S’interdire une chose licite ne rend pas cette chose illicite
Fatwa No: 189187

Question

Une femme a dit : « Il m’est interdit de me rendre à tel endroit » Quel est le jugement si par la suite elle s’y rend ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

 

Si l’intention de cette femme était de rendre illicite ce qu’Allah, exalté soit-Il, a rendu licite ou de jurer par une chose illicite, cela est interdit. En effet, Allah, exalté soit-Il, est Le seul à décider de la licéité ou de l'illéicité des choses.

Quant au serment par autre qu’Allah, exalté soit-Il, il est également interdit. Cette femme doit donc se repentir et demander pardon à Allah, exalté soit-Il. Ce qu'elle a dit ne rend pas illicite ce que Allah, exalté soit-Il, a rendu licite. Elle doit donc se repentir et demander le pardon d'Allah, exalté soit-Il et rien d'autre.

Les savants affirment que le fait de s’interdire une chose licite ne rend pas cette chose illicite. Aucune expiation n'incombe à cette femme. Ibn Abî Zayd al-Mâlikî, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit dans son commentaire du livre al-Risâla : « Celui qui s’interdit une chose qu’Allah a rendue licite comme une nourriture, une boisson, un vêtement ou autre, ne doit rien faire si ce n’est demander le pardon d'Allah, exalté soit-Il, et ce qu’il s’est interdit ne lui est pas illicite, car Allah, exalté soit-Il, est Le seul à rendre les choses licites ou illicites. »

 

Certains savants sont d'avis qu’une expiation est nécessaire comme pour un serment transgressé et nous avons déjà mentionné la prédominance de cet avis. Donc, cette femme doit faire une expiation en nourrissant ou en habillant dix nécessiteux ou encore en affranchissant un esclave. Si elle n'en a pas les moyens, elle doit jeûner trois jours.

Par contre, si son intention était de jurer par une chose illicite, il s’agit d’un serment par autre qu’Allah, exalté soit-Il, et nous avons dit que ce serment était interdit. Elle doit donc se repentir et demander le pardon d'Allah, exalté soit-Il, mais elle n’a pas d’expiation à faire, car un serment n’est transgressé que lorsqu’on jure par un Nom ou un Attribut d’Allah, exalté soit-Il.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation