Le repentir : conditions et règles

Le repentir : conditions et règles
11312 1839

Louanges à Allah Seigneur de l’univers. Que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur Son Prophète et Messager, ainsi que sur sa famille et l’ensemble de ses Compagnons.

Chers Musulmans,
Les bienfaits et la miséricorde d’Allah, Exalté soit-Il, envers nous sont immenses, car Il nous à rendu le repentir facile à la différence des Enfants d’Israël. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
« Et [rappelez-vous], lorsque Moïse dit à son peuple : "O mon peuple, certes vous vous êtes fait du tort à vous-mêmes en prenant le Veau pour idole. Revenez donc à votre Créateur ; puis, tuez donc les coupables vous-mêmes : ce serait mieux pour vous, auprès de votre Créateur" ! […] » (Coran 2/54)
Quant à cette communauté touchée par la miséricorde, Allah, Exalté soit-Il, lui facilite le repentir en laissant ses portes ouvertes à qui désire y accéder. De par Sa générosité et Sa grâce, Allah, Exalté soit-Il, l’a rendu même obligatoire et sans délai à Ses créatures, les a exhorté à le faire et éprouve de l’amour envers ceux parmi eux qui se repentissent. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens des versets) :
·       « Dis : "O Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux". » (Coran 39/53)
·       « […] Allah aime ceux qui se repentent, et Il aime ceux qui se purifient. » (Coran 2/222)
Le plus important des repentirs et le plus obligatoire, ô serviteurs d’Allah, est de se repentir de son incrédulité pour aller vers la foi et du polythéisme vers l’unicité d’Allah, Exalté soit-Il. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Dis à ceux qui ne croient pas que, s'ils cessent, on leur pardonnera ce qui s'est passé. […] » (Coran 8/38). Allah, Exalté soit-Il, dit également après avoir mentionné quelques paroles odieuses prononcées par les chrétiens concernant Allah, Exalté soit-Il (sens du verset) : « Ne vont-ils donc pas se repentir à Allah et implorer Son pardon ? Car Allah est Absoluteur et Miséricordieux. » (Coran 5/74).
Ensuite vient le fait de se repentir des innovations blâmables et des péchés majeurs, puis des péchés mineurs. L’obligation est même, pour l’être humain, de se repentir de tout péché, petit ou grand, apparent ou caché. Les textes du Coran, de la Sunna et le consensus de la communauté prouvent cela. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « […] Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès. » (Coran 24/31). Méditez sur la manière dont Allah, Exalté soit-Il, fait le rapprochement entre le succès et le repentir et pas seulement le repentir individuel, mais le repentir collectif, et cela, par le repentir de tous les gens en employant le pronom pluriel comme dans le verset susmentionné.
Allah, Exalté soit-Il, nous enjoint de nous repentir sincèrement et dit (sens du verset) : « O vous qui avez cru ! Repentez-vous à Allah d'un repentir sincère. […] » (Coran 66/8)
Al-Aghar Ibn Yaasir Al-Mazaniyi, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Messager d’Allah, , a dit : « Ô gens ! Repentez-vous à Allah et demandez Son pardon. Je me repens moi-même et implore le pardon d’Allah cent fois par jour. » (Mouslim). Si le plus parfait des hommes, à savoir le Prophète () se repentait et demandait pardon à Allah, Exalté soit-Il, plus de cent fois par jour, alors nous devons nous, a fortiori, nous repentir. En effet nous commettons des péchés à chaque instant, alors que le Prophète () était à l’abri du péché et de la faute.
Parmi l’immense générosité et la grâce d’Allah envers Ses serviteurs, il y a le fait qu’Il Se réjouisse du repentir de l’un de Ses serviteurs et de son retour vers son Maître et Seigneur, alors qu’Il n’a pas besoin de ce repentir, mais Il s’en réjouit parce qu’il aime pardonner et être indulgent. Anas Ibn Maalik Al-Ansaari, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit :
« Certes, Allah Se réjouit du repentir de Son serviteur plus que l’un d’entre vous ne se réjouit lorsqu’il retrouve son chameau qu’il avait perdu dans le désert. » (Boukhari).
Dans une autre version :
«Allah se réjouit plus du repentir de quelqu'un lorsqu'il se repent que ne se réjouirait l'un d'entre vous s'il montait son chameau dans une terre désertique et que son chameau s'échappe tout à coup en emportant sa nourriture et sa boisson.  Il va s'allonger à l'ombre d'un arbre (attendant la mort), car il n'a aucun espoir de retrouver son chameau.  Et alors qu'il est dans cet état de désespoir, voilà que son chameau est là, devant lui!  Il le saisit par la bride et dit, sous l'effet de sa joie excessive: "Seigneur Allah!  Tu es mon serviteur et je suis Ton seigneur!", s'embrouillant tellement sa joie est intense.» (Mouslim)
Allah, Exalté soit-Il, ouvre la porte du repentir, à n’importe quelle heure de la nuit ou du jour jusqu’à ce que le soleil se lève de son couchant, à celui qui désire revenir vers Lui et vers le bien. Abou Moussa Abd Allah Ibn Qays Al-Ach’ari, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit :
«Allah, à Lui la puissance et la Gloire, ouvre Sa Main la nuit afin que le pêcheur du jour se repente et Il ouvre Sa Main le jour afin que le pêcheur de la nuit se repente. Et ceci durera ainsi jusqu’à ce que le soleil se lève de son couchant. » (Mouslim)
Lorsque le soleil se lèvera de son couchant aucun repentir n’est plus accepté. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
« […] la foi en Lui ne profitera à aucune âme qui n'avait pas cru auparavant ou qui n'avait acquis aucun mérite de sa croyance. […] » (Coran 6/158)
Abou Horayrah, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit : « Allah acceptera le repentir de celui qui se repent avant que le soleil ne se lève de l'ouest. » (Mouslim). Il s’agit là d’une période générale valable pour l’acceptation du repentir de tous. Il existe également une période particulière à chaque individu pour l’acceptation du repentir et qui est de se repentir avant que l’agonie ne survienne, que l’âme n’atteigne la gorge et que ne vienne le râle de la mort. Abd Allah Ibn Omar Ibn Al-Khattaab, qu'Allah soit satisfait de lui et de son père, a rapporté que le Prophète () a dit : « Allah agrée le repentir de Son serviteur tant qu’il n'est pas à l'agonie. » [At-Tirmidhi (Al-Albaani : Sahiih)]. Allah, Exalté soit-Il, explique cela dans Son Livre (le Coran) et dit (sens du verset) :
« Mais l'absolution n'est point destinée à ceux qui font de mauvaises actions jusqu'au moment où la mort se présente à l'un d'eux, et qui s'écrie : "Certes, je me repens maintenant" - non plus pour ceux qui meurent mécréants. Et c'est pour eux que Nous avons préparé un châtiment douloureux. »(Coran 4/18)
Ô gens, le repentir est une obligation qu’il faut s’empresser d’accomplir et que l’on ne doit pas remettre à plus tard. Allah, Exalté soit-Il, et Son Messager ont ordonné de se repentir et les ordres d’Allah et de Son Messager doivent tous être accomplis sans tarder et avec empressement, car le serviteur ne sait ce qui lui arrivera s’il retarde cela. Il se peut en effet qu’il soit frappé soudainement par la mort et qu’il ne puisse plus se repentir. De plus, l’insistance dans le péché entraîne forcément la dureté du cœur puis l’insensibilité face à Allah, Exalté soit-Il, et une faiblesse de la foi. La foi augmente par le biais des actes d’obéissance et diminue à cause des péchés. L’insistance à commettre des péchés entraîne l’accoutumance à ces péchés. Lorsque l’âme s’habitue à quelque chose, il devient difficile pour elle de s’en éloigner et de s’en débarrasser. C’est pourquoi les savants et les gens pieux ont dit que les péchés sont la source de la mécréance : l’homme s’y enfonce petit à petit jusqu’à ce qu’il dévie de sa religion, qu’Allah nous en préserve.
Chers croyants, le repentir n’est pas une simple parole prononcée par la langue, mais il est soumis à des conditions sans elle ne peut ni être accepté ni d’être correct. Ces conditions ont été déduites des textes coraniques et de la Sunna par les grands savants, et nous les résumerons ainsi :
La première condition : la sincérité envers Allah, Exalté soit-Il. C’est-à-dire que l’homme recherche à travers son repentir la satisfaction d’Allah, Exalté soit-Il, l’acceptation de son repentir et le pardon de ses péchés. Il ne cherche pas par cela l’appréciation des autres ou à se rapprocher d’eux ni à se protéger des nuisances du gouverneur et du dirigeant.
La deuxième condition : le regret des péchés commis. Le Prophète () a dit : « Le regret est un repentir. » [Ahmad, Al-Haakim (Al-Albaani : Sahiih)] ; et cela en raison du fait que le sentiment de regret chez l’être humain est ce qui montre la sincérité de son repentir.
La troisième condition : c’est la plus importante des conditions et c’est le fait de délaisser le péché. S’il s’agit de la négligence d’une obligation alors le repentir revient à se dépêcher de l’accomplir. Par exemple, lorsqu’un homme qui néglige la prière en commun désire se repentir, il doit alors veiller à accomplir ses prières en commun. Autre exemple, lorsqu’un homme fait preuve de négligence dans l’obéissance envers ses parents, il doit alors s’efforcer de leur obéir ; ou encore lorsqu’un homme fait preuve de négligence dans son maintien des liens de parenté, il doit alors s’efforcer de maintenir ces liens…
Par contre, si le péché est l’accomplissement d’un acte interdit, l’obligation est alors de délaisser cet acte sur le champ. Ainsi, s’il fait partie de ceux qui pratiquent l’usure, il doit alors mettre fin à cette pratique en la délaissant, en s’en éloignant et en se débarrassant de l’argent qu’il a gagné par le biais de cette pratique.
 Si le péché est la tromperie et le mensonge envers les gens ainsi que la malhonnêteté, il doit alors renoncer à ces actes et s’il a gagné de l’argent par ce biais illicite, il doit le rendre à qui de droit ou demander la permission à la personne de le garder. S’il s’agit de médisance, l’obligation est d’arrêter de médire les gens et de bafouer leur honneur. Car le fait de se « repentir » tout en continuant à délaisser une obligation ou à faire un acte illicite n’est pas un repentir accepté. Au contraire, ce genre de repentir relève du mépris vis-à-vis d’Allah, Exalté soit-Il. En effet, comment peut-on se repentir tout en restant dans le péché ?!
Concernant les péchés commis à l’ encontre d’un être humain tel que le fait de frapper une personne ou autres choses de ce genre, il faut se rendre auprès de cette personne et la laisser vous frapper comme vous l’avez frappée ; si vous l’avez frappée dans le dos, elle vous frappera dans le dos et si c’est sur la tête, alors ce sera sur la tête, œil pour œil, dent pour dent. Allah, Exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
·       « La sanction d'une mauvaise action est une mauvaise action [une peine] identique. […] » (Coran 42/40)
·       « […] Donc, quiconque transgresse contre vous, transgressez contre lui, à transgression égale. […] » (Coran 2/194)
S’il s’agit d’une parole, c’est-à-dire d’un tort infligé par la parole, tel que le fait d’insulter une personne devant les gens, de la réprimander ou d’être dur envers elle, vous devez alors aller auprès d’elle et vous faire pardonner ce péché en vous mettant d’accord, et même si elle vous dit qu’elle ne vous pardonnera que si vous lui donnez une certaine somme d’argent, vous devez alors la lui donner.
La quatrième condition : la détermination à ne pas recommencer ce péché dans le futur, car si vous avez l’intention de recommencer ce péché lorsque l’occasion se représentera à vous, alors votre repentir n’est pas accepté. Par exemple, un homme utilisait son argent pour désobéir à Allah, Exalté soit-Il, en achetant de l’alcool. Il se rendait dans des pays étrangers pour forniquer et consommer de l’alcool, qu’Allah, Exalté soit-Il, nous en préserve, et il fut touché par la pauvreté. Il dit alors : « Ô Allah ! Je me repens». Cependant, il mentait et avait l’intention de recommencer au cas où les choses redeviendraient comme avant. Ce repentir est donc celui d’une personne qui n’est pas en mesure de commettre le même péché. Qu’il se repente ou pas, il n’a pas les moyens de recommencer et c’est donc là un repentir qui n’est pas accepté.
La cinquième condition : le repentir doit survenir à un moment où il peut être accepté, car s’il intervient à un moment où il ne peut pas être accepté, il n’est alors d'aucune utilité.
Qu’Allah, Exalté soit-Il, nous bénisse par le Noble Coran et qu’Il nous fasse profiter des versets et du noble rappel qu’il contient.
A suivre …

Articles en relation