La femme

  1. La femme
  2. La vie conjugale

Regarder avec concupiscence les femmes

Regarder avec concupiscence les femmes
11632 1215

Regarder avec concupiscence les femmes


Il est dit dans le Saint Livre, le Coran : « Dis aux croyants qu’ils doivent baisser leurs regards  (au vu de tout ce qui est interdit) et de garder leurs chasteté. C’est plus pur pour eux. »  (S18/V30)
Regarder avec concupiscence et de façon éhontée les femmes qui passent sur son chemin, est un mal bien connu. La complicité et l’indulgence envers un tel état des choses qui vise à détruire tout sens de spiritualité chez l’être humain tendent à se généraliser et à banaliser cette tare de la société. C’est devenu une maladie qui frappe directement la foi et la confiance en la nature humaine.
On oublie même qu’il s’agit d’un péché punissable par la Loi de la Charia et contre lequel bien des Hadiths nous avertissent. Une telle mauvaise habitude a pour effet, entre autres, de nous éloigner de notre épouse. Satan veille à la déviation de l’homme au dépens de ses relations familiales et de l’affection légitime que lui porte son épouse.
C’est ainsi qu’un individu se présenta une fois devant le Prophète, , pour se plaindre qu’il n’éprouvait plus d’affection pour son épouse et qu’il demande conseil. Le Prophète, , lui a instruit que le mal venait de ce qu’il admirait trop la gente féminine et qu’il ne fallait pas convoiter de son regard les femmes des autres.
C’est ce qui explique la décadence morale dont la destruction du foyer conjugal n’est qu’une des multiples facettes. A partir de là, l’homme risque de sombrer dans toutes les bassesses qu’entraîne l’écroulement de la foi.

L’homme doit mesurer la gravité d’une pareille erreur et doit réagir à temps. Qu’il réalise que le salut de son âme passe avant ces regards furtifs source d’un plaisir illusoire et qui nous mène vers la perdition. Faute de volonté, l’homme finit par se convaincre que ce n’est pas un péché. Tant il est vrai que satan nous surprend toujours par nos points faibles.
Normalement ce ne doit pas être difficile de détourner son regard de l’illicite. Mais lorsque cela devient une habitude dont on ne peut se passer, c’est certainement un péché.
C’est ce qui a fait dire au Prophète : « L’œil commet ainsi l’adultère (Zina) »  C’est une forme d’adultère que l’on commet simplement en regardant. A ce sujet Djaber’ Ibn Abdallah s’enquiert auprès du Prophète de l’Islam qui le conseilla, en pareil cas, de détourner le regard du péché.
Dans un autre Hadith le Messager, ,  nous enseigne que le contrôle de ses instincts nous vaut le renforcement et la douceur de la foi (Imane). La Charia met l’emphase sur le contrôle de soi et la chasteté. Car convoiter du regard est une forme d’adultère et d’infidélité envers son épouse dont, pourtant, on réclame la fidélité et le dévouement total. Et le jour où cette personne se rendra compte que son mari n’a fait que la tromper, elle jugera sévèrement ce mari indigne.
Cette forme d’infidélité constitue, en vérité, une injustice vis-à-vis de sa conjointe. Il devrait plutôt se demander comment réagit-il s’il apprenait la même chose au sujet de sa femme.
Un homme d’honneur peut-il vraiment garder la tête haute après qu’il se soit ainsi mal comporté vis-à-vis des femmes qu’il regarde avec concupiscence et vis-à-vis de sa propre femme après que celle-ci ait pris connaissance des mauvaises habitudes de son mari ? C’est un péché suffisant pour que celui-ci se repente et craigne le Tout-Puissant Qui sait tout ce qui fait l’homme.
Si celui-ci veut se contrôler et vaincre sa faiblesse devant ces bas instincts, qu’il se rétracte et se reprenne, à chaque fois que la tentation devient persistante, en faisant appel et en pensant au Très-Haut.
Le Saint Coran nous avertit ainsi : « Ne vous approchez pas de (ce qui peut mener à) l’adultère (Zina) » Car le point de départ de tout adultère est le premier regard ! C’est le tout premier pas dans la mauvaise direction d’ou l’intransigeance des Lois de la Charia dans ce sens.
D’autre part, un péché entraînant un autre, de cette pratique devenue courante résulte le fait généralisé que quiconque convoite la femme des autres peut s’attendre à ce que les autres convoitent la sienne. Sans parler des effets néfastes qu’un tel libertinage peut avoir sur l’esprit et l’âme de l’homme. La science occidentale s’est quelques fois fait complice de l’homme dans sa recherche de l’impunité et le confort en dépit des fautes commises à l’encontre de la nature humaine.
En résumé , le Prophète de l’Islam, , nous a prescrit un remède, il a dit : « La personne qui (par pudeur) baisse son regard devant la beauté de la femme d’autrui, fait preuve d’un acte de piété qui lui est salutaire tout en lui assurant une récompense certaine dans l’Au-delà. »
Il s’agit de la récompense éternelle pour l’accomplissement d’un geste aussi simple que d’avoir baissé son regard !

Articles en relation