La femme

  1. La femme
  2. La vie conjugale

Le mariage est notre forteresse ne la laissons pas s’écrouler

Le mariage est notre forteresse ne la laissons pas s’écrouler
9440 1441

 Etabli  par Allah en vue d’assurer la survie du genre humain, de garantir le peuplement de la terre et la multiplication des êtres humains, le mariage a également pour objectif le bonheur des deux conjoints dont  chacun a besoin de l’autre pour vivre en bonne compagnie et en intimité au sein d’une famille bien soudée. D’ailleurs, dans le Coran, Allah, exalte soit-Il, décrit les deux conjoints comme étant « Mouhsanin » (fortifiés).

Autant dire que le mariage est une forteresse et un asile dans lequel se réfugie tout couple désireux de  se soustraire à la forte pression des instincts naturels et au désir ardent de céder à la tentation du haram (Zina) pour chercher la tranquillité, l’affection et la compassion. Malgré le fait qu’Allah a établi des règles capables de protéger cette « forteresse », de faire perpétuer l’existence de la famille, on en trouve toujours qui trompe son (ou sa) partenaire et qui, de ses propres mains, détruit sa propre forteresse, en se laissant entraîné(e) derrière une chimère ou un amour alternatif qu’il (elle) pourrait, s’il (elle) avait mis du sien, trouver dans son propre foyer. Quels sont donc les vrais  mobiles psychologiques et les conditions sociologiques qui conduisent l’un des partenaires à tromper l’autre?

Voici une enquête qui pourrait nous fournir des éléments de  réponse :

 

 Le médecin et l’infirmière :

A.S. : C’est à la suite d’une idylle de quatre ans que j’ai convolé en justes noces avec mon mari, un médecin de son état qui fait des analyses alors que moi-même je suis diplômée de littérature. Après une année de mariage, mon mari m’a informée qu’il aime une infirmière qui travaille avec lui et qu’il entend se marier avec elle. Je lui ai alors demandé de m’accorder le divorce. Mais mes parents m’ont convaincue de la nécessité de sauvegarder mon foyer dans l’intérêt de mon enfant. Entretemps j’ai appris qu’il a des précédents. Il semble qu'au moment de nos fiançailles, il avait déjà demandé la main d’une autre et qu’il était sur le point de la marier si une mésentente entre eux n’avait pas surgi pour l’en détourner. C’est pourquoi notre projet n’a pas, à l’époque, fait long feu.

  Invitée  aux fiançailles de son mari

D.B. : Quelques temps après notre mariage qui fut le résultat de l’amour qui étaient entre nous, nous avons acheté un ordinateur et nous avions commencé à « chatter » avec un groupe de jeunes hommes et de jeunes femmes. Mon mari m’a introduite auprès d’eux comme étant sa copine, juste pour distraction. Après une certaine période, j’ai remarqué que la situation de mon mari n’est plus la même. Il n’est plus cet amoureux entiché. Un jour je fus contactée par l’une des filles du groupe qui m’invita à me présenter à la cérémonie de ses fiançailles. Curieusement un vague sentiment me portait à croire que le fiancé en question n’est autre que mon mari. Je me suis donc rendue à la cérémonie où j’ai trouvé qu’il s’agissait bel et bien de lui, de mon mari. J’ai salué la mariée sans souffler mot. Ensuite je suis revenue à la maison avant d’être rejointe par mon mari qui s'est alors confondu en excuses pour me dire qu'il tourné la page et  ouvert une autre tout en me  priant de garder le secret. En tout cas je n’ai plus et je n’aurai plus confiance en lui.

 

 Je doute de lui

A.A. : J’ai l’impression d’être trompée par mon mari qui est pourtant un bon musulman qui fait la prière et observe le jeûne du Ramadan. C’est ainsi qu’une fois j’ai trouvé avec lui, à son retour d’un voyage, des objets particuliers que seul le couple possède. Quand je lui ai posé une question à leur sujet  il était imprécis et évasif.Tantôt il me répondait qu’il s’agissait de cadeaux que quelqu’un lui a donnés, tantôt il me disait que ce sont des choses qu’il envisage donner à l’un de ses camarades. Jusqu’à présent et après plusieurs années j'avoue être  toujours tracassée et je vis avec l’amertume d’une épouse trompée. Je sens que bientôt viendra le jour où je découvrirai sa tromperie et sa fourberie.

 

 Voyage du mari

S.O. : l’ami de mon père s’est rendu à l’étranger à la recherche du travail. Avant son départ il a demandé à mon père de prendre  grands soins de sa famille (sa femme et ses enfants). Une nuit, en me réveillant, j’ai surpris  mon père entrain de parler au téléphone avec une femme qui s’est, par la suite, révélée être la femme que son ami lui a demandée de surveiller. Il semble que cette femme, en l’absence de son mari, a trouvé en mon père ce qui lui manquait. A vrai dire je ne sais pas quoi faire vis-à-vis de mon père et de cette femme pour sauver les  deux familles de l’écroulement.

 

 Pourquoi me trompe-t-elle?

M.M. Mon épouse est une bonne femme religieuse qui n’a pratiquement besoin de rien car toutes ses demandes sont satisfaites. Ayant acheté un ordinateur, j’ai eu peur que  nos enfants consultent  des sites pornographiques. Alors j’ai acheté un programme qui permet non seulement de connaitre celui qui a utilisé l’ordinateur  mais surtout  ce qu’il en a fait. A ma grande surprise j’ai découvert que mon épouse "chattait" avec un homme auquel elle  dit qu’elle l’aime et qu’elle n’aime pas son mari (moi-même) qui, prétend-elle, ne tient aucun compte de ses sentiments. Ce fut une grande surprise et une amère déception  pour moi qui ai toujours accordé le plus grand intérêt  aux sentiments de mon épouse. Je ne sais toujours pas pourquoi elle me trompe.

 

 Prendre garde du frère du mari comme de la mort

H.A. : J’étais  jeune, je faisais la prière et me rendais à la mosquée. Mon frère aîné me recevait à bras ouvert dans sa maison. Seulement, à un moment donné, j’ai cédé à la tentation et je l’ai trompé avec sa femme et à plusieurs reprises. Malgré cela j'ai continué à aller à la mosquée et à assister aux séances d’enseignement qu’on y donne tout en ayant l’impression d’être un hypocrite car Allah sait bien ce que je cache et ce que je fais. Je ne sais plus comment me débarrasser de ce grave péché que je traîne avec moi.

 

 

En réponse à ces cas délicats qui menacent de faire écrouler la famille et, partant, la société, Dr Rachid Abd El Latif, le Recteur de la Faculté des Services sociaux à l’Université de Houlouane dit ceci : "l’infidélité est un phénomène négatif qu’on rencontre partout dans toutes les sociétés humaines même si elle varie d’une société à l’autre. En ce qui concerne la société arabe, il faut dire qu’elle a connu des transformations sociales négatives à la suite de la sédentarisation et de l’invasion culturelle occidentale qui , ensemble, ont favorisé l’infidélité, accentuée, il est vrai, par l’absence du mari, le déplacement d’une société vers une autre, l’exode rural, l’inégalité entre les deux époux, le manque d’une bonne éducation sociale à même de  cultiver chez les enfants la crainte d’Allah car quiconque ne craint pas Allah peut faire n’importe quoi".

 

 "Aussi", ajoute-t-il, "il y a certains facteurs qui influent sur les rapports au sein même  du couple telle la situation économique, la paupérisation, l’absence répétée du mari en quête du travail, son retour au domicile conjugal  fatigué et  abattu au point de ne pouvoir remplir ses obligations conjugales, d’avoir envie d’engager et de soutenir  une conversation cordiale avec son épouse ou de prêter suffisamment  attention à ce qu’elle dit. Tout cela constitue un facteur essentiel qui risque de conduire à l’infidélité conjugale".

  Les transformations sociales :

Les transformations sociales n’échappent plus à personne aujourd'hui. Et comment l'être alors qu'elles prennent la forme d’une mixité sans limite, d’habillements indécents et remarquablement osés de femmes et de filles, sans parler  de la possibilité de voir, à l’aide de moyens électroniques sophistiqués, ce qui se passent à l’intérieur des chambres à coucher. Tout cela a aiguisé l’instinct bestial et  provoqué le désintéressement des couples l’un vis-à-vis de l’autre ce qui, conjugué à l’absence de crainte d’Allah, a fait empirer la situation. Il y a aussi , dans nos sociétés orientales, des idées fallacieuses largement répandues  qui, elles aussi, rendent l’infidélité du mari plus facile et surtout mieux justifiée que celle de la femme dans la mesure où, quand celui ci trompe sa femme on le blâme seulement mais on ne l' accuse pas  de déshonorer sa famille alors que la femme, qui se trouve dans ce cas, est accusée de tous les maux étant  considérée responsable de l’honneur et de la réputation de la famille. C’est pourquoi certains maris infidèles ne se sentent même coupables.

 

 En conséquence, il appartient au mari de réhabiliter son épouse par le respect de celle-ci, par la reprise du dialogue avec elle et par la multiplication des rencontres familiales chaleureuses pour  renforcer les rapports entre les membres de la famille pour y  restaurer le bonheur, l’amour et la sécurité que chaque membre s’efforce de faire prévaloir autour de lui".

Pour R. Abdelatif "la vie dans les zones populaires où l’ouverture, le dialogue à travers les portes, les fenêtres et les blocs sont de mise, est considérée comme un facteur qui favorise énormément l’infidélité conjugale.

 

 La bonne parole est la soupape de la sécurité de l’épouse.

Quant à Dr Safa Ismail, professeur d’orientation psychologique à l’Université du Caire, elle pense que parmi les raisons essentielles de l’infidélité conjugale il y a le vide sentimental, le manque de satisfaction des besoins psychologiques et physiques de l’autre partie. Ainsi pour la femme, ce qui pousse l’homme à la tromper c’est surtout le manque de  soins de  son look et de sa beauté, l'absence de galanterie de sa part surtout au moment où les rues sont pleines de femmes qui n’hésitent pas à étaler leurs charmes. Dans les médias politiques, l’épouse est mise en compétition perdue d’avance avec les belles actrices surtout lorsque le mari ne prend aucun compte des considérations qui reposent sur la réalité et sur la vie  comme, par exemple, le fait que sa femme soit sa partenaire et la mère de ses enfants et que la beauté qu’il voit ailleurs n’est que trucage et maquillage. Il y a aussi le fait qu’elle ne le comble pas de tendresse et d’amour, sans parler de  certains problèmes dont l'existence n'arrange pas les choses telle la jalousie excessive de la femme, sa suspicion, l'acculement qu'elle provoque par les questions souvent dubitatives qu'elle pose. Autant donc de tracasseries qui sont autant de raisons pour  faire fuir le mari, lui faire détester le foyer conjugal et pour  l’encourager à chercher autre chose ailleurs. Ainsi deviendrait-il facile pour lui de céder à l’infidélité et de succomber à la tentation ou même à la recherche d’un second foyer.

 

  En ce qui concerne la femme, elle a toujours besoin d’entendre un mot tendre de la part de son amant et mari qui n’est pas toujours prêt à le faire. Au contraire, il se peut qu’elle soit l’objet de violence ou de négligence de sa part au moment où elle peut voir autour d’elle quelqu’un d’autre, disons le médecin de la famille, le collègue de travail, un avocat, un ami du mari ou même le  frère de celui-ci. La présence d'une telle personne peut se répéter au moment où cette femme est tracassée par  un vide sentimental que ne remplirai qu’un substitut avec lequel elle peut parler de ses espoirs et de ses déboires, de ses aspirations et de ses projets. Elle cherchera et  trouvera en lui une oreille alternative attentive  et un cœur compréhensif et sympathisant. Alors le cœur de l’épouse commencera à bouger, à s’occuper et à s’intéresser à cette nouvelle conquête. Si ce monsieur est sans scrupules, sans conscience religieuse lui voilà une belle occasion : exploiter la faiblesse de cette pauvre femme en lui faisant de beaux discours qui vont droit à son cœur blessé pour le consoler et la suite on la connaît : elle commettra avec lui le peché.

        

En conséquence, chacun des conjoints doit essayer de comprendre les besoins de l’autre tout en étant sincères, l’un vis-à-vis de l’autre. Les études ont montré que l’homme tient  davantage compte de ce qu’il voit alors que la femme est plutôt sensible à  ce qu’elle entend; pour l’homme le travail ou les études viennent avant l'épouse alors que  lui il vient en premier lieu dans les préoccupations de celle-ci, ce que l’homme doit comprendre pour ne pas se morfondre de l’intérêt excessif que sa femme lui porte mais plutôt pour qu'il  s’en réjouisse.

         Aussi il convient aux deux conjoints d’avoir des violons d’Ingres communs comme passe temps car cela contribuerait  à mieux cimenter leurs rapports et à les préserver des écarts de conduite. Mais comment la femme peut elle s’immuniser pour ne pas céder à la tentation de l’infidélité? Pour assurer une bonne prévention de ce genre de maux, la Charia prône, en premier lieu, l’organisation de rencontres privées et publiques. C’est ainsi que pour les rencontres privées individuelles, l’Islam interdit à l’homme de s’isoler avec une femme qui lui est étrangère c'est-à-dire qui n’est pas sa femme ou qui n’est sa mahram. Dans la jurisprudence, cette situation, appelée Khoulwa  "isolement ", est interdite à tout le monde dans le but  de prévenir le péché même chez celui qui s’estime en mesure de bien maîtriser ses instincts bestiaux. La raison en est que le Prophète, , l’a explicitement défendu en ces termes: « Aucun homme ne s’isole avec une femme sans que Satan ne soit leur troisième ». Dès qu’il y a isolement, les instincts et les désirs s’enflamment et s’excitent au point de devenir difficiles, sinon impossible à calmer.

 

 Interdiction de la cohabitation des familles

 L’Islam défend aux familles de cohabiter ensemble de crainte de donner à l’un de leurs membres l'opportunité  de s’isoler avec la femme de l'autre. D’ailleurs , vivre dans un même local est susceptible de faire disparaitre le protocole entre les femmes surtout en ce qui concerne les règles régissant les visites, avec tout  ce que cela suppose  d’embarras et de gênes pour  les membres de ces familles.

 Il convient de signaler, dans le même ordre d’idées, que la Charia n’admet pas l’idée de copinage intime entre un homme et une femme qui lui est étrangère. Dés lors  il convient de revoir et de rectifier notre langue courante afin d’appeler les choses par leurs noms. Ainsi on ne devra pas dire « ma sœur » à une femme qui n’est pas ma vraie sœur. Se conformer aux critères arrêtés par la Charia est aussi une bonne protection contre l’infidélité et les chemins qui y conduisent tels le regard (admiratif) et le sourire (comploteur).

 

 Baisser le regard :

Le Coran a maintes fois recommandé aux croyants de baisser leurs regards. Même s’il est du devoir du musulman comme de la musulmane de saluer les autres musulmans (des deux sexes), il leur est formellement interdit de saluer avec la main une personne non mahram (étrangère). Aussi si la rencontre est permise entre  hommes et  femmes, leur mixité ne l’est pas. Donc pas de rapprochement entre leurs corps, pas de discussions prolongées où les regards peuvent susciter l’amour ou le désir. Le grand poète arabe Ahmed Chowki n’a-t-il pas dit, lui qui n’est pas un fkih mais un homme averti de la réalité des hommes, que:« le regard déclenche le sourire, le sourire provoque le bonjour, le bonjour suscite la conversation, la conversation conduit au rendez-vous, le rendez-vous facilite la rencontre ».

 

 Ce genre de poésie  exprime la réalité et les conséquences des instincts bestiaux de façon à en écarter les hommes (et les femmes) de sens et à éloigner d'eux  toute idée favorable à la mixité. En ce qui me concerne je ne considère pas celui ou celle qui commet l’infidélité comme trompeur (euse) de son (sa) conjoint(e) mais comme violeur (euse)  de la Charia et trompeur (euse) d’Allah et de Son Prophète. Il (elle) devra donc s’en rendre compte pour  mesurer la gravité et la noirceur de son crime.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles en relation