Les péchés et leur influence sur le jeûne

Les péchés et leur influence sur le jeûne
3002 1087

Le jeûne est un culte visant à purifier l’âme, à revivifier la conscience, à renforcer la foi et à préparer le jeûneur pour qu’il fasse partie des pieux. Le Très-Haut dit en effet : « On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à vos prédécesseurs, afin que vous atteignez la piété » [Coran 2/183].

C’est pour cette raison que le jeûneur doit préserver son jeûne de tout ce qui pourrait l’entamer, voire le détruire. Il doit ainsi préserver son ouïe, son regard et ses sens de tout ce qu’Allah — Exalté soit-Il — a interdit. Il doit garder sa langue chaste : ne pas prononcer de paroles inconsidérées ni obscènes, ne pas proférer d’insultes ni hausser le ton par colère, ne pas répondre à une offense par une offense mais plutôt y répondre avec bonté. Bref, il s’agit de faire du jeûne un bouclier contre le péché et la désobéissance à Allah d’une part, et contre le châtiment divin dans l’au-delà d’autre part. C’est pour cette raison que nos prédécesseurs ont dit : « Le jeûne valide est celui où les sens s’abstiennent du péché, comme l’estomac et le sexe s’abstiennent de leurs plaisirs. »

C’est ce qui est souligné par les nobles hadiths et corroboré par les disciples de l’école prophétique [c’est-à-dire les Compagnons du Prophète.].

Le Messager de Dieu, , a dit : « Le jeûne est un bouclier. Lorsque l’un de vous jeûne, qu’il ne prononce pas de paroles obscènes et qu’il ne se mette pas en colère. Si quelqu’un l’insulte ou l’agresse, qu’il dise : « Je jeûne » deux fois. » (Hadith consensuel narré par Abou Houreira).

Le Prophète a dit également : « Celui qui n’abandonne pas le mensonge et les mauvaises actions, alors Dieu n’a pas besoin qu’il abandonne sa nourriture ni sa boisson. » (Rapporté par Boukhari dans le chapitre du jeûne).

Il dit encore : « Combien de jeûneurs ne récoltent de leur jeûne que la faim! » (Rapporté par An-Nassaï et Ibn Maja d’après Abou  Houreira ; rapporté également par Ahmed, Al-Hakem et Al-Bayhaqi selon la variante : « Combien de jeûneurs ne récoltent de leur jeûne que la faim et la soif ! »).

Ainsi les Compagnons et les premières générations de musulmans s’efforçaient-ils à ce que le jeûne purifie leurs âmes et leurs sens de tout péché et de toute transgression.

Omar Ibn Al-Khattab, , disait : « Le jeûne ne consiste pas à se priver de boisson et de nourriture uniquement, mais il consiste également à s’abstenir du mensonge, de la fausseté et des paroles futiles. »

L’Ansarite, Djaber Ibn Abdallah a dit : « Si tu jeûnes, alors fais jeûner ton ouïe, ton regard et ta langue du mensonge et du péché. Ne maltraite pas ton serviteur. Reste calme et serein le jour de ton jeûne et ne fais pas en sorte que le jour du jeûne soit identique au jour de non-jeûne. »

Taleq Ibn Qays rapporte que Abou  Dharr a dit : « Si tu jeûnes, alors préserve-toi du péché autant que possible. » Taleq avait l’habitude, lorsqu’il jeûnait, de ne pas sortir de chez lui sauf pour se rendre à la mosquée et y accomplir la prière.

Abou Houreira et ses compagnons avaient l’habitude, lorsqu’ils jeûnaient, de s’asseoir dans la mosquée, disant : « Nous purifions notre jeûne. »

Hafsa Bint Sirine, une femme parmi les Successeurs (la génération de musulmans suivant celle des Compagnons), disait : « Le jeûne est un bouclier qui protège son propriétaire tant que celui-ci ne le troue pas. Et il le troue lorsqu’il se met à calomnier. »

Ibrahim An-Nakhaï disait : « Nos prédécesseurs disaient que le mensonge rompt le jeûne. »

Maïmoune Ibn Mahrane disait : « Le jeûne le plus facile est celui qui consiste à n’abandonner que la nourriture et la boisson. »

C’est pour cette raison que certains musulmans des premières générations pensèrent que les péchés rompaient le jeûne. Ainsi, celui qui transgresse un interdit par la langue (comme la calomnie, le colportage ou le mensonge), celui qui prête l’oreille à un interdit (comme les grivoiseries ou le mensonge), celui qui regarde avec concupiscence un interdit (comme les parties privées et les éléments sensuels de la femme étrangère), celui qui porte la main vers un interdit (comme l’offense injuste d’un être humain ou d’un animal, comme l’extorsion d’une chose qui ne lui appartient pas), celui qui transgresse un interdit par son pied (comme se diriger vers la désobéissance à Dieu), bref celui qui commet un quelconque interdit, verra son jeûne rompu.

La langue rompt le jeûne, l’oreille rompt le jeûne, l’œil rompt le jeûne, la main rompt le jeûne, le pied rompt le jeûne, tout comme le ventre et le sexe le rompent. Telle était l’opinion de certains de nos prédécesseurs : tous les péchés rompent le jeûne ; celui qui commet un péché pendant le jeûne devra par conséquent le rattraper. Cette conclusion découle de ce qui a été rapporté au sujet de certains Compagnons et de certains Successeurs. C’est l’opinion adoptée par l’imam Al-Awzaï et c’est ce qu’a soutenu Ibn Hazm, disciple de l’Ecole littéraliste (Dhahiriyya).

Quant à la majorité des savants, ils pensent que les péchés n’annulent pas le jeûne, bien qu’ils l’entachent et réduisent le profit que l’on peut en tirer, en fonction de leur gravité.

Cela est dû au fait que nul n’est infaillible devant le péché, sauf celui que Dieu a épargné. Cela est d’autant plus vrai en ce qui concerne les péchés de la langue. C’est pour cette raison que l’imam Ahmed a dit : « Si la médisance rompait le jeûne, alors nous ne jeûnerions plus. » Cette phrase a été dite par l’imam Ahmed, et Dieu sait qui est l’imam Ahmed dans sa ferveur, son renoncement à la vie matérielle et sa piété. Que dirions-nous de nous-mêmes dans ce cas si lui-même disait cela ?!

Ces savants soutiennent que les péchés ne rompent pas le jeûne, contrairement à la nourriture et à la boisson. Néanmoins, ils peuvent retirer la récompense du jeûne et faire perdre sa rétribution.

Cette perte n’est pas légère pour les gens doués de sens et ne la négligent que les imbéciles. Ces derniers se contraignent en effet à la faim et à la soif, privant leur âme de ses désirs, puis à la fin, ressortent du jeûne avec un capital de bonnes actions réduit à zéro.

L’imam Abou  Bakr Ibn Al-Arabi a dit dans l’explication du hadith suivant « Celui qui n’abandonne pas le mensonge et sa mise en pratique (commettre de mauvaises actions), alors Allah n’a pas besoin qu’il abandonne sa nourriture et sa boisson. » : « On comprend de ce hadith que celui qui commet les transgressions susmentionnées ne reçoit pas de récompense pour son jeûne. Autrement dit, la récompense du jeûne ne saurait faire le poids devant le mensonge et les autres péchés évoqués. »

L’érudit Al-Baydhawi a dit : « La faim et la soif ne sont pas les buts visés par la prescription du jeûne. On vise plutôt ce qui s’ensuit en terme de mise en déroute des instincts concupiscents et de soumission de l’âme incitatrice au mal (An-Nafs al-ammara) à l’âme apaisée (An-Nafs al-moutma’inna). Si cela ne se produit pas, alors Allah ne regardera pas le jeûne avec satisfaction. C’est pour cette raison que le Prophète a dit : « Allah n’a pas besoin » ; par métaphore de l’absence de l’agrément divin. Le Prophète a ainsi omis la cause pour exprimer la conséquence sous-jacente. »

Le jeûne pendant le mois de Ramadhan  en particulier est une occasion de se purifier des péchés accumulés durant les onze mois précédents. Quiconque jeûne alors de manière sincère et dévouée devient digne de ressortir de ce mois, expié de toutes ses fautes et purifié de tous ses péchés, en particulier les péchés mineurs (Sagha’ir) que l’être humain commet jour et nuit, qu’il soit au repos ou en activité. Ces péchés mineurs peuvent être considérés de petite importance par celui qui les commet alors qu’il ne se rend pas compte que leur accumulation peut le ruiner et précipiter sa perte.

Le Messager, , a dit : « Les cinq prières rituelles, la prière du vendredi jusqu'au vendredi suivant, le jeûne du mois de Ramadhan  jusqu'au Ramadhan  suivant, tous ont un effet absolutoire si on évite les graves péchés (Al-Kaba’ir). » (Rapporté par Muslim d’après Abou Houreira).

Nul n’ignore le hadith consensuel : « Quiconque jeûne le mois de Ramadhan  avec foi et dévotion sera expié des fautes qu’il aura commises auparavant. »

Celui qui souille donc son jeûne par des péchés de l’ouïe, du regard, de la langue ou des sens de manière générale aura perdu l’occasion de se purifier et ne méritera pas le pardon promis par Allah, voire il sera susceptible d’être atteint par la mise en garde lancée par Gabriel, , et à laquelle souscrivit le Prophète, , concernant « Celui vit jusqu’au mois de Ramadhan  sans mériter le pardon de Dieu, Dieu l’éloignera de Lui. » (Rapporté par Ibn Hibban dans son Sahih d’après Al-Hasan Ibn Malek Ibn Al-Houwayrith ; un hadith authentique similaire à celui-ci est rapporté d’après Abou  Houreira et Kaâb Ibn Oudjra).

Et Allah sait mieux. 

 

Articles en relation