Un moment de reflexion

Un moment de reflexion
  • Date de publication:27/02/2010
  • Catégories:Le Hidjab
  • Fréquence:
6019 1253

Louange à Allah; nous le louons, implorons son secours, demandons son pardon, nous repentons à lui et cherchons sa protection contre le mal de nos âmes et contre les méfaits de nos actes. Celui qu'Allah guide, nul ne peut l'égarer, et celui qu'Il égare n'a personne pour le guider. J'atteste qu'il n'y a point de divinité digne d'adoration en dehors d'Allah, Qui est Unique et sans associé; et j'atteste que Mohammed est Son serviteur et messager.

 
Ma sœur, ô toi la chaste, la pure, ô toi qui a grandi sous l’ombre de l'Islam et qui est devenue une fleur précieuse arrosée par l'eau de la Révélation, une fleur que nous avons tous le devoir de sauvegarder et protéger à tout moment.
 
Je m'adresse à ta conscience éveillée, à ta nature pure. Lis, s’il te plait, ces quelques ligne et médites longuement leur contenu en te libérant des contraintes de la passion et de l'esprit. Fais de ces moments une occasion de réflexion profonde en espérant que tu seras ensuite au degré le plus élevé du Paradis.
 
Ô ma sœur ! Par Allah, je souhaite de tout mon cœur que tu fasses partie des habitants du Paradis. Saches que la voie vers le Paradis est facile et aisée. Son prix est, certes, élevé, mais il est entre tes mains : il s’agit bien sûr de l'obéissance à Allah, Exalté soit-Il.
 
Sache, chère sœur, que l'Islam vise, en premier lieu, à établir une société chaste et pure, loin de toute convoitise. Une société dans laquelle les désirs ne sont pas excités à chaque instant. C'est pourquoi l'Islam a interdit l'exhibition des atours de la femme et a prescrit le port du voile pour toute musulmane qui croit en Allah, Exalté soit-Il, et au Jour Dernier.
 
En réalité, l'Islam n'a prescrit ces règles concernant l'habit et les parures de la femme que pour la protéger et la préserver des brimades et de la dépravation des pervers. Ainsi, la femme musulmane devient-elle une perle protégée et un trésor dissimulé, hors de portée des mains criminelles.
 
L'Islam a prescrit le port du voile, non pas parce que la femme est une chose impropre qui doit être cachée, mais parce qu’elle est un trésor qui doit être mis à l’abri des regards. Plus la valeur d’un objet augmente, plus on a besoin de le protéger et de le sauvegarder. Ainsi, plus la femme se voile, plus sa valeur et son prestige augmentent.
 
C'est pourquoi Allah, le Très Haut, dit à propos des houris (sens du verset) : «Des houris cloîtrées dans les tentes» (Coran 55/72)
 
En outre, le Prophète, Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam, a dit à propos des femmes du Paradis : « Le voile qu’elle porte est meilleur que le bas monde et ce qu'il renferme ». (At-Tirmidhi : Sahih)
 
 
Le Prophète, Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam, a donc évoqué le voile des houris.  Quel grand honneur que de porter le voile !
 
Ô sœur, j'ai une question à te poser : aimes-tu Allah, Exalté soit-Il, aimes-tu Son Messager, Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam ? Pourquoi donc désobéir à l'ordre d'Allah, le Très Haut, et craindre le Hidjaab et la chasteté?
 
Ta beauté est réservée dans ce bas monde à ton mari et tu la verras décuplée dans l'au-delà, dans un Paradis où se trouve ce qu'aucun œil n'a jamais vu, aucune oreille n'a jamais entendu et aucun esprit n'a jamais imaginé.
 
Ma sœur, ô toi, qui désire se repentir et revenir à la voie d'Allah, Exalté soit-Il, prends le temps de méditer ce verset (sens du verset) :
 
« Dis : 'Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d’Allah. Car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c’est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux.» (Coran 39/53)
 
Je te présente ce récit pour qu’il soit un moyen de te guider vers le repentir et le retour à la voie d'Allah, Exalté soit-Il :
 
Une sœur nommée Houda sortit de chez elle en n'ayant rien d’autre en tête que de guider tous ceux qui l'entouraient vers la voie droite. Tout à coup, elle aperçut une fille qui exhibait ses atours. Prise de compassion pour elle et de peur qu'elle n’entre en Enfer, elle s'approcha d'elle et lui dit avec compassion et affection : « J'aimerais que vous m'accompagniez au Paradis ».
-      « Mais où est le Paradis, demanda la fille avec étonnement ? »
-      « Dans l'une des maisons d'Allah, une mosquée ».
 
La fille se rendit avec elle à la mosquée. Là, elle trouva que tout le monde la regardait d'une manière étrange. Emplie de compassion envers elle, Houda se précipita avec elle hors de la mosquée, lui acheta un Hidjaab et lui dit : « Porte ce Hidjaab pour que personne ne te regarde et enlève-le, si tu veux, après le cours ». La fille porta le Hidjaab pour la première fois, enleva son maquillage et fit même ses ablutions pour la première fois. Elle accomplit la prière du Maghrib et écouta la leçon qui traitait de la description du Paradis et de l'Enfer. Ensuite, elle accomplit la prière de ‘Ichaa'. Quand il fut temps de se quitter, Hoda lui dit : « Tu peux enlever maintenant le Hidjaab, si tu veux ».
-      « Par Allah, j'ai goûté à la douceur de la foi. Je n'ôterai jamais mon Hidjaab et je n'abandonnerai jamais la prière. Je serai même prédicatrice et je me vouerai à la cause d'Allah, Exalté soit-Il ».
 
Peu après sa sortie de la mosquée, une voiture la renversa. Elle mourut et son noble sang qui s'était enthousiasmé pour la religion d'Allah, Exalté soit-Il, et avait désiré Sa rencontre, coula. Ainsi, Allah, le Très Haut, lui accorda une œuvre pie à la fin de sa vie et elle mourut ainsi en bonne musulmane bien qu'elle ait été dans le passé parmi celles qui sont mentionnées dans le Hadith prophétique suivant :
 
«Je n’ai pas encore vu deux catégories des gens du Feu : des hommes portant des fouets pareils aux queues de bovins avec lesquels ils frappent les gens ; des femmes dévêtues bien que vêtues, déviantes et déviées. Elles portent une coiffure haute comme la bosse recourbée de chameaux à longs cous. Elles n’entreront pas au Paradis et ne sentiront même pas son odeur bien que son odeur soit perceptible de telle et de telle distance.» (Mouslim)
 
Oui, ma sœur musulmane, la vie de chaque personne ne dure que quelques jours. Lorsque l’un de ces jours s'en va, une partie de la vie s'en va également. Nous sommes dans cette vie comme un passager se dirigeant vers Allah, Exalté soit-Il, et il faudra bien que ce passager arrive à sa destination finale un jour. Ce jour là sera celui de notre comparution devant Allah, Exalté soit-Il, Al-Haqq. Allah, Exalté soit-Il, nous demandera des comptes pour toute chose, même la plus banale, un jour qui transformera les enfants en vieillards aux cheveux blancs.
 
Ma sœur, n'es-tu pas musulmane ? Ne désires-tu pas le Paradis ?
 
Écoute donc le verset (sens du verset) :
 
«Ô vous qui croyez! Répondez à Allah et au Messager lorsqu’il vous appelle à ce qui vous donne la (vraie) vie, et sachez qu’Allah s’interpose entre l’homme et son cœur, et que c’est vers Lui que vous serez rassemblés.»  (Coran 8/24)
 
Cet appel vise la sauvegarde du cœur, la pratique de la religion, l'honneur, et de la pudeur de la personne. Celle qui répond à cet appel se joindra au cortège qu'Allah, Exalté soit-Il, a bénie par cette parole (sens du verset) :
 
« Ô Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux.» (Coran 33/59)
 
Quel grand honneur que celui dont on jouira en faisant partie de ce cortège bénie qui renferme, à sa tête, les épouses et les filles du Prophète, Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam !
 
Ma sœur, Allah, le Très Haut, a choisi pour toi cette compagnie pour entrer avec elle au Paradis. As-tu accepté le choix d’Ar-Rahiim (Le Très Miséricordieux), Ar-Rahmaan (Le Tout Miséricordieux) ? Allah, le Très Haut, dit (sens des versets) :
 
·        « Il n’appartient pas à un croyant ou à une croyante, une fois qu’Allah et Son messager ont décidé d’une chose d’avoir encore le choix dans leur façon d’agir.» (Coran 33/36)
 
·        « Non!... Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement [à ta sentence].» (Coran 4/65)
 
Ou bien refuses-tu l'ordre du Créateur, Exalté soit-Il ?
 
Cette question exige, de ta part, un moment de réflexion profonde. Par Allah, je ne pourrai jamais croire qu'il existe une femme musulmane qui refuse le Paradis, la miséricorde et l'agrément d’Allah, Exalté soit-Il, en suivant les pas du diable.
 
Ma sœur, par Allah, la Charia d'Allah te fournit la noblesse, la protection et la sauvegarde en tant  que fille, épouse, puis mère de cette nation musulmane. Tu es la première responsable de la formation des hommes et de l’éducation des générations.
 
Ô sœur chaste, Ô toi qui succède à Khadiidjah, `Aïcha, Asmaa' et Safiyyah, qu’Allah soit satisfait d’elles, ô fille de l'Islam, ne sais-tu pas que les ennemis de l'Islam ne combattent l'Islam que par ton intermédiaire ?
 
Acceptes-tu d’être un instrument de destruction de l’Islam au lieu d’être une brique bénie dans son l’édifice?
 
Ô vous qui vous préoccupiez auparavant de l'Islam et qui êtes à présent un lourd fardeau pour l'Islam, réveillez-vous et portez l'étendard de l'Islam bien haut. Laissez de côté l'insouciance et embellissez-vous de votre voile et de votre pudeur. Appréciez la valeur de l'Islam dans votre cœur et connaissez également votre valeur à l’ombre de l'Islam.
 
Ma sœur, l'un des ennemis de l'Islam a dit à ce propos : « L'alcool et les femmes sont plus capables d'anéantir la nation mohammadienne que les canons et les fusées ». Prends garde, ô sœur, d'être de ceux qui combattent Allah, Exalté soit-Il, et Son Messager.  Prends également garde d'être de ceux qui détruisent la pudeur et la religion de cette nation bénie.
 
Avant de te quitter je te pose une dernière question : « Ô ma sœur, ne désires-tu pas le Paradis ? »
 
Je t’invite au Paradis. Médite avec moi ce Hadith du Prophète, Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam, où il dit :
 
«Une époque viendra où il n'y aura de salut que dans la patience, et où celui qui s’accrochera fermement à sa Religion aura la rétribution de cinquante martyrs parmi vous » [At-Tabaraani (Al-Albaani : Sahih)]
 
Quelle grande récompense aura donc celle qui s'attache à sa religion, à sa pudeur et à son Hidjaab !
 
Sache, ô sœur, que le cœur ne trouve la tranquillité que dans la satisfaction d’Allah, Exalté soit-Il, et l'obéissance à Allah. C'est pourquoi, je t’offre ce verset (sens du verset) : « Fuyez donc vers Allah » (Coran 51/50)
 
Cherchons donc à satisfaire notre Seigneur et cherchons refuge auprès de Lui. Renouvelons pendant un moment notre foi, peut-être ce moment sera-t-il le dernier dans notre vie avant de rencontrer le Prophète, Salla Allahou 'Alaihi wa Sallam, auprès d’Al-Hawd, le Bassin, de vivre avec lui au Paradis d'Ar-Rahmaan, le Très Miséricordieux, et de regarder le visage d'Ar-Rahiim,  le Tout Miséricordieux.

Articles en relation

Les plus visités

Le Hidjab

Les conditions du Hidjab parfait

Selon le Coran et la Sounna, il y a six conditions pour que le Hidjab soit acceptable : - La superficie du corps qui doit être couverte: elle est différente chez l'homme et la femme....Plus