Cas d'une femme tombée enceinte suite à un inceste
Fatwa No: 376444

Question

Salam alaykom,
Je vais être le plus bref possible. Je suis tombé dans le péché de l’inceste avec une mahram, une nièce. Elle est tombée enceinte malheureusement, elle est à son 5ème mois. Elle songe de l’enlever car ce n’est pas désiré et vu notre statut. Je suis le petit frère de sa mère. On a le même père. Mais moi je lui ai dit qu’il ne faut pas l’enlever car c’est une vie. C’est un meurtre. Un double péché.
Elle est mariée à un cousin très proche. Et le pauvre pense que c’est son enfant. J’aimerais savoir si on peut l’enlever. Oui ou non ? Et quoi qu’il en soit est ce qu’on a une chance d’être pardonnés ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses compagnons :

Nul doute que ce péché est hideux et abominable : car le Zina est un péché affreux et lorsqu’il est perpétré avec une femme « Mahram » il est plus blâmable et plus condamnable !
L’imam Ibn Hadjar al-Haïthami a dit dans son livre « Al-Zawâdjir An Iqtiraf al-Kabayer » : « Indéniablement le Zina le plus répugnant est celui perpétré avec les femmes Mahrams. ». En effet on escompte du Mahram qu’il soit le protecteur de l’honneur non son agresseur !
Vous devez vous hâtez de vous repentir sincèrement à Allah, le Très Haut, et aussi vous devez vous voiler et ne l’avouer à personne, surtout que la femme est mariée ce qui rend votre péché plus odieux et plus blâmable !
Si les faits relatés sont établis et que la femme avec laquelle vous avez forniqué est mariée, alors l’enfant qui va naitre n’est pas considéré un fils du Zina, mais il est apparenté légalement à son mari ! Boukhari et Mouslim ont rapporté d’après Aïcha, Radhia Allahou Anha, que le Prophète () qui a dit : « Au lit l’enfant et à la prostituée les pierres. » [Rapporté par Boukhari et Mouslim] (N.T. : lit renvoie ici au couple légitime et plus précisément au mari et les pierres à la lapidation).
L’imam al-Nawawi a dit dans son exégèse du Sahih Mouslim : « C’est-à-dire si l’homme a une épouse (ou une esclave avec qui il couchait) et qu’elle tombe enceinte d’un enfant dans un intervalle de temps plausible (six mois après son mariage), l’enfant lui est affilié et est considéré son enfant et tous les verdicts qui les concernent sont entérinés (héritage…). ».
L’avortement est interdit dans tous les cas, alors il ne faut pas y recourir. Le péché est plus grave lorsque l’âme a été insufflée dans l’embryon car c’est tuer une personne indûment alors qu’Allah l’a interdit… la menace du châtiment est effrayante !

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui