La jalousie, la rancœur et l’envie n’apporte rien de bon
Fatwa No: 409408

Question

Quel est le statut d’un musulman qui implore Allah de le rendre meilleur qu’une personne en particulier ? En disant ‘ ô Allah rends moi meilleur qu’untel – ô Allah place moi dans le Paradis auprès de Toi à un degré supérieur à celui d’untel – et plus particulièrement quand la personne concernée réunit plusieurs caractéristiques que nous énumérons :
1- Il a un mauvais comportement qui est insupportable
2- Il n’éprouve pas de pudeur
3- Il est très colérique
4- Il est excessif et exagère souvent bien qu’il a l’apparence d’un religieux
5- Beaucoup de conseils lui ont été adressé sans résultat
6- Cet homme n’est apaisé que si l’invocation qu’il a faite se réalise.
Qu’Allah vous récompense par un bien.

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons : Il nous semble à travers cette question que cette personne éprouve pour son frère musulman de la jalousie et que son cœur n’est pas sain à son égard. Or, une telle attitude ne convient pas. Nous lui conseillons donc de s’efforcer d’avoir un cœur exempt de toute animosité et ressentiment à l’égard de son coreligionnaire. Qu’il sache que la rancœur, l’envie et la jalousie n’apporte rien de bon. Dans le Musnad, Anas, , rapporte : « Nous étions assis avec le Prophète, , et il nous dit : Arrive un homme qui fait partie des habitants du Paradis. Un homme des Ansars arriva. Des gouttes d’eau de ses ablutions perlaient de sa barbe. Il tenait ses chaussures de la main gauche. Le lendemain, le Prophète, , dit la même chose, et ce même homme arriva comme la veille. Le troisième jour, le Prophète, , réitéra les mêmes propos et le même homme fit à nouveau son apparition. Une fois que le Prophète, , s’était levé, Abdullah Ibn ‘Amr Ibn Al-‘Ass décida de suivre cet homme et lui dit : Je me suis disputé avec mon père et j’ai juré de ne pas dormir chez lui durant trois nuits, si tu pouvais m’héberger chez toi durant ce temps ? Oui dit l’homme. Anas poursuit son récit : Abdullah nous a raconté qu’il a donc passé trois nuits chez cet homme et qu’il ne l’a pas vu prier la nuit si ce n’est que lorsqu’il ôtait ses vêtements pour se mettre au lit, il se mettait à évoquer Allah et proclamer Sa grandeur jusqu’à la prière du matin. Il poursuit : Je ne l’ai pas entendu dire autre chose que du bien. Suite à ces trois nuits, j’en venais presque à sous-estimer ses bonnes actions. C’est alors que je m’adressais à lui en toute sincérité : ô serviteur d’Allah ! Il n’y a rien eu entre moi et mon père, ni colère et ni rupture de relation. En réalité, j’ai entendu le Prophète, , dire à trois reprises qu’un homme sur le point d’arriver fait partie des habitants du Paradis et c’est toi qui vient à trois reprises. J’ai donc voulu dormir chez toi pour t’observer et voir quelles sont tes bonnes actions et te prendre pour modèle. Mais je ne t’ai pas vu faire beaucoup d’œuvres pieuses. Quelles sont donc les bonnes actions qui t’ont permis d’atteindre le rang que t’a donné le Prophète, . L’homme dit alors : Je ne fais rien d’autre que ce que tu m’as vu faire. Je m’en allais alors et il me rappela en disant : Si ce n’est que je ne garde en mon cœur aucune rancœur pour les musulmans, je n’envie aucun d’eux pour un bien qu’Allah lui a donné. Abdullah s’exclama alors : C’est bien cela qui t’a permis d’atteindre ce rang et c’est une chose que nous ne sommes pas capables d’accomplir. » Les hadiths et autres récits des anciens allant dans ce sens sont nombreux. Il incombe donc à cette personne de purifier son cœur des ressentiments qu’elle éprouve à l’égard de son coreligionnaire. Et si par ailleurs on peut lui reprocher certains défauts, que lui soient adressés des conseils sincères avec douceur et attention. C’est tout ce qu’elle se doit de faire. Quant aux dites invocations, il ne nous semble pas que cette personne soit coupable d’un péché en les prononçant, bien qu’il soit meilleur et plus proche de l’attitude la plus parfaite de se tenir aux invocations prophétiques et de demander à Allah de nous octroyer le bien où qu’il soit. Qu’Il nous donne, dans ce monde et dans l’autre, le bien, et qu’Il nous protège du châtiment de l’enfer. Les invocations du Prophète, , et celles du Coran, englobent tout le bien. S’appliquer à les dire est bien mieux que de demander d’être meilleur qu’untel. Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation