La lecture de sourate Al-Waqi'a protège-t-elle vraiment de la pauvreté ?
Fatwa No: 254152

Question

Salam alaykom, Qu'Allah exalté soit-il vous récompense pour vos bonnes œuvres et efface les mauvaises. Ce hadith est-il authentique ? : Abu Dhayba : Ibn Mas'ud tomba malade. Donc, Uthman ibn 'affân lui rendit visite et dit : « De quoi te plains-tu ? – “De mes pêchés”, répondit Ibn Mas'ud. – “Que désires-tu ?” demanda Uthman. – “La miséricorde de mon Maître”, répondit-il. – “Est-ce que je t'appelle un médecin ?” suggéra Uthmân – “Le médecin m'a fait tomber malade” répliqua Ibn Mas'ud. – “Est-ce que j'ordonne pour toi un don ?” proposa Uthman. – “Je n'en ai pas besoin”, dit Ibn Mas'ud. – “Il sera pour tes filles après toi”, insista Uthman. – “As-tu peur de la pauvreté pour mes filles ?” demanda Ibn Mas'ud. “J'ai recommandé à mes filles de réciter chaque nuit la sourate Al-Waqi'a (s. 56), car j'ai entendu l'envoyer dire : ‘Celui qui récite chaque nuit la sourate Al-Waqi'a, ne sera jamais atteint par le dénuement.’” » (Mentionné par Ibn Kathir dans son Tafsir au début de la sourate en question). S'il est authentique, comment concilier ce hadith avec d'autres comme celui-ci : L'épouse du Prophète a dit : « Ô Allah, fais-moi jouir de l’existence de mon époux, du messager d'Allah, de mon père Abu Sofyan et de mon frère Mu'awiya. » Le Prophète lui dit alors : « Tu as demandé à Allah des choses concernant des termes fixés, des jours comptés et des subsistances imparties dont rien n'arrivera avant son terme, ni ne sera reporté au-delà de son terme... » Sauf si je me trompe, d'un côté lire la sourate Al-Waqi'a protégerait de la pauvreté et de l'autre, la subsistance est un terme fixé et ne saurait changer. Lire sourate Al-Waqi'a protège-t-il vraiment de la pauvreté ? Baraka Allaho fikom.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

Le hadith mentionnant le mérite de réciter la sourate Al-Wâqi'a a été rapporté – entre autres – par al-Bayhaqî dans son livre intitulé Chu’ab al-Îmân et par Ibn al-Sunnî dans son livre intitulé 'Amal al-Yawm wa al-Layla. Il a été déclaré Da’îf par cheikh al-Albânî, qu'Allah lui fasse miséricorde, dans son livre intitulé Silsila al-Ahâdîth al-Da'îfa et il a rapporté qu'al-Zayla'î avait dit à propos de ce hadith qu'il était Da’îf sous plusieurs aspects tout comme il a rapporté qu'al-Munâwî avait dit dans son livre intitulé Al-Taysîr que ce hadith était Munkar.

Quant au hadith rapporté par Umm Habîba, , et dans lequel le Prophète () a dit :

« Tu as demandé à Allah de t'accorder des choses dont le terme est fixé, le nombre de jours déjà déterminé et les parts déjà réparties. […] » (Mouslim et Ahmed)

Al-Nawâwî, qu'Allah lui fasse miséricorde, a expliqué la signification de ce hadith en disant : « Ce hadith est explicite quant au fait que le terme et la subsistance de chacun sont déterminés et ne peuvent différer de ce qu'Allah, exalté soit-Il, a décrété et connaît de par Sa prescience. En effet, il est impossible d'ajouter ou de diminuer réellement quoi que ce soit à cela. Quant au hadith qui rapporte que préserver les liens de parenté augmente la durée de vie et d’autres hadiths du même genre, il a clairement été expliqué dans le chapitre sur les liens de parenté […] » (Charh Mouslim)

Il sous-entend par cela le hadith du Prophète () : « Celui qui désire qu'Allah lui augmente sa subsistance et prolonge sa vie, qu'il préserve les liens de parenté. » Il a dit en explication de ce hadith : « Le (sujet du) prolongement de la vie dont il est fait mention dans ce hadith est une question connue, à savoir que la mort et la subsistance sont des choses prédestinées qui ne peuvent augmenter ou diminuer. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : "Quand leur terme vient, ils ne peuvent le retarder d'une heure et ils ne peuvent le hâter non plus." (Coran 7/34) Les oulémas ont répondu à cette problématique par plusieurs arguments. La réponse correcte est que ce prolongement de l'âge se fait en donnant à la personne une certaine bénédiction dans sa vie, en lui facilitant les actes d'adoration et en lui facilitant le fait de remplir son temps par des actes qui lui seront bénéfiques dans l'au-delà ainsi qu'en la préservant de perdre son temps dans des choses sans intérêt. »

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation