Comment agir avec ceux qui commettent la sorcellerie ?
Fatwa No: 90225

Question

Dès lors que nous savons que les sorciers sont des mécréants et des polythéistes et que nous avons la certitude qu'une personne en particulier en est un mais que les autorités ne font rien contre celle-ci, nous est-il permis de la tuer si nous en sommes capables sans que l'on subisse une punition ou qu'on ait à répondre de cela ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Les Textes du Coran et de la sunna ainsi que les paroles des Compagnons indiquent tous que la sorcellerie est un acte de mécréance et que le châtiment corporel (Hadd) du sorcier consiste à le tuer. Allah, exalté soit-Il dit (sens du verset) :
« […] Alors que Sulayman n'a jamais été mécréant mais bien les diables : ils enseignent aux gens la sorcellerie… » (Coran 2/102)

Le Prophète () a dit : « Evitez les sept péchés capitaux : le polythéisme, la sorcellerie… » Al-Nasâ'î rapporte avec une chaîne de transmission faible: « Et quiconque pratique la sorcellerie a commis un acte de polythéisme. »

Cependant, est-ce que la prescription relative à la sorcellerie disant que celle-ci est un acte de mécréance englobe toutes les formes de magies et le fait que le sorcier est mécréant de manière absolue? Les oulémas divergent sur cette question. La majorité des oulémas est d'avis que celui qui apprend la sorcellerie et a recours à celle-ci devient par cet acte mécréant. Tel est l'avis de Mâlik, d'Abû Hânifa, d'Ahmad et d'autres. En revanche, al-Châfi'î est d'avis que la réponse à cette question doit être détaillée et que si la sorcellerie requiert l'accomplissement d'un acte de mécréance alors celle-ci est un acte de mécréance comme la sorcellerie pratiquée par les habitants de Bâbil (Babylone). C'est à cette magie que les versets coraniques font référence lorsqu'ils la qualifient d’acte de mécréance comme dans la Parole d'Allah, exalté soit-Il (sens du verset) :
« […] mais ceux-ci n'enseignaient rien à personne, qu'ils n'aient dit d'abord : “Nous ne sommes rien qu'une tentation : ne sois pas mécréant…” » (Coran : 2/102)

En revanche, si la sorcellerie ne requiert pas l'accomplissement d'un acte de mécréance, alors celle-ci n'est pas un acte de mécréance excepté si on croit qu’elle est licite.

L'érudit al-Chanqîtî a dit dans Adwâ' al-Bayân : « L'avis authentique à ce sujet après vérification minutieuse est l'avis qui traite cette question en détail et c'est l'avis qu'al-Nawawî considère comme prépondérant. »

Par ailleurs, les oulémas divergent quant au fait de savoir si le sorcier doit être tué uniquement pour avoir pratiqué la sorcellerie ou s'il doit être tué uniquement s'il découle de sa sorcellerie ce qui exige qu'il soit tué? Mâlik et Ahmad sont d'avis qu'il doit être tué uniquement pour avoir pratiqué la magie alors que al-Châfi'î et Abû Hanîfa, qu'Allah leur fasse miséricorde, sont d'avis que cela n'est pas une raison pour le tuer. De plus, Mâlik, Ahmad et al-Châfi'î sont d'avis qu'un sorcier juif ou chrétien ne doit pas être tué car le Prophète () n'a pas tué Labîd ibn al-A'sam lorsque celui-ci l’a ensorcelé.

Si cela est clair pour vous, vous savez à présent qu'il n'est pas juste que des individus se chargent de tuer un sorcier à la place du dirigeant car il y a des formes de sorcellerie qui sont de la mécréance et qui exigent la peine de mort et d'autres qui ne le sont pas et qui n'exigent pas la peine capitale. De plus, il y a des oulémas qui disent qu'un sorcier ne doit pas être tué uniquement pour avoir pratiqué la magie.

 D’autre part, s'il est prouvé qu'un sorcier a mécru à cause de sa sorcellerie et que le châtiment corporel doit lui être appliqué, alors il faut savoir que les châtiments corporels ne doivent pas être infligés par les individus car si cela leur était confié, le désordre se répandrait et chacun prétendrait avoir infligé (à juste titre) la peine à la personne tuée. Ibn 'Umar a dit : « La collecte de la zakât, l'application des peines corporelles, la répartition du butin (gagné sans combattre) et l'accomplissement de la prière du vendredi relèvent de la compétence du dirigeant. »

L'interdiction pour les gens d'infliger les peines est encore plus avérée si ces derniers résident dans un pays non musulman en raison du fait que les mécréants s’en prendront aux musulmans dès lors qu'ils sauront qu'ils tuent les gens à titre de châtiment corporel. Par conséquent, il n'est permis à personne de tuer un sorcier à titre de châtiment corporel à l'exception du dirigeant.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation