Puis-je jeûner à l’insu de mon père qui m’interdit de jeûner les jeudi et lundi ?
Fatwa No: 90198

Question

J'ai 21 ans et vis de mes propres ressources. Jesuis pratiquante et loue Allah pour cela. Je jeûnais les lundi et jeudi et je suis tombée malade sans que cela ait un lien avec le jeûne, mais mon père m'a alors interdit de jeûner après cette maladie. J'aimerais jeûner pour suivre la Sunna du Prophète (Salla Allahou Alaihi wa Sallam) qui a dit : « Jeûnez, et vous serez en bonne santé », mais mon père me l'interdit et dit que je suis obligé de lui obéir tant que je suis sous sa tutelle. Puis-je jeûner à son insu?
Quelle est la bonne attitude à avoir dans cette situation ? Je sais qu'il est obligatoire d'obéir à ses parents sous certaines conditions.
Est-il permis à la jeune femme musulmane de porter une chemise ample allant jusqu'aux genoux et un pantalon par dessous lorsqu'elle sort de chez elle ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

L'Islam accorde une extrême importance aux parents et fait de l'obéissance et de la bienfaisance envers eux l'une des meilleures œuvres pies qui soient.

'Abdullah ibn Mas'ûd, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté : « Je demandai au Messager () : "Quelle est la meilleure œuvre aux yeux d’Allah ?" - "L’accomplissement de la prière à son temps prescrit.", me répondit-il. - "Et quoi encore ?", lui demandai-je. - "La piété filiale.", répondit-il. - "Et quoi encore ?", lui demandai-je. - "Le Djihad pour la cause d’Allah.", répondit le Messager (). » (Boukhari, Mouslim)

Le Prophète () nous informa ainsi que l'obéissance envers les parents était la meilleure œuvre après l'accomplissement de la prière qui est le plus important pilier de l'Islam. Dans ce hadith, le Prophète () fit passer l'obéissance envers les parents avant même le Djihad pour la cause d'Allah, car l'obéissance envers les parents est une obligation individuelle contrairement au Djihad qui peut être une obligation individuelle ou communautaire. Ainsi, si l'obéissance envers les parents passe avant le Djihad pour la cause d'Allah lorsque celui-ci est une obligation communautaire, elle passe a fortiori avant ce qui n’est pas obligatoire comme les actes surérogatoires.

 

Partant, si l'accomplissement d'un jeûne surérogatoire s'oppose à l'obéissance aux parents, cette dernière passe avant le premier, car il s'agit d'une obligation individuelle, surtout lorsque les parents éprouvent de la compassion pour leur enfant et se sentent affectés par sa souffrance. Certains savants dirent toutefois qu'il ne faut pas leur obéir lorsqu'ils ordonnent d'abandonner de façon permanente l'accomplissement des prières surérogatoires régulières telles que les deux rak'âts avant la prière du Fadjr ou la prière du Witr.

Sans doute faut-il ici faire la différence entre la raison qui pousse les parents à interdire à leur enfant d'accomplir un acte d'adoration et qui est la difficulté dans le cas du jeûne et ce qui n’implique aucune difficulté comme les prières surérogatoires régulières. Il faut donc leur obéir dans le premier cas, mais pas dans le second.

Par conséquent, ne pas accomplir un jeûne surérogatoire en période de grande chaleur par obéissance et compassion envers eux peut permettre d’obtenir à la fois la récompense du jeûne et celle de l'obéissance envers ses parents. En effet, la personne obtient la récompense du jeûne car elle avait l'intention de jeûner si rien ne l'en avait empêchée, en plus d'acquérir la récompense de l'obéissance envers ses parents en ayant fait ce qu'ils désiraient.

Il est important de noter que si l'enfant est capable de combiner les deux, c'est-à-dire de persévérer dans son habitude de jeûner et de satisfaire ses parents, cela est alors préférable pour lui. Il existe deux moyens pour cela :

Le premier est de s'efforcer de les convaincre que le jeûne n'est généralement pas nuisible pour le corps et qu'au contraire, c'est souvent l'un des meilleurs moyens de rester en bonne santé, comme cela a été prouvé médicalement, même chez les non-musulmans.

Le deuxième est de jeûner en secret en ne restant pas chez eux le jour où l'on jeûne tant que cela n'entraîne pas de négligence dans ce que les parents demandent à leur enfant de faire.

Enfin, concernant le port d'un pantalon en-dessous d'une chemise, sachez que la musulmane doit s'habiller de manière à ne rien découvrir de son corps et nous pensons que porter un pantalon n'étant pas totalement recouvert d'un vêtement ample ne permet pas à la femme de remplir cette condition, car cela ne cache pas le bas de son corps, c'est-à-dire les formes des membres du corps.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation