Est-ce qu'on peut demander à la personne à qui l'on donne notre zakât de faire des invocations pour nous.
Fatwa No: 220237

Question

Assalamou alaikoum,
est-ce qu'on peut demander à la personne à qui l'on donne notre zakât de faire des invocations pour nous.
est-ce que cela l'annule ou pas ?
baraka allahou fikoum

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédictio d'Allah soient sur Son Prophète et Messager Mohammed ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

L’invocation de la personne qui reçoit la zakât pour celle qui la donne a été recommandée par certains oulémas comme Ibn Qudâma, qu'Allah lui fasse miséricorde. Il a dit : « Il est recommandé à celui qui reçoit la zakât d’invoquer Allah, exalté soit-Il, en faveur de celui qui la donne en lui disant : "Âdjârak Allahu fîmâ `A’tayta, wa bâraka laka fîmâ anfaqta, wa dja’alahu laka tahûran" (Qu’Allah te récompense pour ce que tu as donné, qu’Il bénisse ta dépense et qu’Il te purifie par celle-ci.) » (Al-Mughnî)
Si la personne qui reçoit la zakât ne suit pas cette recommandation, nous ne connaissons rien qui empêche celui qui la donne de le lui rappeler et de lui demander d’invoquer Allah, exalté soit-Il, en sa faveur et cela n’a aucun effet sur la validité de la zakât. Cette demande d’invocation doit se faire avec l’intention d’encourager la personne à faire ce qui est recommandé. Ainsi, celui qui reçoit et celui qui donne la zakât tireront, tous les deux, profit de cette invocation. Nous avons dit dans une précédente fatwa qu’il était permis pour une personne de demander à une autrui d’invoquer Allah, exalté soit-Il, en sa faveur mais à condition de respecter ce qui suit :

Premièrement, la personne ne doit pas en faire une habitude et ne doit pas négliger le fait d’invoquer elle-même Allah, exalté soit-Il.

Deuxièmement, il ne faut pas que la personne à qui l’on demande d’invoquer Allah, exalté soit-Il, ne devienne arrogante et admirative d’elle-même.

Troisièmement, l’intention doit être que les deux parties tirent bénéfice de cette invocation, car les anges disent « Âmîn » à celui qui invoque Allah, exalté soit-Il, en secret en faveur de son frère.

Le Prophète () a dit :

« L’invocation que fait le musulman en faveur d'un autre musulman sans qu'il ne le sache (ou en secret) est exaucée. Près de sa tête se tient un Ange spécialement mandaté pour lui répondre à chaque fois qu’il invoque Allah en faveur de son frère : "Âmîn ! Que la même chose te soit accordée." » (Mouslim)

Lorsqu’un musulman demande à son frère musulman d’invoquer Allah, exalté soit-Il, en sa faveur, il doit donc le faire avec l’intention que l'invocation soit également bénéfique à la personne qui invoque car cette personne sera récompensée pour avoir invoqué Allah, exalté soit-Il, en faveur de ses frères. Par contre le fait de demander aux autres d’invoquer Allah, exalté soit-Il, en sa faveur avec l’intention d’être l’unique bénéficiaire de cette invocation, quoique permis, n’est pas ce qu’il y a de mieux. Cheik al-Islâm ibn Taymiyya, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit :

« Celui qui dit à un autre : "Invoque Allah en ma – ou en notre – faveur.", avec l’intention de faire une bonne action et de faire bénéficier celui qui invoque de cette invocation – celui qui fait cela - suit la pratique et l’exemple du Prophète () et ce genre de demande est recommandée.
Par contre, si son intention est uniquement de satisfaire son désir sans en faire profiter l’autre alors, il ne suit pas la pratique et l’exemple du Messager (). Au contraire, il est préférable de ne pas faire de telles demandes afin de placer sa confiance en Allah, exalté soit-Il, et Son Messager plutôt que de la placer en une créature.» (Madjmû’ al-Fatâwâ)

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation