfant par crainte qu'il ne prenne ta part de nourriture. », répondit-il. - « Et ensuite ? », lui demandais-je à nouveau. - « Forniquer avec la femme de ton voisin. », répondit-il. (Boukhari, Mouslim) La peine légale qui vous revient à vous si vous reconnaissez votre péché, est de 100 coups de fouet et d'être bani pendant une année si vous avez commis la fornication avant de vous marier. Et la peine qu’elle mérite quant à elle est d’être lapidée jusqu’à la mort. 'Ubâda ibn al-Sâmit, , a rapporté que le Prophète () a dit :

 

« Toute femme ou tout homme qui a connu le mariage [et qui commet la fornication], doit subir cent coups de fouet et être lapidé à mort, alors que toute femme ou tout homme qui n'a jamais été marié [et qui a forniqué], doit subir cent coups de fouet et être condamné à un an d’exil. » (Mouslim)

 

Vous ne devez pas divulguer votre péché, car dévoiler son péché n'est pas une condition pour que son repentir soit accepté. Le Prophète () a dit :

 

« Que celui qui a le malheur de commettre de pareilles ignominies s'enveloppe du voile de la discrétion qu'Allah lui confère et n'en parle à personne. » [al-Hâkim, al-Bayhaqî (al-Suyûtî : sahîh)]

 

Concernant votre intention de faire avorter cette femme ou de lui demander de réclamer le divorce de son mari afin que vous l'épousiez, il s'agit d'autres péchés que vous ne devez pas commettre. En effet, le Prophète () a dit : « Toute femme qui demande le divorce sans raison légitime, ne sentira pas l'odeur du Paradis. » (Abû Dâwûd, al-Nasâ'î, al-Tirmidhî, ibn Mâdja) L'avortement sans raison reconnue par la Charia, est interdit, et ce même s'il a lieu avant l'insufflation de l'âme. Si l’avortement a lieu après l’insufflation de l'âme, il est alors considéré comme un meurtre. Vous dites que l'avortement pratiqué à une certaine étape n'est pas un grand péché, mais cela est faux. Nous devons ici attirer votre attention sur le fait que cet enfant sera inévitablement attribué au mari de cette femme tant que celui-ci le reconnaît, car le Prophète () a dit : «L'enfant appartient à celui qui a le droit de partager le lit de sa mère... » (Boukhari, Mouslim)

 

En résumé, vous devez vous repentir et vous éloigner de cette femme qui doit également se repentir. Ensuite, vous ne devez pas dévoiler cette histoire et ne pas pratiquer l'avortement. Quant à l'enfant, il doit être attribué au mari de cette femme et non à vous.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation