Certes, Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne des associés. A part cela, Il pardonne à qui Il veut
Fatwa No: 336910

Question

Salam 'aleykom,
Une personne est prise d'une ambiguïté lui faisant dire qu’étant donné le propos suivant d'Allah - azza wa jal : "Certes, Allah ne pardonne pas qu’on Lui donne des associés. A part cela, Il pardonne à qui Il veut." (S4/V116) Il n'y a que le shirk al akbar qu'Allah ne pardonne pas sans repentir et que, par exemple, celui qui insulte Allah ne devient pas mécréant et peut bénéficier de Sa miséricorde sans repentir. Comment lui expliquer avec le Qur'an, la Sunnah et les explications des ‘ulamas, que le shirk al akbar est une forme de kufr akbar et que même une mécréance majeure qui n'est pas du shirk peut entrainer l'apostasie et ne sera pardonnée qu'avec un renouvellement de la shahada et un repentir sincère.Par ailleurs, dans le verset précité, je me demande si "en dehors de cela " ne serait pas une meilleure traduction que "à part cela ".
Jazakum Allahou kheyr

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

 

Tout d'abord, sachez qu'insulter Allah, exalté soit-Il, n'est pas un acte de polythéisme mineur, mais bien un acte de polythéisme majeur qui rend son auteur apostat, selon l'avis unanime des oulémas à ce propos. L'Encyclopédie de la jurisprudence islamique mentionne à propos du fait d'insulter Allah, exalté soit-Il : « Les oulémas s'accordent sur le fait que cela rend mécréant et que la personne qui insulte Allah apostasie. » Le Comité permanent pour la consultation juridique mentionne quant à lui : « Insulter Allah, Son prophète et la religion est un acte de mécréance majeure et un acte d'apostasie pour lequel il est demandé à celui qui l'a commis de se repentir. Si la personne se repent alors tant mieux, mais sinon, le gouvernant doit le tuer, car le Prophète () a dit : "Quiconque change de religion (l'Islam) pour une autre, tuez-le. " (Boukhari) »

 

Quant au polythéisme mineur, comme l'ont dit les oulémas, il s'agit de tout péché désigné par le Législateur (Allah, exalté soit-Il) comme du polythéisme, mais qui n'atteint pas le niveau du polythéisme majeur.

 

Quant à savoir si le polythéisme mineur fait partie des choses qu'Allah ne pardonne pas à la personne qui meurt sans s'en être repentie ou si le pardon dans ce cas est laissé à Son bon vouloir, Il y a divergence entre les ulémas à ce sujet. On demanda au cheikh Ibn 'Uthaymîn, qu'Allah lui fasse miséricorde, comme cela est mentionné dans son ouvrage Madjmû’ Fatâwâ : la Parole d’Allah, exalté soit-Il (sens du verset) : "Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne quelqu'associé. [...]" (Coran 4/48) concerne-elle aussi le polythéisme mineur ? » Il répondit : « Les oulémas divergent à ce propos. Certains disent que cela inclut le polythéisme mineur, comme le fait de jurer par un autre qu'Allah, car Allah ne pardonne pas cela. Quant aux péchés majeurs, telles la consommation d'alcool et la fornication, ils dépendent de la volonté d'Allah qui peut pardonner ou châtier celui qui les commet.

 

Cheikh al-Islâm, qu'Allah lui fasse miséricorde,  a deux avis sur la question. Un avis dans lequel il dit que le polythéisme, même mineur, n'est pas pardonné par Allah, exalté soit-Il, et un avis dans lequel il dit que seul le polythéisme majeur n'est pas pardonné par Allah.

 

Quoi qu'il en soit, il faut se méfier de tout type de polythéisme, car le sens général du verset peut laisser supposer que cela comprend le polythéisme mineur. En effet, Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : "Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne quelqu'associé. [...] " (Coran 4/48) En effet, le terme "associé" est ici indéfini et a donc un sens général. »

 

Il mentionna dans certains de ses textes que le polythéisme mineur n'est pas pardonné et dit : « Le polythéisme même mineur n'est pas pardonné par Allah, exalté soit-Il,  en raison du caractère général de la Parole d'Allah (sens du verset) : "Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne quelqu'associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. [...] " (Coran 4/48)

Certains oulémas dirent que le polythéisme mineur dépend de la volonté d'Allah de pardonner à son auteur ou pas, mais le premier avis et le plus vraisemblable est qu'Allah ne le pardonne pas mais que son auteur ne reste pas éternellement en Enfer, car il s'agit de polythéisme mineur... »

 

C'est aussi l'avis retenu par le cheikh al-Fawzân, qu'Allah lui fasse miséricorde,  qui a dit : « Le deuxième type de polythéisme : le polythéisme mineur ne fait pas sortir de la religion, mais est très dangereux, et selon l'avis correct, il n'est pas pardonné par Allah sauf si l'on s'en repent, car Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) : "Certes Allah ne pardonne pas qu'on Lui donne quelqu'associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. [...] " (Coran 4/48) Or, cela comprend le polythéisme majeur et le polythéisme mineur tel que le fait de jurer par un autre qu'Allah. »

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation