Quel est le point de vue de la religion sur les personnes handicapées ?
Fatwa No: 331435

Question

Salam aleykum, Quel est le point de vue de la religion sur les personnes handicapées (physiques et mentales) ? Y en a-t-il eu à l'époque du Prophète ? Pourquoi Allah les a-t-il créés comme ça ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Ce type de question n'est pas du domaine de la consultation juridique, mais des études et des recherches. Néanmoins, nous allons indiquer rapidement quelques points à ce propos. Tout ce que mentionne l'Islam à propos des malades concerne également les handicapés dans la mesure où leur handicap relève de la maladie. En effet, la religion islamique prend soin de la situation des malades et des handicapés en allégeant certaines de leurs obligations religieuses et en leur accordant certaines dérogations dans ce qui peut leur causer de la gêne. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : « Nul grief ne sera fait à l’aveugle, pas plus qu’au boiteux et au malade » (Coran 48/17) Ibn 'Âchûr a dit : « Ce verset rejette toute gêne causée à ces trois catégories de personnes pouvant être entraînée dans leur pratique de la religion. En effet, tout ce qui les gêne leur est évité là où ils sont excusés, car d’un côté, ils doivent nourrir l’intention d'accomplir ce qu’ils font de la manière la plus parfaite possible et de l’autre, le fait qu’ils soient excusés exige de les en exempter. »

La gêne est donc évitée à l'aveugle pour ses obligations nécessitant la vue ; au boiteux pour ses obligations nécessitant de pouvoir marcher et d'utiliser un moyen de transport ; au malade pour les obligations dont il est exempté du fait de sa maladie comme le jeûne, les conditions de la prière et le combat.

Il a été rapporté dans la Sunna qu'Allah accordera le Paradis à certains handicapés à titre de compensation.

Anas ibn Mâlik, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit :
« Allah dit : "Quand J'éprouve Mon serviteur en lui faisant perdre les deux choses qu'il aime le plus (ses yeux) et qu'il se montre endurant, Je lui donne le Paradis en compensation de leur perte". » (Boukhari)

Celui qui nuit à un handicapé tombe aussi sous le coup d'une menace. Ibn 'Abbâs, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit : « Maudit soit celui qui déroute un aveugle. » [Ahmad (al-Albânî : sahîh)]

L'Islam prend aussi en compte les sentiments des malades et évite ce qui peut les blesser. C'est pourquoi il a interdit de fixer du regard les lépreux. Le livre intitulé Barîqa Mahmûdiyya mentionne à propos des fléaux du regard : « Un de ses fléaux consiste à fixer du regard le lépreux. Ibn 'Abbâs, qu'Allah soit satisfait de lui, a rapporté que le Prophète () a dit : "Ne fixez pas les lépreux du regard." (Ahmad) L'explication de ce hadith mentionne que la raison à cela est qu'en les fixant du regard, on les méprise et ils en souffrent ou parce que celui qui a une telle maladie ne souhaite pas être regardé dans cet état.  »

Concernant le fait de savoir s'il y a eu des cas comme cela à l'époque du Prophète (), certains compagnons du Prophète () étaient aveugles comme Ibn Umm Maktûm, d'autres boiteux comme 'Amr ibn al-Djamûh et d'autres encore avaient la main estropiées comme Talha dont la main fut paralysée (après avoir été transpercée par une flèche) pour avoir protégé le Prophète () lors de la Bataille d'Uhud.

Quant à votre question de savoir pourquoi Allah créa des gens souffrant d'un handicap, cette question porte sur les causes des actes d'Allah, exalté soit-Il, et la réponse la plus évidente à cette importante question est qu'il faut admettre la sagesse d'Allah qui ne crée que ce qu'il y a de plus sage et mérite toutes les louanges pour cela. Le problème est que les créatures ne peuvent comprendre toute la sagesse d'Allah dans ce qu'Il crée et décrète. En effet, le destin est le secret d'Allah que nul ne connaît en dehors de Lui. L'imam al-Tahâwî a dit : « Le fondement du destin est le secret d'Allah dans Sa création et aucun Ange rapproché ni prophète envoyé n'en a connaissance. Chercher à approfondir cette question ne peut conduire qu’à la déception, à la privation et à l’outrance. Il faut donc y prendre garde au plus haut point, en se méfiant de tout examen, pensée ou suggestion satanique à ce propos, car Allah a voilé la connaissance du destin à Ses créatures et leur a interdit d'aspirer à le connaître. Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : "Il n'est pas interrogé sur ce qu'Il fait, mais ce sont eux qui devront rendre compte [de leurs actes]." (Coran 21/23) Par conséquent, celui qui demande pourquoi Allah a fait une chose réfute les sagesses du Coran et celui qui réfute les sagesses du Coran fait partie des mécréants. »

Tous les actes d'Allah, exalté soit-Il, oscillent entre justice et faveur et Il ne lèse personne. Le problème survient lorsque l'homme désire comprendre la sagesse des actes d'Allah et aborder cette question par des explications en comparant ceux-ci aux actes de Ses créatures. Or, il s’agit de méthodes erronées qui corrompent la foi de l'homme en le destin.

Le cheikh Mar'î al-Karamî a dit concernant les paroles erronées à propos des explications de certains actes d'Allah : « La raison de cette confusion est liée à l'espoir de ces gens de connaître la vérité sur les secrets des actes d'Allah relatifs à ceux qui sont religieusement responsables et aux autres. Or, il est impossible de connaître cela. Il suffit de connaître la sage raison à la récompense et au châtiment de ceux qui sont religieusement responsables, ce qui est l'objectif. Par contre, il est impossible de connaître les secrets de tous les actes d'Allah, car le Seigneur n'est pas semblable à Ses créatures, ni dans Son essence, ni dans Ses Attributs, ni dans Ses actes. Car Allah [Seul] est la référence suprême. Toute perfection attribuée à une créature de même que tout défaut dont elle est exempte est d’autant plus vrai en ce qui Le concerne. Tout acte qui, commis par l'homme, est considéré comme une injustice ne l'est pas forcément lorsqu'il s’agit du Seigneur et tout acte qui, commis par l'homme, est considéré comme hideux, ne l'est pas forcément s’agissant du Seigneur. Car rien ne ressemble à Allah dans Son essence, Ses Attributs et Ses actes. Cependant, la doctrine qadirite compara les actes d'Allah à ceux de Ses créatures et c'est là la plus erronée des comparaisons qui soit. » (Raf' al-Chubha Wa-l-Ghaghar)

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui