Celui qui meurt endetté
Fatwa No: 4062

Question

Si une personne meurt endettée, et que les héritiers ne peuvent pas rembourser sa dette, sera-t-elle tourmentée jusqu'à ce que sa dette soit remboursée ? Si une part de son argent était déposée chez des commerçants qui l’emploient dans un trafic illicite, ce que le défunt savait dès le début, les héritiers peuvent-ils récupérer cet argent pour rembourser la dette ? Ou bien cela durcira-t-il le châtiment du décédé, qu'Allah lui pardonne ?

Réponse

Louange à Allah.  Paix et Salut sur Son Prophète.

 

Il est rapporté dans les recueils de hadiths que le Prophète () a dit : « L'âme du croyant reste suspendue entre la damnation et le salut jusqu'à ce qu'il acquitte sa dette. » [(At-Tirmidhî : hasan), (As-Suyutî : sahîh)]

«L'âme du croyant est détenue jusqu'à ce que sa dette soit acquittée. »

Ce hadith incite les héritiers du défunt à régler sa dette, s'ils le peuvent, et les informe que son salut dépend du remboursement de la dette.

 

Certains oulémas ont indiqué que ce hadith concerne celui qui a légué de l'argent. Quant à celui qui n'a pas laissé d'argent, il n'est pas concerné par ce hadith, car Allah, le Très Haut, dit (sens du verset) : « Allah n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité. » (Coran 2/286). D'après eux, ce hadith ne le concerne pas d'autant plus s'il s'est endetté en étant déterminé à rembourser cette dette, sans négligence de sa part jusqu'à son décès.

 

Le Prophète () a dit :

« Quiconque prend de l'argent aux gens en étant déterminé à rembourser sa dette, Allah l'aidera à la rembourser et quiconque le prend dans le dessein de ne pas le rendre, Allah le punira. » (Boukhari)

 

Ainsi, si le défunt possédait des biens, il faudra qu’ils soient utilisés pour rembourser sa dette. S'il ne disposait pas d'argent et que ses héritiers remboursent sa dette, cela sera un acte de bienfaisance et de charité de leur part pour lequel ils seront largement récompensés par Allah. Si aucune de ces solutions n'est disponible, nous espérons qu'il fera partie du hadith de Boukhari précédemment mentionné.

 

En ce qui concerne l'argent déposé chez d'autres commerçants, il appartient, en principe, au défunt, qu'Allah lui fasse miséricorde. Vous devez l'utiliser pour rembourser ses dettes, puis distribuer le reste aux héritiers après vous être débarrassé des intérêts générés du trafic illicite.

 

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation