Comment se comporter à l'égard d'un proche qui ne prie pas et est sexuellement désaxé ?
Fatwa No: 248284

Question

Salam alaykoum,
salemou3aleikoum
Je suis une sœur d’Algérie née en France je suis mariée et grand-mère, je vis avec mon époux chez mon père veuf âgé de 90 ans qui occupe un étage avec mon frère âgé de 48 ans célibataire et moi et mon époux occupons un étage. Mon frère n’a jamais prié et mon père le sait mais il ignore que mon frère ne jeûne pas et qu’il est pervers, il est pédophile aussi ma question est :
Dois-je informer mon père de ce qu’il ignore au sujet de mon frère car cela pèse sur ma conscience ?
wa jazakoum ALLAH kheiran.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

La prière possède un statut très important. En effet, elle est le deuxième pilier de l'Islam et le lien entre le serviteur et son Seigneur. Si votre frère ne prie pas, cela signifie qu'il a coupé ce lien avec Allah et il n'est donc pas étonnant de voir celui qui a coupé son lien avec son Seigneur négliger le jeûne et commettre ce genre de perversité immonde.

Certes nous sommes à Allah, et c'est à Lui que nous retournerons. Votre frère est en grand danger et vous n'êtes pas obligée d'en informer votre père. Votre devoir est de l’exhorter avec sagesse à cesser tous les mauvais actes qu'il commet, et cela, par compassion envers lui. Vous devez aussi lui rappeler Allah et Son châtiment ainsi que le fait qu'il Le rencontrera et qu’Il lui demandera des comptes sur chaque chose, petite ou grande. Peut-être sera-t-il amené à réfléchir et à craindre Allah. S'il accepte votre conseil, tant mieux, et sinon, vous pouvez le menacer de tout révéler à votre père à son sujet dans l'espoir que cela l'arrête. Si cela ne suffit pas, vous devez alors rompre tout contact avec lui si vous pensez que cela peut être bénéfique, mais si vous pensez que cela ne fera qu'accroître son entêtement, alors ne rompez pas le contact avec lui. En effet, rompre ou pas le contact avec une personne dépend de l'intérêt qu’il y a à le faire.

Cheikh al-Islâm ibn Taymiyya, qu'Allah lui fasse miséricorde, a dit : « Le but de la rupture du contact avec une personne est de réprimander cette dernière dans l'espoir qu'elle se réforme et en faire un exemple pour que la masse ne le suive pas. S'il existe un intérêt plus important à rompre le contact avec une personne, car cela diminue le mal de cette personne et l'amoindrit, il est alors prescrit de le faire. Par contre, si la personne avec qui l'on rompt le contact ou une autre ne tire pas bénéfice de cette rupture, ne fait qu'être plus mauvaise encore et si la personne qui coupe les liens est faible, si bien que cela à plus d'effets néfastes que positifs, il n'est alors pas prescrit de rompre le contact avec elle. En effet, garder un étroit contact avec une personne plutôt que de rompre avec elle, lui est parfois plus bénéfique, ou inversement selon la personne. C'est pourquoi le Prophète () se rapprochait de certaines personnes et en ignorait d'autres. » (Madjmû' al-Fatâwâ)

Il faut continuer à le conseiller tout en implorant Allah de le guider vers le droit chemin et le repentir. Il est très important que votre père invoque Allah en sa faveur, car les invocations d’un père en faveur de son enfant sont exaucées. Abû Hurayra, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit :

« Trois invocations sont exaucées sans aucun doute : l'invocation des parents en faveur de leurs enfants, l'invocation du voyageur et l'invocation de celui qui est victime d'une injustice. » (Ibn Mâdja)

Il faut lui conseiller de se marier et lui expliquer la vertu et l'intérêt du mariage dans ce monde et dans l'au-delà en espérant qu'il se mariera et que cela sera la cause de son retour dans le droit chemin, de son repentir et de sa chasteté. Nous implorons Allah, exalté soit-Il, de le guider dans le droit chemin.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation