Une femme fait vivre l'enfer à son mari
Fatwa No: 226279

Question

Salam ‘alikom,
Je suis marié depuis quatre ans maintenant et j'ai un enfant de deux ans et demi. Mon problème est l'insubordination de ma femme qui prend l'air sévère, crie, peut être violente avec moi ou mes affaires, m’insulte ainsi que ma famille, n'obéit pas beaucoup, parle de divorce au moindre désaccord et m’accuse à tort et à travers de regarder les filles dans la rue (95 % des disputes son à cause de cela). De plus, elle ferme la porte et laisse les clefs dessus pour ne pas me laisser rentrer si je sors lorsqu'elle est en colère. Elle dit que c'est sa maison et ses affaires (elle est étrangère, a obtenu un visa grâce à notre mariage et n'a jamais travaillé). Elle me menace de me mettre à la porte et même en prison. Elle m'a déjà dit trois fois qu'elle s’est mariée avec moi uniquement pour les papiers (elle est revenue deux fois sur sa parole et c'était lors de trois disputes différentes, dont la dernière, aujourd'hui). Elle me rabaisse en m'accusant de faits complètements stupides. Je pense à notre enfant et à mes parents qui ne sont pas musulmans et qui verraient une sorte de victoire face à l'Islam si je divorce, puisque j'ai choisi ma femme selon son appartenance « apparente » à l'Islam et qui est par-dessus tout née et a été éduquée dans un pays musulman. Elle m'a déjà causé des problèmes en portant plainte contre moi par deux fois en disant que je la battais. J'ai échappé à de la prison ferme la deuxième fois. Certes, la première fois, j'ai failli et je l’ai brutalisée, mais la deuxième fois était un pur mensonge. C’est même elle qui a levé la main sur moi. Je n'ai pas eu le droit de rentrer chez moi pendant plus d'un mois. De plus, maintenant, plutôt que de regretter son geste, elle me dit qu’elle a été bête de me faire miséricorde en me laissant revenir chez « elle ». Pendant ce temps, j'ai logé chez mes parents qui sont donc plus ou moins au courant de son mauvais comportement, bien que j'essaie toujours de donner une bonne image d'elle. Je me pose parfois la question : dois-je patienter ou divorcer ? Parfois, face à son comportement, le mot divorce me brûle les lèvres. Elle dit du mal de moi à son entourage et sa famille. Il y a tellement de choses à dire... Je trouve la situation difficile, car elle n'a pas que des défauts non plus. Elle prie, jeûne et fait les tâches ménagères, mais peut s'énerver fortement si je refuse de l'aider. Ce qui me dérange le plus, c’est sa jalousie. Si je sors avec elle, elle m'accuse de regarder les filles la bouche ouverte et quand je sors tout seul, elle me questionne déraisonnablement : tu as regardé combien de filles ? Puis, tu as vu combien de filles ? Suite à cela, elle pourra s'inventer une histoire et devenir complètement incontrôlable et insupportable. Je sais qu'il y a – incha Allah – une grande récompense à patienter, mais j'avoue que parfois c'est dur. Je sais la démarche « classique » à suivre : le bon conseil ; s'éloigner d'elle dans le lit, bien que cela elle le fait d’elle-même et elle sort de la maison sans mon accord après une dispute. Le problème que j'ai aussi est que, parfois, je transgresse les règles à cause de son comportement. (Je réponds aux insultes, je l’ai déjà frappée, bien que je déteste cela et le regrette, mais c'est par perte de patience et aussi le mensonge ou fausse promesse). Je souhaiterais le meilleur, c’est-à-dire vivre en paix avec elle, mais j'ai besoin de conseil, sinon le divorce est peut-être la solution. Allaho a'lam.
Baraka Allaho fik pour tous vos efforts. Qu'Allah vous en récompense ici-bas et dans l'au-delà.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur Son Prophète et Messager Mohammed ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Si ce que vous dites à propos de votre femme est vrai alors, votre femme est désobéissante et commet un grand péché. L’homme a le droit de corriger sa femme lorsque cette dernière est désobéissante. Vous avez certes indiqué le remède à cette désobéissance dans votre question. Ce remède se déroule en plusieurs étapes qu'il ne faut pas brûler. Il faut savoir que lorsqu’on parle de corriger sa femme en la frappant, cela ne signifie pas la frapper violemment. Ibn ‘Abbâs, qu'Allah soit satisfait de lui, a dit : « Cela signifie la frapper avec un siwâk (petit morceau de bois utilisé par les musulmans pour se brosser les dents) ou quelque chose de semblable » Quant aux coups douloureux et à la vengeance, ils constituent une injustice et une agression illicite que tout homme doté de raison ne commet pas aussi désobéissante soit sa femme. Si ces étapes ne fonctionnent pas, vous devez alors vous tourner vers les gens sages afin qu’ils jugent entre vous et votre épouse. Enfin, si la réconciliation est impossible alors, le divorce doit être prononcé, car si vous ne pouvez pas vivre avec votre femme dans la bienséance, l’alternative est alors de vous séparer d’elle avec gentillesse. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :

« Le divorce est permis pour seulement deux fois. Alors, c'est soit la reprise conformément à la bienséance, ou la libération avec gentillesse. » (Coran 2/229)

Si la vie commune devient impossible et que la situation entre les deux époux va à l’encontre des finalités du mariage alors, il est prescrit de divorcer. Ibn Qudâma, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Il se peut que la situation se dégrade au point que le mariage devienne un mal n’étant plus pour le mari qu’une obligation de subvenir aux besoins de sa femme et de lui fournir un logement tout en la gardant prisonnière, en la maltraitant et en se disputant constamment et inutilement avec elle. Dans ce cas, il est prescrit de mettre fin au mariage afin d'arrêter le mal qui en découle. » (Al-Mughnî). Toutefois, si vous pensez qu’il est préférable de faire preuve de patience dans l’intérêt de votre enfant et par peur qu’il ne s’égare en cas de divorce, cela est votre droit, mais vous devez alors essayer de réformer votre femme et prendre les dispositions nécessaires pour y arriver. N’oubliez pas non plus d’invoquer Allah, exalté soit-Il, car l’invocation est l’arme du croyant grâce à laquelle il obtient ce qu’il recherche. Allah, exalté soit-Il, ordonna certes qu’on L’invoque et promît de répondre aux invocations. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :

« Et votre Seigneur dit : "Invoquez-Moi, Je vous répondrai. Ceux qui, par orgueil, se refusent à M'adorer entreront bientôt dans l'Enfer, humiliés." » (Coran 40/60)

En principe tout musulman est présumé innocent et ne peut être accusé de quelque chose qui salit son honneur sans preuve. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :

« Ô vous qui avez cru ! Évitez de trop conjecturer [sur autrui] car une partie des conjectures est péché. […] » (Coran 49/12)

Nous mentionnons ceci car vous dites que votre femme vous accuse de regarder les femmes. Toutefois, vous devez vous efforcer d’éviter les situations pouvant semer le doute, car cela est plus pur pour vous et pour votre honneur.

Quant à vos parents, ce que vous pouvez faire de mieux pour eux est de les inviter à embrasser l’Islam et si votre femme ne vous aide pas à réaliser ce but par le bon comportement, ne faites pas de même et essayez de bien vous comporter envers eux et de les inviter à l’Islam. Expliquez-leur qu’il faut faire la différence entre les principes mêmes de l’Islam et les actes et comportements déplacés que peuvent commettre ou avoir certains musulmans.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation