Un père qui est dur et rompt les liens de famille ne perd son droit à la bonté
Fatwa No: 418891

Question

Mon père a divorcé ma mère depuis longtemps. Il a quitté la maison et vit dans le magasin où il travaille. Il n’a pas de logement dans lequel nous pourrions le visiter. Le jour de la fête de l’Aïd, nous l’avons croisé dans la rue. Je lui rends visite avec mon mari et mes enfants de temps à autre dans son magasin mais nous ne pouvons rester avec lui plus de quelques minutes car il a des clients.
Il ne nous appelle pas au téléphone ni ne nous rend visite chez nos maris. Il ne répond pas à nos invitations alors qu’il se rend chez tous ses proches où qu’ils se trouvent. Il est doux, affectueux et généreux avec tout le monde sauf avec nous. Et ce depuis notre plus jeune âge. Suis-je coupable de péché ou de négligence le concernant ? Que puis-je faire ?

Réponse

Louange à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur Son Prophète et Messager, Mohammed, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons :

Le droit des parents sur leurs enfants est très important. Etre bon avec eux est une des obligations qui nous incombent le plus. Leur désobéir est un des plus grands péchés. Quelle que soit la situation des parents ou le mal qu’ils aient pu causer à leur enfant, le droit à être bon envers eux et à leur tenir compagnie de la meilleure manière ne s'annule pas.

Allah a intimé l’ordre de tenir compagnie aux parents polythéistes qui exigent de leur enfant qu’il voue un culte à un autre qu’Allah. Il dit : « Si toutefois ils te poussent à associer à Mon culte des divinités dont tu ignores tout, ne leur obéis pas, mai conduis-toi avec eux de manière convenable ici-bas. » (Coran 31/15).

Si votre père a rompu les liens avec vous et se montre dur, alors il agit mal et commet manifestement le péché de rupture des liens de parenté qu’Allah nous a sommés de préserver.

Aussi, vous devez faire preuve de bonté à son égard autant que possible. La bonté envers les parents n’est pas définie de façon particulière par la religion. Le cadre dans lequel cette bonté doit se manifester est large et de degrés divers. Il s’agit d’être bon avec eux et de se rendre utile, de ne pas leur causer de tort. Dans l’ouvrage Ghadhâ’ Al-Albâb Sharh Mandhûmat Al-Âdâb, il est dit : ‘ Le sens de la bonté envers les parents peut se résumer dans cette formule : Leur faire tout le bien possible et leur éviter tout le mal possible autant que faire se peut.’ Fin de citation.

Si vous lui rendez visite suffisamment souvent pour que, selon l’usage, vous n’êtes pas considérez comme une personne ayant rompu les liens de parenté. Que vous n’êtes pas avare et lui donnez l’argent qu’il a besoin ou prenez soin de lui comme vous pouvez. Alors vous n’êtes pas coupable de péché ni n’êtes considérés comme négligente à son égard.

Continuez à lui rendre visite régulièrement et à prendre de ses nouvelles. Appelez-le au téléphone, faites ce que vous pouvez pour lui rendre service et lui être utile. Si vous faites cela dans le but de satisfaire Allah alors réjouissez-vous de la bénédiction qui découlera de votre bonté. Cela fait partie des plus importants moyens d’obtenir l’agrément divin et d’entrer au Paradis. Dans son livre Al-Adab Al-Mufrad, Boukhari rapporte un hadith de Abdullah ibn Omar, : « L’agrément divin réside dans celui des parents et le courroux divin réside dans celui des parents. »

Selon Abu Dardâ’, le Prophète, , a dit : « Le père est la porte principale du Paradis. A toi de choisir si tu veux perdre cette porte, ou bien la préserver. » (Tirmidhi).

Al-Mubârakfûrî, qu’Allah lui fasse miséricorde, explique ce hadith dans son livre Tuhfat Al-Ahwadhî : ‘ Le cadi a dit : C’est la meilleure des portes et la plus haute. Ce qui signifie que c’est le meilleur moyen pour entrer au Paradis et d’atteindre ses plus hauts degrés. C’est en obéissant au père et en veillant à lui.’ Fin de citation.

Et Allah sait mieux.

Fatwas en relation

Recherche Fatwas

Vous pouvez rechercher une fatwa à travers de nombreux choix

Le plus lu aujourd’hui