Elle arrête la pilule contre l'avis de son mari
Fatwa No: 298675

Question

Assalam alaykum,
J'aimerais avoir un avis de quelqu'un de science sur une situation un peu compliquée. Je suis mariée depuis plusieurs années, nous ne pratiquions pas notre religion et je n'étais pas convertie, qu'Allah nous fasse miséricorde, j'ai arrêté la pilule contraceptive sans l'autorisation de mon mari après 3 ans de mariage, mon mari avait très mal pris la situation et nous avons donc garder l'enfant el hamdoullilah, ensuite nous avons eu deux autres enfants mon mari ne souhaitait pas en avoir d'autres, donc je dois prendre des contraceptifs, ensuite il y a quelques années j'ai eu des soucis avec ma contraception (douleurs fortes) et je l'ai arrêtée un mois et dans ce délai je suis tombée enceinte, et à nouveau mon mari l'a mal pris et a remis à nouveau en question ma crédibilité et la confiance qu'il avait en moi, nous avons gardé l'enfant il y a 6 ans et récemment j'ai oublié ma contraception 2 jours et je retombe enceinte. Devant Allah je vous assure que je n'ai pas voulu désobéir à mon mari, et ça recommence à nouveau il n'est réellement pas content et m'accuse de l'avoir trahi etc... Et dans tout cela ma question est : suis-je dans le péché ? Et quelle pourrait être ma punition car je lui ai menti sur la raison de ma visite chez le médecin ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Nous vous félicitons tout d’abord pour votre conversion à l’Islam et nous implorons Allah de nous raffermir tous dans la vérité jusqu’à ce que nous Le rencontrions afin de gagner le Paradis. Nous L’implorons également d’arranger le problème qui existe entre vous et votre mari et de vous accorder une vie conjugale pleine de bonheur, de foi et d’obéissance à Allah.

La procréation est l’un des plus grands bienfaits qu’Allah, exalté soit-Il, a accordés à Ses serviteurs. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :
« Allah vous a fait à partir de vous-mêmes des épouses, et de vos épouses Il vous a donné des enfants et des petits-enfants. Et Il vous a attribué de bonnes choses. Croient-ils donc au faux et nient-ils le bienfait d'Allah ? » (Coran 16/72)

La Sunna prophétique encourage aussi à avoir des enfants. En effet, Ma’qil ibn Yasâr, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit :
« Epousez la femme féconde et affectueuse, car je me prévaudrai de la supériorité de votre nombre sur celui des autres communautés. » (Ahmad, al-Nasâ’î)

Avoir des enfants est un droit des deux conjoints et le mari ne peut pas empêcher sa femme d’avoir des enfants sans raison légitime. Par conséquent, si votre mari n’a pas de raison légitime de vous empêcher d’avoir des enfants, ce qu’ll fait est mauvais, et il n’a pas à se mettre en colère en apprenant que vous êtes enceinte. D’après ce que vous nous avez dit à propos de vos grossesses, rien ne nous indique que vous ayez commis un péché en lui désobéissant.

Quant à votre visite chez le médecin, vous ne nous en avez pas mentionné la raison ni pourquoi vous avez désobéi et menti à votre mari concernant cette visite. Nous ne pouvons donc pas juger si vous avez commis un péché ou pas en le faisant. La règle de base veut que la femme obéisse à son mari dans tout ce qui ne comporte pas de désobéissance à Allah. Ainsi, la femme qui désobéit à son mari sans raison légale commet un péché.
Quant au mensonge, il est, en principe, illicite sauf dans certains cas et lorsqu’il existe un intérêt bien spécifique à le faire. L’Islam permet aussi au mari de mentir à sa femme ou inversement, mais pas dans l’absolu. Ibn Hadjar a dit : « Les oulémas sont d’accord sur le fait que le mensonge entre les conjoints désigne ici tout ce qui ne prive pas l’autre conjoint de l’un de ses droits et qui n’attribue pas à la personne (qui y a recours) un droit qui n’est pas le sien. »

Al-Nawawî a dit : « Le but du mensonge doit être de montrer son affection, de promettre une chose qui n’est pas obligatoire ou autres choses de ce genre »

Le pire est que votre mari vous accuse de trahison. Cette accusation est très dangereuse, car elle peut être une calomnie s’il n’a pas de preuve de ce qu’il avance. La règle de base concernant la femme est de croire en sa bonne foi et il est interdit de penser du mal d’elle. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « O vous qui avez cru ! évitez de trop conjecturer [sur autrui] car une partie des conjectures est péché. […] » (Coran 49/12)

Ce genre de comportement de la part du mari peut entraîner la disparition de l’affection entre les époux et l’interposition du diable entre eux afin de semer la zizanie et d’entraîner leur séparation.

Nous vous conseillons donc de craindre Allah, de faire preuve de sagesse et de ne pas donner au diable l'occasion de provoquer la rupture de votre union conjugale.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui