Problèmes conjugaux et trahison de la belle-soeur
Fatwa No: 200221

Question

As-Salam alaykoum, Je suis mariée depuis 15 ans et mère de 4 enfants. Mon mari fait la prière et cela s'arrête la. Il ne fait aucun effort pour la religion malgré mon insistance, non seulement il n'apprend rien aux enfants mais pire encore, lorsque j'en parle aux enfants il dit devant eux : « Oh ! Laisse nous tranquille ! » Maintenant mes enfants me répondent la même chose lorsque je parle de religion, j'en souffre énormément et je leur en parle uniquement lorsqu'il est absent pour ne pas l'ennuyer. Bref, mon mari peut-être gentil comme il peut être très dur, c'est un homme dur et au cœur noir, même ses parents nous l'on affirmé. Devant sa colère il ne connait personne même pas Allah Le Tout Puissant ! Il devient alors injuste et dit des mots blessants, il parle d'une façon très désagréable avec les enfants, des mots durs à encaisser même pour un adulte, bref. J'ai ouvert une organisation de bienfaisance en faveur des nécessiteux à travers le monde, mon mari était d'accord, sa sœur s'en occupait, c'est elle qui distribuait les dons, jusqu'au jour où je me suis aperçue qu'elle gardait une grande partie des dons pour elle, j'ai demandé à mon mari de faire une enquête, mais il a préféré faire la sourde oreille et ne cessait de me dire que sa sœur était la meilleure de toutes les femmes. J’ai commencé à la détester et lui il faisait exprès de ne faire que des éloges sur elle, j'ai alors décidé d'agir en enquêtant sur sa vie, car elle avait changé de situation financière, et la je suis tombé de haut, elle s'était approprié les biens des orphelins, j'en ai pleuré et j'ai prié Allah le Tout Puissant ! Lorsque j'en ai parlé à mon mari, il ne m'a rien répondu sauf que j'aurais du lui en parler avant pour que lui fasse une enquête (il aurait certainement étouffé l’affaire à sa façon) mais je l'avais fait et il me rabaissait exprès et valorisait sa sœur lorsque je lui en parlais, bref, j'ai viré sa sœur de l'organisation, je ne lui ai fait aucun reproche, je ne lui ai rien dit, j’ai juste arrêté les virements, et depuis, mon mari me déteste, il ne me supporte plus, il ne me regarde même plus, il me hait et son cœur s'est endurcit ! Il ne me dis rien, sauf que je lui ai fait des problèmes avec sa sœur ! Je vis une injustice total, moi qui ai donné plus de 5 ans de ma vie pour venir en aide au plus démunis, je me retrouve avec un mari qui me hait, alors que c'est sa sœur qui s'est accaparée les biens des orphelins, elle lui a tellement monté la tête contre moi ! Cela fait plus d’un mois et demi que l'on ne se parle plus, je ne supporte plus cette situation, je ne l'ai jamais aimé, et là je le déteste au plus haut point, il m'a fait beaucoup de mal depuis notre mariage, mais la s'en est trop ! J'aimerais divorcé mais je n'ai pas les moyens d'élever seule mes enfants. Je porte le voile et il me sera très difficile de trouver un travail, ma question est la suivante : quel est ma responsabilité face aux agissement de sa sœur ? Je pensais qu'elle était une personne de confiance comme mon mari me la décrivait et maintenant j'ai peur qu’Allah le Tout Puissant me punisse pour ce qu'elle a fait car je suis responsable des dons des gens ! Face à tout cela, je suis perdue, j'ai l'impression que c'est moi qui est fait du tord aux nécessiteux, on me punit moi pour un crime que sa sœur à commis ! Je vis cette injustice qui me ronge, mais je patiente et je ne cesse de demander à Allah le Tout Puissant de me venir en aide à travers un autre mari pieux qui connaitra la vraie valeur d'aider des pauvres et d'éduquer des enfants dans la religion, car Allah le Tout Puissant c'est toute ma vie, et je fais tout pour éduquer mes petits dans l'amour d'Allah le Tout Puissant ! Durant cette grande injustice, le Prophète Mohammed, Salla Allahou Alaihi wa Sallam, m’est apparu en rêve, j’étais dans un coin d’un appartement effrayé et il est venu me rassurer, il a pris mes deux filles avec lui et s’est apprêté à sortir avec ! Après ce rêve je me suis apaisée ! Excusez moi si mon texte est très long, mais j'ai vidé mon cœur pour la première fois par écris. Qu'Allah le Tout Puissant vous accorde le Paradis, amin ! Salam alykoum.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bébnédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.

Qu’Allah, exalté soit-Il, vous récompense pour vos efforts louables et nous L’implorons d’accepter vos œuvres pieuses. Il est certes Généreux et Il répond toujours aux appels. Nous résumerons notre réponse dans les points suivants :

 
1. Concernant l’éducation de vos enfants, vous devez vous efforcer de les conseiller autant que vous le pouvez, et cela, avec sagesse, douceur et bonne exhortation. La négligence de leur père ne vous décharge pas de votre responsabilité. Vous êtes responsable de l’éducation de vos enfants au même titre que lui. Le Prophète () a dit : « La femme est comme une bergère dans la demeure de son mari, et elle est responsable de son foyer. » (Boukhari et Mouslim).


2. Concernant l’argent détourné par cette femme, il s’agissait à la base d’un dépôt placé sous votre responsabilité et était assujetti aux règles concernant les dépôts. Vous n’en êtes plus responsable à partir du moment où vous avez mandaté cette femme pour distribuer cet argent que vous lui avez confié en pensant qu’elle était une personne de confiance, car rien ne laisse préssentir une quelconque responsabilité de votre part comme dans le cas d’une négligence ou d’une violation. Nous espérons qu’aucun péché ne vous sera imputé et qu'aucun châtiment ne vous touchera à ce sujet dans l’au-delà.
Cependant, en raison de votre responsabilité au sein de cette organisation, vous devez réclamer cet argent. Il ne vous est pas permis de ne rien faire par gêne à l'idée de demander des comptes à votre belle-sœur.

3. Quant à votre relation avec votre mari, la meilleure chose à faire est de choisir ce qu’il y a de plus bénéfique et de prendre en compte tous les aspects. En effet, préserver l’entité familiale est en général préférable que de la voir se désintégrer. Malgré cela, la Charia n’approuve pas les préjudices quels qu’ils soient et elle autorise la femme à demander le divorce en cas de torts clairement subis, comme le fait d'être insultée ou abandonnée par son mari sans raison légale.


4. La récompense de l'aumône destinée aux pauvres va aux personnes qui l'ont donnée même si l'aumône n'atteint pas ses objectifs. Les oulémas affirment en effet que si celui qui donne l’aumône est sincère, son aumône est acceptée même si elle n’arrive pas à l'ayant-droit.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation