Défier une femme de prouver sa virginité est-il considéré comme une calomnie ?
Fatwa No: 90185

Question

Le fait qu'un homme défie de manière écrite et publiquement une femme de prouver sa virginité en lui demandant de passer un test médical est-il considéré comme une calomnie envers cette femme ?
Pouvez-vous me répondre rapidement ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Tout d'abord, sachez que la règle de base concernant le musulman est que celui-ci doit être considéré comme innocent de tout péché. Il n'est donc pas permis de l'accuser de fornication de manière franche ou par insinuation. Allah, exalté soit-Il, dit (sens des versets) :

• « Ceux qui lancent des accusations contre des femmes vertueuses, chastes [qui ne pensent même pas à commettre la turpitude] et croyantes sont maudits ici-bas comme dans l'au-delà ; et ils auront un énorme châtiment. » (Coran 24/23)

• « [...] Évitez de trop conjecturer [sur autrui] car une partie des conjectures est péché. [...] » (Coran 49/12)

Par conséquent, il n'est pas permis à cet homme de demander à cette femme de prouver sa virginité. Au contraire, il s'agit là d'un acte honteux qu’une personne respectable ne fait pas. C'est une calomnie implicite.

Les jurisconsultes de l'école hanéfite déclarèrent que la calomnie implicite est une calomnie sans toutefois imposer le châtiment corporel en raison du doute (concernant l’intention de calomnier).

Quant aux jurisconsultes de l'école malékite, ils déclarèrent que si la calomnie implicite est comprise comme une calomnie (réelle) en raison de l'existence d'une preuve comme un conflit entre les deux personnes, elle est alors semblable à la calomnie explicite et mérite le châtiment dû pour celle-ci.

Nous attirons ici votre attention sur le fait que cette femme n'a pas le droit de se découvrir devant un médecin dans ce but, car un tel test nécessite que le médecin examine les parties intimes de la femme. En effet, il est interdit de dévoiler ses parties intimes si ce n'est en cas de nécessité absolue ou en cas de besoin reconnu. Or, ce n’est pas le cas ici, car cette femme doit être considérée comme innocente par principe.

Nous attirons également votre attention sur le fait qu'une femme peut perdre sa virginité sans avoir forniqué. En effet, une femme peut perdre sa virginité sous la pression du sang de ses menstrues, en sautant ou autre.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation