La femme ne peut occuper que les postes qui conviennent à sa nature
Fatwa No: 89181

Question

Je suis une musulmane de la République tchèque et je voudrais savoir les normes régissant les élections de la commission de l’institution islamique chargée des affaires de la mosquée et des musulmans dans notre pays. Pendant ces élections, beaucoup de nouvelles converties insistent à ce que cette commission ait parmi ses sept membres une ou deux femmes et refusent l’idée d’une commission indépendante composée exclusivement de femmes. Cette idée a provoqué de vives dissensions entre les musulmans ici et beaucoup d’entre eux se sont abstenus de participer à ces élections. En définitive, ces femmes ont élu l’une d’entre elles comme membre de cette commission. À mon avis, cela ne convient pas, car cette commission a des missions particulières relatives aux affaires de la communauté musulmane. Elle ne ressemble donc pas au Parlement, aux organes gouvernementaux ou aux institutions. Qu’en pensez-vous ? Merci d’avance pour votre réponse.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Les postes de direction et les hautes responsabilités doivent être confiés à des hommes compétents. C’est la raison pour laquelle les oulémas ont à l’unanimité imposé comme condition que le gouvernement d’un pays soit confié à un homme, soulignant que le gouvernement d’une femme est invalide, compte tenu du hadith, rapporté par Abû Bakra, , dans lequel le Prophète () a dit : « Jamais ne réussira un peuple qui confie la gestion de ses affaires à une femme » (Boukhari).

 

Ils ont posé comme condition contraignante que celui qui occupe les postes suprêmes, comme la magistrature ou l’imamat, doit être un homme. Ibn Hadjar a indiqué : « Les oulémas ont stipulé que les juges doivent impérativement être des hommes, sauf les hanafites qui l’ont stipulé seulement pour les juges chargés d’émettre les sentences relatives aux châtiments corporels, alors qu’ibn Djarîr a absolument interdit qu’une femme devienne juge » (Al-Fath).

 

Partant, une femme ne doit pas occuper les hauts postes, puisqu’elle sera obligée de se mêler aux hommes, de tenir des tête-à-tête avec eux et de supporter des fardeaux qui ne conviennent pas à sa nature.

 

Quant aux postes moins importants dont la femme peut assumer la responsabilité avec compétence, comme la direction d’un hôpital, d’une école, etc., cela ne pose pas de problème, à condition d’éviter les tête-à-tête et la mixité illicite avec les hommes.

 

Ainsi, si cette commission est chargée des affaires des musulmans dans ce pays, elle ne doit pas avoir une femme parmi ses membres. Cependant, si elle s’occupe de gérer certaines affaires relatives aux musulmans, loin du commandement, nul grief d’avoir une femme parmi ses membres, à condition de respecter les conditions précédentes. Cependant, il est préférable que la commission des femmes soit séparée de celle des hommes.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui